background preloader

Piratage, un faux probleme ?

Facebook Twitter

Do music artists fare better in a world with illegal file-sharing? — Times Labs Blog.

Piratage : effets positifs

Desinfo. Insolite : pourquoi le piratage est aussi apprécié ? - Numerama. Parfois, une image vaut mieux qu'un long discours.

Insolite : pourquoi le piratage est aussi apprécié ? - Numerama

Dénichée sur Reddit et relayée par Freakbits, le blog de Torrentfreak, cette illustration met en exergue l'une des raisons (ce n'est évidemment pas la seule) qui poussent certains consommateurs à privilégier des solutions illégales plutôt que de s'en remettre aux produits vendus par l'industrie du divertissement. Alors que nous pourrions croire que l'industrie cinématographique fasse tout son possible pour dorloter ses honnêtes consommateurs, c'est tout l'inverse qui se produit. En effet, et les amateurs de DVD pourront le confirmer, avant d'accéder au film le spectateur doit subir une multitude de messages plus ou moins intéressants, et surtout très culpabilisants.

D'ailleurs, le même phénomène peut se retrouver au cinéma. Avant la projection d'un film, un message d'avertissement est régulièrement diffusé pour prévenir les éventuels pirates qu'ils risquent de s'exposer à de très lourdes sanctions. Mais que font les pirates ? Le cinéma encore en hausse historiqu. Selon des estimations du Centre National de la Cinématographique (CNC), les salles de cinéma devraient enregistrer cette année une hausse de 5 % du nombre d'entrées, après le record d'une année 2008 déjà en croissance de 7 %.

Mais que font les pirates ? Le cinéma encore en hausse historiqu

"Nous devrions, mais il reste quinze jours qui pèsent lourd dans l'exploitation, être bien au-dessus de 195 millions d'entrées et probablement frôler les 200 millions", pronostique au Monde la présidente du CNC, Véronique Cayla. Du jamais vu depuis l'avant-Canal+ en 1983, quand les Français n'avaient guère que les salles de cinéma pour choisir leurs films.

Des chiffres qui confirment malgré les discours alarmistes de la profession la très bonne santé du cinéma, déjà constatée sur les recettes du box office aux Etats-Unis. Et ceci avant-même que l'Hadopi ne soit mise en route. Si les entrées sont à la hausse, l'industrie pourra toujours prétendre que l'Hadopi a été efficace, et que des chiffres du piratage à la baisse auront permis une hausse continue des entrées. L’industrie musicale n’est pas en crise, les CD et l’album le so. Rédigé le 04.09.2008 par Cédric Bellenger Il serait nécessaire d’arrêter de pointer du doigt les internautes en les désignant comme seuls responsables de la crise supposée que connaîtrait actuellement l’industrie musicale. .

L’industrie musicale n’est pas en crise, les CD et l’album le so

Selon la ( ), l’équivalent de notre , en dix ans, le chiffre d’affaires collecté au bénéfice de ses 375 000 adhérents a presque doublé. L’année 2008 se révèle être une année record en termes de revenus puisque 900 millions de dollars ont été collectés, soit une hausse de 7,2% par rapport à 2007. La , ( ) a quant à elle vu ses collectes progresser entre 1997 et 2007, de 392 à 562 millions de livres sterling. Idem pour la qui a vu ses revenus passer de 541 millions d’euros en 1998 à 759 millions en 2007. Lors de la sortie d’un album, les maisons de disques cherchent essentiellement à focaliser en un minimum de temps, un maximum d’attention de la part des médias donc des consommateurs sur leurs artistes.

Avec Internet, ce modèle connaît des évolutions notables. Pirater n’est pas voler, en sept mythes — Climb to the Stars. Debunking the myths used to fight file-sharing. There are many good articles about this in English (many which I quote or link to here, just look for them in the French text). Here are the myths: piracy is theft a downloaded file is a lost sale artists are people who sell CDs CD sales decrease because of file-sharing we're all criminals you can "own" an idea it's the end of the world! Extra links and comments welcome. Pirater n’est pas voler. Pirater, c’est donc plutôt comme ou vite graver une copie d’un CD qu’on nous a prêté. Je suis atterrée de voir à quel point le lavage de cerveau opéré par la grosse machine a faire du fric de l’industrie du film et de la musique a été efficace: nombre de personnes dans mon entourage avalent tout rond l’affirmation selon laquelle le téléchargement d’oeuvres protégées par le droit d’auteur est un crime comparable (si ce n’est pire!)

Ce n’est pas gagné d’avance: le lavage de cerveau à fonctionné — à force de répéter les choses, les gens finissent par y croire. Rendez-vous d’infos des producteurs sur la musique et le numériq.