La panique qui s’est emparée de la classe politique française à la suite de la dégradation du triple A des Etats-Unis donnerait envie de rire si nos portemonnaies n’étaient directement concernés , et surtout si elle n’était pas justifiée par la réalité. La note française sera sans doute abaissée d’ici la prochaine présidentielle de 2012, au moins pour huit raisons. 1) Avec la dégradation de la note américaine, un tabou a été franchi : un grand pays a perdu son triple A, et pas n’importe lequel puisqu’il s’agit de la première économie mondiale. Si les Etats-Unis sont abaissés, alors pourquoi pas la France ? C’est la question que tous les marchés se posent maintenant. 2) La dégradation américaine est une mauvaise nouvelle pour les pays européens déjà fragiles, et notamment l’Espagne et l’Italie. Huit raisons qui font que la France perdra sans doute son "triple A" avant les élections de 2012 Huit raisons qui font que la France perdra sans doute son "triple A" avant les élections de 2012
France is in denial as fragile banks add to economic woes | Business France's President Nicolas Sarkozy, desperate not to be the president that loses France its triple-A rating, has published belt-tightening budget proposals for 2012. Photograph: Charles Platiau/Reuters In her small fashion boutique in a village near Saint-Étienne, Valérie Dongrazi was feeling the pressure of French banking jitters and the economic rut. France is in denial as fragile banks add to economic woes | Business
Le coût de la dette française augmente aussi… Le coût de la dette française augmente aussi… Home » Pensées... Il n’y a pas que le Portugal qui paye de plus en plus cher sa dette à coup d’augmentations répétées de ses taux d’intérêts servis. La France qui pourtant bénéficie d’une note triple A (c’est à dire la meilleure) de la part des agences de notation suit le rythme.
France-Un député craint un hold-up des banques sur le Livret A par Julien Ponthus et Lionel Laurent PARIS, 12 janvier (Reuters) - Les banques françaises se livrent à un "hold-up" sur les dépôts bancaires du Livret A afin de se mettre en conformité avec les nouvelles règles prudentielles de Bâle III, a déclaré mercredi le député socialiste Jean-Pierre Balligand. "Les banquiers procèdent à un hold-up", a dénoncé le parlementaire lors d'une audition de la Commission des finances de l'Assemblée nationale, où la Caisse des dépôts (CDC) et la Fédération bancaire française ont tour à tour essayé de gagner les députés à leur cause. Les banques françaises, en quête de dépôts bancaires pour répondre leurs besoins de liquidité, ont engagé un bras-de-fer avec la CDC pour obtenir du gouvernement qu'il abaisse le taux de centralisation de l'encours du livret A, c'est à dire la part des dépôts conservée par la CDC. France-Un député craint un hold-up des banques sur le Livret A
13/09/2011: German and French Banks - "extreme" leverage & elevated risks So what's the real trouble with German (and French) banks, folks? Errrm... they are kinda seriously bordering the "insolvency" territory. The sources for this information, in addition to those cited below, include an excellent research note prepared by Peter Mathews (FG), TD for the Dail Finance Committee, the IMF GFSR and IMF WEO databases. Deutsche Bank Leveraged 52:1 (16 August 2011) based on a Tangible Common Equity (TCE) to Total Asset measurement. Tangible Common Equity is a better gauge of solvency than Tier 1 capital, particularly in the midst of a liquidity crisis. 13/09/2011: German and French Banks - "extreme" leverage & elevated risks
Un petit French funding problème
Moody’s downgrades SocGen and Credit Agricole; BNP review extended
Les CDS sur la dette française à leur plus haut On comprend désormais pourquoi David Pujadas passe autant de temps à nous parler de la neige et des difficultés de circulation. Cela pourrait bien être le sapin qui cache la forêt … Car l’avenir est loin d’être réjouissant pour la France … les contrats d’assurance contre le non remboursement de la dette (CDS pour Credit Default Swap ) du pays ayant atteint lundi un niveau record. Pire encore, leur prix atteignent désormais un niveau supérieur à celui de pays pointés du doigt par les agences de notation. Les CDS sur la dette française à leur plus haut
La « main invisible » donne une grosse baffe à la France J’avais prévu de vous parler de l’hyperinflation et de ses signaux avant-coureurs. Nous avons d’ailleurs commencé sur le sujet, hier, dans la Quotidienne . Voilà qu’aujourd’hui, 21 décembre, la très respectable Agefi, qu’on ne peut soupçonner d’alarmisme outrancier nous fait déployer nos petites antennes fébriles. « Le CDS sur la France à un niveau record », titre le quotidien. La « main invisible » donne une grosse baffe à la France
L'’état français saisit (discrètement) le Fonds de Réserve des Retraites Selon cet article de Financial News, le Fonds de Réserve des Retraites a été intégralement versé au crédit de la CADES et continuera de gérer cet argent, de loin, en tant que tierce partie, pour la CADES. Ce qui fait tout de même 36 milliards d’euros qui disparaissent du FRR pour venir boucher une partie d’un trou. En gros, on utilise des fonds destinés à la gestion de long terme pour remplir des gros trous et des gentils déficits de court terme. Ça ressemble à s’y méprendre à la récente ponction par le gouvernement irlandais des 24 milliards d’euros du National Pension Reserve Fund pour alimenter le programme budgétaire courant. Tout ceci, dans la plus parfaite opacité (s’pa, m’sieur Baroin) que la presse s’est d’ailleurs entretenue à conserver. L’étape suivante, pendant que l’écart des taux entre le Bund allemand et les Bons français ne cesse de grossir, c’est probablement les petits sommes rondelettes mises de côté par le citoyen lambda sur ses comptes épargnes, livret A et compagnie. L'’état français saisit (discrètement) le Fonds de Réserve des Retraites
Comment la France escamote 120 milliards d’euros de sa dette | R Le ministère de l’Economie et des Finances, dans le quartier de Bercy, à Paris (Amerune/Flickr) Vous avez aimé l’histoire de la dette grecque ? Vous adorerez celle du trou de la Sécurité sociale.

