background preloader

RSA

Facebook Twitter

Les échecs du RSA. Par Guillaume Allègre Le Comité national d’évaluation du Revenu de solidarité active (RSA) a publié le 15 décembre son rapport final.

Les échecs du RSA

RSA : Assistanat ? Jean GADREY » Blog Archive » Quelques gros mensonges sur l’assistanat et sur les chômeurs. Extraits d’une intervention devant un public à forte proportion de travailleurs sociaux et de chômeurs et RSAistes.

Jean GADREY » Blog Archive » Quelques gros mensonges sur l’assistanat et sur les chômeurs

Sources : lemonde.fr du 10 mai (« cinq idées reçues sur l’assistanat ») + ONPES (observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale) + Médiapart + divers 1. La France dépense plus en aides sociales que les autres pays d’Europe ? C’est faux. Ainsi, pour les dépenses en minima sociaux, “Nous sommes dans la moyenne européenne des 27 pays”, selon Henri Sterdyniak, économiste à l’OFCE. 2.

Les montants des aides sociales françaises sont très bas dans l’ensemble des 12 pays européens les plus riches. Au cours des années récentes, le niveau des minima sociaux a baissé par rapport aux salaires et à la richesse nationale : « la situation relative des allocataires des minima sociaux s’est progressivement dégradée en termes de pouvoir d’achat par rapport au SMIC » (ONPES). 3. De la légitimité de frauder les minima sociaux et de quelques conseils à cette fin.

Comme le susurre la ritournelle, tout est à nous, rien n’est à eux, tout ce qu’ils ont, ils nous l’ont volé...

De la légitimité de frauder les minima sociaux et de quelques conseils à cette fin

Quand la fraude aux minima sociaux devient légitime Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque. À te regarder, ils s’habituerontRené Char Tandis que nos sommités s’acharnent à vouloir réduire l’impôt sur la grande fortune tout en s’en prenant à l’assistanat et aux bénéficiaires « cancéreux » du RSA, il serait intéressant de nous interroger sur la légitimité pour les plus nécessiteux de recourir à la fraude pour satisfaire leurs besoins élémentaires. Mauvais arguments D’abord, éliminons l’idée qu’il puisse y avoir une légitimité à justifier la fraude par le bas au seul prétexte que d’autres ne se gênent pas. RSA : les propositions de Laurent Wauquiez suscitent un tollé à gauche et divisent la droite, Actualités. Politique : Sarkozy fait de l'assistanat un thème de 2012. En ouvrant une brèche sur le RSA, Laurent Wauquiez a levé un tabou sur le régime des prestations sociales.

Politique : Sarkozy fait de l'assistanat un thème de 2012

Tout ça pour ça ! Un grand pavé dans la mare lancé par Laurent Wauquiez déclenche un charivari, suivi d'un double recadrage, primo-ministériel et présidentiel. Mais quelques jours plus tard, on entend un tout autre son de cloche. François Fillon a critiqué Laurent Wauquiez sur «la forme», mais il a reconnu qu'il fallait «corriger» le RSA. Et Roselyne Bachelot, qui a dénoncé lundi des «propos de comptoir» dans la bouche de son collègue du gouvernement, n'a fait que valider, en termes certes plus mesurés, le diagnostic partagé par tous les experts gouvernementaux : le RSA ne marche pas. «Ce système n'est pas parfait et il faut l'améliorer. Politique : Une majorité de Français pour une contrepartie au RSA.

Selon un sondage Opinionway, les propositions de Laurent Wauquiez sont plébiscitées.

Politique : Une majorité de Français pour une contrepartie au RSA

Laurent Wauquiez a-t-il dit tout haut ce qu'une majorité de Français pense tout bas ? C'est ce que semble indiquer notre sondage Opinionway pour Le Figaro et LCI. Et la sortie du leader de la Droite sociale contre le RSA n'a pas séduit que la droite, puisque 65 % des personnes interrogées, toutes tendances confondues, estiment qu'il faut «plafonner le cumul de tous les minima sociaux à 75 % du smic». La proposition recueille l'adhésion de 83 % des sympathisants de l'UMP, mais 55 % de ceux du PS l'approuvent également, ainsi que 74 % de ceux de l'extrême gauche.

Un vrai plébiscite, qui transcende largement les clivages partisans. Polémique sur le RSA : de quoi parle-t-on ? La polémique sur le RSA a peut-être le mérite de relancer le débat démocratique sur un sujet de société qui n'a aucune raison de faire l'objet d'un tabou.

Polémique sur le RSA : de quoi parle-t-on ?

Mais, à force d'erreurs et d'approximations, elle ne contribue sûrement pas à éclaircir une question déjà passablement embrouillée. Quelques rappels ne semblent donc pas inutiles. Premier point : existe-t-il un problème de cumul de minima sociaux ? Louis-Marie Bachelot : contre « l’Etat nounou », pour l’allocation universelle « Nouvelles de France / NDF. L’UMP lance la chasse aux pauvres.

Autres articles L’UMP de Sarkozy étant entrée en campagne, il devient nécessaire d'avoir d'une cuvette à portée de la main pour écouter les zinfos.

L’UMP lance la chasse aux pauvres

Ces mendiants de la politique sont prêts à tout pour sauver leur bectance. Après les patients psy, les Roms, les Tunisiens et tant d’autres, voici enfin la vraie bataille de France qui commence : ce sont les salauds de pauvres qui ruinent le pays. Je voudrais d’abord rappeler à ces ahuris immatures que l’histoire est tragique, et que le libéralisme a conduit le monde à la faillite. L’idolâtrée République, nourrie de ses vaillantes certitudes, n’avait rien vu venir : la richesse de ceux qui réussissent aujourd’hui crée les emplois de demain... Alors, le Conseil National de la Résistance, depuis Alger, a réfléchi à tout cela et a imposé une autre vision des droits de l'homme. Ca, c’est 1946, avec dans la foulée les premiers grands régimes de Sécurité sociale et d’indemnisation chômage.