Libéralisme

Facebook Twitter

Who are the libertarians? Libertarians are less altruistic and emotional, more rational and individualistic than other people, a research paper says.

Who are the libertarians?

What makes a libertarian a libertarian? And how they compare with the liberals and conservatives? Even though it is often said or believed these people are “selfish”, this question had been much unstudied by accademics until now. However, in a recent paper called “Understanding Libertarian Morality: The Psychological Dispositions of Self-Identified Libertarians”, Ravi Iyer, Spassena Koleva, Jesse Graham, Peter Ditto and Jonathan Haidt bring some insightful elements of knowledge on the topic. It’s Hip! It’s Cool! It’s Libertarianism! - By Connor Kilpatrick. Calling yourself a libertarian today is a lot like wearing a mullet back in the nineteen eighties.

It’s Hip! It’s Cool! It’s Libertarianism! - By Connor Kilpatrick

It sends a clear signal: business up front, party in the back. You know, those guys who call themselves “socially liberal but fiscally conservative”? Yeah. It’s for them. Hayek: against social justice, for a minimum income. Until recently, I had only read the first two books of Hayek’s grand trilogy Law, Legislation and Liberty.

Hayek: against social justice, for a minimum income

People told me that the third book was the least interesting. The real action, they said, was in the first two books. I decided to see for myself whether they were right. Mais où est donc passé le libéralisme ? Est-ce un effet de la crise économique - et d'identité - que traverse l'Europe??

Mais où est donc passé le libéralisme ?

En tout cas, le thème du libéralisme - ultra, hyper, néo, classique... -, accusé d'être à la source de tous les maux de la France, n'est plus un sujet de polémique. La preuve, nul n'en parle dans la campagne présidentielle. « Nicolas Sarkozy a prouvé qu'il n'était pas libéral, et François Hollande, Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen sont antilibéraux avec virulence. Ils sont tous étatistes », soupire Mathieu Laine.

A la tête de la société de conseil Altermind, ce jeune professeur à Sciences-Po publie cette semaine un Dictionnaire du libéralisme aux éditions Larousse. Interpellations pour usage de stupéfiants : c’est stupéfiant ! La magie des courbes c’est de nous démontrer avec vigueur, et en couleur, que le travail de la police, par exemple, peut être très orienté.

Interpellations pour usage de stupéfiants : c’est stupéfiant !

Les données qui vont suivre sont issues de (Données sur le nombre d’interpellations pour usage de stupéfiants de 1990 à 2008). Alors, pour commencer, regardons la progression des interpellations pour usage de cannabis : C’est une belle courbe, on sent que ça bosse dur à la brigade des stups, ou bien que le nombre de fumeurs de pétards a explosé. Ou les deux. Fort bien. 17 736 interpellations en 1990, 133 160 en 2008, bel effort messieurs ! Oui, les libéraux avaient vu venir la crise et la récession à venir. Avec ce titre provocateur, Contrepoints vous propose de découvrir un article de Jeffrey A.

Oui, les libéraux avaient vu venir la crise et la récession à venir

Tucker, économiste de l’école autrichienne. Initialement publié par le site du Mises Institute en août 2011, il a été traduit par nos amis de l’Institut Coppet (Jacques Peter). Titre original: The Austrians Were Right, Yet Again. La définition de la Liberté selon Ron Paul. En collaboration avec l’Institut Coppet, nous vous proposons à la lecture l’introduction de Liberty Defined (2011), récent livre du libertarien Ron Paul, candidat à l’investiture du Parti républicain pour l’élection présidentielle américaine de 2012.

La définition de la Liberté selon Ron Paul

Traduction de Jacques Peter pour l’Institut Coppet L’histoire et les idées politiques dominantes de l’Amérique s’identifient à la liberté. La propriété intellectuelle – une synthèse. Que penser de la propriété intellectuelle, ce sujet de débat récurrent ?

La propriété intellectuelle – une synthèse

Le Minarchiste nous propose, depuis Montréal, une vue d’ensemble de la question. Propriété intellectuelle (Clément Monjou) Le libéralisme est fondamentalement moral. Le libéralisme récompense naturellement les bons et sanctionne les mauvais grâce à la concurrence et à la responsabilité personnelle.

Le libéralisme est fondamentalement moral

Le libéralisme est moral, optimiste et créateur. Par Patrick de CasanoveArticle publié en collaboration avec l’Insttut Coppet. Communication au 3e week-end de la liberté à Dax (voir les vidéos ici). Pour nos contemporains, « moral » et « libéral » sont antinomiques et incompatibles. Pourtant il n’existe pas de morale sans liberté. Bilan de 10 ans de décriminalisation des drogues au Portugal. Le cas de la décriminalisation des drogues au Portugal souligne l’argument pragmatique en faveur de la décriminalisation.

Bilan de 10 ans de décriminalisation des drogues au Portugal

Par Alex Korbel. Il y a dix ans ce mois-ci, le Portugal rejetait l’approche classique de la politique de lutte contre la drogue (plus de lois, des peines de prison plus rigides, plus de mobilisation policière) et allait dans le sens opposé en dépénalisant les drogues, même la cocaïne et l’héroïne. Ceux qui font de la guerre contre la drogue une priorité prédisaient des conséquences catastrophiques à cette réforme, dont une crise majeure de la santé publique dans le pays.