Comment la France escamote 120 milliards d’euros de sa dette | R

European nations begin seizing private pensions People’s retirement savings are a convenient source of revenue for governments that don’t want to reduce spending or make privatizations. As most pension schemes in Europe are organised by the state, European ministers of finance have a facilitated access to the savings accumulated there, and it is only logical that they try to get a hold of this money for their own ends. In recent weeks I have noted five such attempts: Three situations concern private personal savings; two others refer to national funds. Skip to next paragraph European nations begin seizing private pensions
L'Etat paye en urgence ses fonctionnaires Déjà, en 2009, des décalages avaient été constatés entre les départs effectifs et les départs anticipés par les budgétaires, ce qui avait engendré des économies plus faibles que prévu dans le cadre de la politique du non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant en retraite. Effectivement, en 2009, au lieu de 30.600 départs anticipés, ce sont 20.000 fonctionnaires qui sont partis en retraite et 100 millions de moins économisés par rapport aux prévisions. Pourquoi ? 1. Parce que, depuis la loi de 2008 qui a permis aux salariés du privé qui le souhaitent de travailler jusqu’à 70 ans, les fonctionnaires pouvent désormais travailler jusqu’à 65 ans. Les prévisions de départs en retraite calculées ultérieurement sont donc fausses.
Etat des déficits publiques

Plan Fillon et niches fiscales: volonté à géométrie variable La rentrée politico-économique française est faite de signaux brouillés. D'une part l'annonce par François Fillon d'un plan de rigueur. Les uns diront qu'il s'agit d'un plan uniquement réalisé pour donner des gages aux agences de notation, et que ce n'est qu'une collection de mesurettes sans guère de colonne vertébrale.
French translations of Greek debt values | Business The French bank BNP Paribas has cut the value of its Greek bank debt by 20%. Photograph: Eric Piermont/AFP/Getty Images Transparency is a word that French banks find difficult to understand. At least, that is the view of global accounting regulators, who have stepped in to the row over how to value loans made to Greek banks. It is an important question because continental banks have loaned a large proportion of their spare cash to Greece, Spain, Portugal and Italy.