Industrie Musicale

Facebook Twitter

News Music/Internet.

Histoire de l'industrie musicale

Actualité de l Observatoire de Musique. La compression du son, c'est bon pour la musique. Entouré de haut-parleurs géants diffusant en boucle le même morceau de musique classique, j’ai fini par me sentir comme Alex dans « Orange mécanique », forcé d’écouter « la Neuvième de Ludwig Van ».

La compression du son, c'est bon pour la musique

Pourtant, l’objectif du test à l’aveugle organisé par MusiClassics jeudi dans un studio parisien n’était pas de lobotomiser le cerveau des cobayes invités. Au contraire, il s’agissait de l’entrainer à percevoir les différences de qualité de formats de compression utilisés par les sites de téléchargement de musique. Pour chacun des quatre extraits de musique classique choisis, six versions étaient diffusées aléatoirement : cinq technologies différentes et le « master », le fichier son originel.

Perspectives

Autoprod. Streaming. Usages & Stats. Offres legales. Streaming vs Piratage. Vote: Is Streaming The Future Of Music? État des lieux de l'offre de musique numérique. Publié le mardi 26 octobre 2010 Version imprimable Musique enregistrée L’étude est effectuée par l’Observatoire de la musique à partir d’un échantillon de 100 services en ligne, sélectionnés en fonction de leur représentativité dans le paysage Internet français, leur degré d’innovation ou leur singularité.

État des lieux de l'offre de musique numérique

Cet échantillon témoigne de la grande diversité d’opérateurs intervenant dans la distribution et la diffusion de contenus musicaux, tout en prenant compte des récentes suppressions et des nouveaux services apparus dans ce domaine :

Modeles macros

Music Marketing. Crise du disque. Fausse crise ? Acteurs du marche. Méta-données de la musique : c'est le foutoir. Le business de la musique en ligne est un panier percé.

Méta-données de la musique : c'est le foutoir

Un gruyère avec bien plus de trous que de fromage. C'est tellement le foutoir qu'une part conséquente des revenus qu'il génère n'est même pas répartie, faute de pouvoir identifier les bons ayant droit en bout de chaîne. En cause : la pauvreté des méta-données.