Pourquoi les intellectuels n’aiment pas le libéralisme. Le rejet des intellectuels pour le libéralisme a questionné nombre d’auteurs, de Schumpeter (Capitalisme, socialisme et démocratie) à Hayek (Les intellectuels et le socialisme) en passant par Raymond Boudon (Pourquoi les intellectuels n’aiment pas le libéralisme). Dans une conférence donnée à l’Institut Turgot en 2004, Raymond Boudon développe les grandes lignes de sa thèse. En voici le compte-rendu. La question de savoir Pourquoi les intellectuels n’aiment pas le libéralisme (Paris, Odile Jacob, 2004) à laquelle j’ai essayé de répondre dans mon petit livre est difficile pour une première raison : parce que la notion d’intellectuel recouvre des catégories hétéroclites. Les fondements du libéralisme. En ces temps de crise où il de bon ton de critiquer à tout va l’« ultralibéralisme », le « néolibéralisme » et tout ce qui caractérise une certaine forme de libéralisme économique en omettant de préciser que tout un autre pan du libéralisme (philosophique et politique) a été progressivement passé à la trappe au cours du XXème siècle, il me semble nécessaire de réaffirmer les principes fondateurs du « vrai » Libéralisme : les libertés individuelles bien sûr, mais aussi leurs indispensables corollaires : l’égalité, la responsabilité, la non-nuisance.

Les libertés individuelles Le Libéralisme, ne l’oublions pas, est une philosophie issue du courant Humaniste des Lumières. La conviction de ces derniers ? En très bref, que l’Homme a des droits fondamentaux, et que plus il est libre, mieux la société se porte. Alain Madelin:Quand les autruches relèveront la tête - Chapitre 1 - Librairal. Vous venez d'évoquer la crise que connaît la France. C'est une crise du système, mais n'est-ce pas aussi une crise de l'Etat ?

C'est tout un système de pouvoirs et de décision qui est aujourd'hui usé. Il connaît une crise qui est à la fois une crise financière, une crise d'efficacité et une crise morale. Crise morale d'abord, parce que ce système, censé représenter l'intérêt général, donne de plus en plus le sentiment de dissimuler une forêt d'intérêts particuliers. Molinari, La liberté de l’enseignement (1856) Que serait-il arrivé si le gouvernement et les communes s’étaient abstenus de créer ou de subventionner des établissements d’éducation, si la liberté d’enseignement qui se trouve inscrite dans notre Constitution avait été une vérité ? Par Gustave de Molinari (1819-1912), économiste belgeTexte publié en collaboration avec l’Institut Coppet La liberté de l’enseignement (20 février 1856) I. Ce que produirait le système de non intervention des pouvoirs publics dans l’enseignement Considérons le besoin auquel pourvoit l’enseignement et nous nous assurerons qu’à part les premières nécessités de la vie, il n’en est point de plus général et de plus intense.

Libéralisme et droit naturel. Comme le rappelait Francisco Vergara dans son magnifique ouvrage, Les Fondements philosophiques du libéralisme, le libéralisme moderne est issu de deux traditions philosophiques, la théorie du droit naturel ou jusnaturalisme et l’utilitarisme. Le libéralisme contemporain a été tellement influencé par l’oeuvre de Richard Nozick et par l’austroliberalisme de von Mises, Hayek et Menger, relayés aux États-Unis par Milton Friedman, qu’on en oublie souvent, y compris chez les plus sincères zélateurs du libéralisme français, que l’utilitarisme, à travers ses devanciers comme David Hume et Adam Smith, puis son fondateur véritable, John Stuart Mill, et enfin ses représentants récents comme John Harsanyi ou Gary Becker, n’a rien à envier en profondeur argumentative au jusnaturalisme.

Conservateurs et libertariens : des cousins difficiles. La France expulse un journaliste de la télé publique iranienne. «Être libéral », réponse à Luc Perrin. Le culte des exportations. Les libertariens sont-ils des hippies de droite ? Les racines de notre libéralisme : Hayek, mais sùrement pas Kelsen... Ce qu'on voit et ce qu'on ne voit pas - par Frédéric Bastiat. Madoff, échec de la règlementation. Evil And The State | zero hedge. | Nouvelles servitudes, nouvelle liberté. Complex dynamics of our economic life on different scales: insights from search engine query data — Philosophical Transactions A. Etat-providence et immigration : la solution libérale. Le libéralisme est un anticapitalisme. Quand on aime la liberté, on n’aime pas la centralisation. Le véritable libéralisme. Savez-vous vraiment ce qu’est le libéralisme.

Le triste état du libéralisme Français. L'école de Chicago et l'école Autrichienne, des divergences fondamentales. École autrichienne d'économie. Plaidoyer pour une vraie liberté d'expression en France. Le libéralisme face à la social-bourgeoisie : L'Hérétique (Démoc. Mais non, le libéralisme, ce n'est pas le Diable. Libéralisme : débat sur les fantasmes français. Libéralisme. Le libéralisme, une philosophie sociale - Arnault Skornicki, article Philosophie.

Un énarque en terre "ultra-libérale" Faut-il privatiser ou nationaliser ?