background preloader

Logement

Facebook Twitter

L’Eurotower infernale. Y aurait-il un léger malaise à la Banque centrale européenne ?

L’Eurotower infernale

La chambre des notaires d’Île de France vient de rendre publique son estimation du prix de vente moyen du mètre carré à Paris au quatrième trimestre 2010 : €7.330 soit une hausse de 17,5% sur l’année. Cette nouvelle intervient alors que Benoist Apparu, le responsable social-démocrate-conservateur des problèmes de logements des français, s’apprête à recevoir les professionnels de l’immobilier pour chercher un moyen de freiner la hausse des loyers et que Martine Aubry et ses amis sociaux-démocrates-progressistes nous promettent une « autre politique du logement » (avec plus de « care » à l’intérieur).

Comme tout ce petit monde semble complètement désemparé par la hausse des prix et ne comprend visiblement pas grand-chose aux mécanismes qui expliquent ce phénomène, une petite explication s’impose. (Illustration René Le Honzec) Voilà donc pour l’offre, passons à la demande. Libérer le logement. Libérer complètement le logement en laissant le marché jouer dans tous les domaines est la seule façon de gérer le problème.

Libérer le logement

De nouveau, nous devons entendre les pleurnicheries officielles sur le logement. Les statistiques de la fondation de l’Abbé Pierre viennent de compter 2.600.000 Français (sic) qui seraient mécontents de leur logement. Comment se fait-il que, dans ce pays si riche, tant de gens soient mécontents de ce bien essentiel ? Les pouvoirs publics renchérissent alors qu’ils sont totalement responsables de la calamité. Le logement social remplit-il sa mission sociale ? Extrait du chapitre I de mon livre, "Logement, crise publique, remèdes privés".

Le logement social remplit-il sa mission sociale ?

Déjà publié sur "crise publique" fin 2007. En finir avec la folie foncière. Ce n'est pas d'une France de propriétaires dont il faut rêver, mais d'une France d'habitants.

En finir avec la folie foncière

Logement, trop de règlementations. Le chapitre intégral sur le logement (PDF – 28 pages) est d’ores et déjà disponible, ainsi que des fiches descriptives pour l’Australie, la France, le Royaume-Uni et les États-Unis.

Logement, trop de règlementations

Forces et faiblesses du rapport Beaucoup de bruit autour d’un rapport qui n’en reste pas moins un travail de généraliste de qualité inégale selon les passages, même s’il pointe pas mal de choses exactes, mais simplifie à mon sens abusivement certaines problématiques. Pour ceux qui n’ont pas le temps de tout lire, que dit l’étude en général ? « L’étude intitulée « Le logement et l’économie : des politiques à rénover » montre que des réformes portant sur la réglementation du secteur financier, la fiscalité, l’urbanisme, les dispositions applicables au marché locatif et l’offre de logement social apporteront des améliorations aussi bien au secteur immobilier qu’à ses retombées sur l’économie dans son ensemble.

Logement. Marchés du logement et croissance. La mauvaise gestion des marchés du logement a joué un rôle décisif dans le déclenchement de la récente crise financière mondiale.

Marchés du logement et croissance

Cette même mauvaise gestion pourrait freiner la reprise. Pour prévenir cela, une nouvelle étude de l’OCDE présente aux gouvernements une feuille de route pour la mise en œuvre de politiques du logement plus saines. L’OCDE constaté ainsi qu’au cours des deux dernières décennies la facilité d’accès au crédit a amplifié l’instabilité des prix, qui s’est traduite par des poussées des prix réels du logement de 90% ou plus en Australie, en Belgique, en Espagne, en Finlande, en Irlande, en Norvège, en Nouvelle-Zélande, aux Pays Bas et au Royaume-Uni au cours de la période étudiée. Le rapport montre par ailleurs comment des politiques favorisant l’accès à la propriété du logement par rapport au recours au marché locatif ont réduit la mobilité résidentielle et professionnelle. Selon l’OCDE, les autres principales réformes à adopter devraient être les suivantes : La politique du logement. Certaines déclarations d’un passé récent (B.

La politique du logement

Apparu, notamment), auraient pu nous laisser croire que le gouvernement commençait à se poser les bonnes questions quant aux raisons qui poussent une part croissante des ménages modestes à être logés dans des conditions médiocres, voire calamiteuses. Quand le gouvernement veut favoriser quelque chose, DANGER Hélas, François Fillon, pourtant le moins médiocre de l’équipe gouvernementale actuelle, et de très loin, vient de nous prouver qu’il n’y avait rien à attendre de positif de cette classe politique là. Les propositions des gouvernements successifs en matière de logement naviguent entre le consternant et le désastreux.

Dans un grand élan d’innovation politique, François Fillon vient de présenter un dispositif qui ressemble furieusement au prêt à taux zéro, d’ailleurs appelé PTZ+, destiné, selon lui, à « faire passer le taux de propriétaires de 58 à 70% », soit « au dessus de la moyenne européenne ». Freins et subventions Sur Objectif Eco : La France, championne européenne du mal logement » Article. La taxation des plus-values immobilières ? "L'immobilier, c'est la seule chance qu'ont les classes moyennes de spéculer.

La taxation des plus-values immobilières ?

" Ariel Wizman, grand théoricien de la transgression, Canal+ 18.01.2011 Certains à l'UMP ont envisagé (un bref instant avant d'être rappelé à l'ordre) de taxer les plus-values immobilières sur la résidence principale pour compenser le manque à gagner entraîné par la suppression annoncée de l'impôt sur la fortune (mesure sociale des mesures sociales tu en conviendras).