background preloader

Best practices

Facebook Twitter

About:blank. (De nos archives) A l’école Wilhem von Humboldt de Berlin, les enfants ne restent jamais assis bien longtemps dans leur salle de classe.

about:blank

Manque de discipline? Non, simplement ici on applique les méthodes de l’"Education nouvelle". Ce courant pédagogique, né il y a un siècle, défend le principe d'une participation active des individus à leur propre formation. A l'exact opposé de certaines écoles britannique qui envisagent de remplacer des professeurs par des militaires. Dans cet établissement d’enseignement primaire, les cours magistraux sont donc définitivement bannis. Nous appliquons la devise de Maria Montessori [pédagogue italienne, une des fondatrices de l’Education nouvelle, ndlr] : Aide-moi à le faire moi-même" explique Grabriela Anders-Neufang, la directrice de l’école. Les notes aussi ont été abolies et dans chaque classe, trois tranches d’âges sont mélangées. Nous avons également vingt enfants handicapés. "Augmenter l’égalité des chances"

Si rien ne bouge en France dans les cinq ans je demande ma mutat. Ce billet souhaite avant tout saluer l’action du SEM qui, dans le cadre des MITIC, favorise les SOLL au sein du DIP.

Si rien ne bouge en France dans les cinq ans je demande ma mutat

Gageons cependant que si vous n’êtes pas familier avec le système éducatif genevois, cette introduction risque de vous apparaitre bien énigmatique ! Le DIP, c’est le Département de l’Instruction Publique du Canton de Génève et le SEM, le Service Écoles-Médias chargé de la mise en œuvre de la politique du Département dans le domaine des Médias, de l’Image et des Technologies de l’Information et de la Communication, autrement dit les MITIC. Mais l’acronyme le plus intéressant est sans conteste les SOLL puisqu’il s’agit rien moins que des Standards Ouverts et des Logiciels Libres. En mars dernier en effet le SEM a élaboré un plan de déploiement 2009-2013 sur cinq ans des postes de travail pédagogiques (autrement dit les ordinateurs des élèves[1] ) qui présente la particularité d’être peu ou prou… exactement ce qu’il nous faudrait à nous aussi en France !

Le Danemark autorise l'accès à internet lors d'examens. C'est un fait, les natifs numériques (digital natives en anglais) sont en passe de révolutionner en profondeur le rapport de la société à la technologie.

Le Danemark autorise l'accès à internet lors d'examens

Ayant grandi dans un environnement fait d'ordinateur, d'Internet, de jeux vidéo ou encore de baladeurs MP3, cette "génération Y" bouscule de nombreux domaines, à commencer par l'industrie du divertissement, transformant peu à peu l'ordre établi à travers de nouvelles pratiques, de nouveaux comportements. Et si l’on autorisait les bacheliers à se connecter à l’internet. L’internet à l’école, c’est bien.

Et si l’on autorisait les bacheliers à se connecter à l’internet

Mais au bac, et lors des examens ? Le Danemark a décidé d’autoriser, à titre expérimental, les lycéens à accéder au Net pendant leurs examens. Une mesure qui, si les tests sont concluants, pourrait être généralisée en 2011. “Quand vous faites un devoir à la maison vous avez accès à Internet. Donc, pourquoi en priver les candidats au bac ? Le risque de plagiat ? Il existera de toute façon des moyens détournés de tricher, mais, et comme le souligne Emmanuel Davidenkoff, directeur de la rédaction de l’Etudiant, l’accent sera mis sur la dissuasion, à la manière des contrôles antidopage, “l’autre condition étant évidemment d’imaginer des sujets qui ne se prêtent pas au copier-coller… Donc des épreuves qui font appel à la réflexion, aux capacités de synthèse (afin de) vérifier que les élèves n’ont pas seulement appris mais compris”.

Une question d’usages Apprendre à “lire” et décrypter le Net. Nous pouvons tirer profit de l’expérience finlandaise ! 10 Ways Universities Share Information Using Social Media. Vadim Lavrusik is a new media student at the Columbia University Graduate School of Journalism.

10 Ways Universities Share Information Using Social Media

He is @lavrusik on Twitter and blogs at Lavrusik.com. Instead of focusing their attention on promoting information to mainstream media, some university public affairs offices are using the power of social media to engage the community directly. In many cases, social media tools like Facebook Pages have given universities an opportunity to speak to audiences on their own, reaching thousands of people interested in keeping up with news at the school and connecting with others on the social network. Universities are constantly exploring new ways to use social media to fulfill their missions of engaging and sharing knowledge with their constituents. Below are just 10 highlights of how universities are using social media for public affairs. 1. Perhaps the most common way, and the way in which most of us use social media, is sharing information about ourselves or things we find interesting. 2. Relief » Comment les médias sociaux stimulent ma mémoire.

( Jean Guitton ) La mémoire, malheureusement, ne se commande pas. Il faut reconnaître notre faible empire sur cette contrée de l’intelligence. Au mieux réussit-on à cultiver aléatoirement certains souvenirs. On ne passe pas son temps, après tout, à déterminer ce que nous retenons, sauf peut-être l’école dans son déterminisme. La nature ne nous accorde pas ce pouvoir de décision.