Apocalypse Now

Facebook Twitter

Credit crunch

Crise bancaire. European banks: Gone ECBing. Sommet de l'UE: un nouveau 21 juillet... Avant un 21 avril. Habemus un accord.

Sommet de l'UE: un nouveau 21 juillet... Avant un 21 avril

La fumée blanche est sortie de Bruxelles tard dans la nuit. Evidemment, comme tout sommet qui se respecte, cela se finit par un accord, une conférence de presse et des sourires. Ici, peu et fatigués. EBA: €106bn of bank capital needed — we think. Le contribuable ne peut financer les banques à fonds perdus. Le débat sur la recapitalisation des banques est le type même de « self fulfilling prophecy ».

Le contribuable ne peut financer les banques à fonds perdus

A force de ne pas résoudre la crise grecque, les Gouvernements de l’Eurozone ont créé un environnement de crise qui a accru la vulnérabilité intrinsèque des banques européennes. Leur inaction a rendu le problème quasi insoluble. Multi-trillion plan to save the eurozone being prepared. Bank of China suspend des opérations avec trois banques françaises. Bank of China, l'une des quatre grandes banques commerciales chinoises, a interrompu certaines opérations de change, les swaps, et les opérations à terme sur les changes (forwards), avec la Société générale, le Crédit agricole et la BNP, rapporte mardi 20 septembre un quotidien économique chinois.

Bank of China suspend des opérations avec trois banques françaises

"D'après plusieurs courtiers, à cause de l'aggravation de la crise de la dette en Europe, Bank of China, qui est l'un des principaux acteurs du marché interbancaire, a provisoirement suspendu une partie de ses opérations de change avec des banques européennes, dont les opérations à terme et les swaps. " Les trois banques françaises concernées ont "récemment vu leur note abaissée par l'agence Moody's", précise le 21 Shiji Jingji Baodao. L'agence de notation a dégradé la semaine dernière la Société générale et le Crédit agricole, tout en prolongeant son examen sur BNP Paribas.

High Noon Approaching for Greece? The Greek tragedy in several acts would appear to be approaching a climactic moment.

High Noon Approaching for Greece?

The warnings coming out of Berlin all week have been hard to ignore: “Greece either puts up or shoves off” would seem to be the blunt message being offered. Only yesterday, German Finance Minsister Wolfgang Schaeuble informed members of the parliamentary budget committee that Greece is now perched on a “knife’s edge”. Nouriel Roubini's Global EconoMonitor » Full Analysis: Greece Should Default and Abandon the Euro. Author: Nouriel Roubini · · Share This Print The following piece of analysis was summarized in an OpEd published Tuesday in the Financial Times.

Nouriel Roubini's Global EconoMonitor » Full Analysis: Greece Should Default and Abandon the Euro

In order to clarify a number of points made, here is the full analysis. 26/09/2011: Greek crisis and exit strategy. At last - an excellent summary of the Greek crisis possible outcomes and exit strategies, courtesy of BBC (link here).

26/09/2011: Greek crisis and exit strategy

The bottom line is that no matter what Greece and Troika do or fail to do, the crisis will either move onto a full-blow economic implosion of Greece or global meltdown. This puts Greek dilemma, from euro area's perspective, squarely into the category of the choices faced by a patient with gangrened leg: to cut or to die. As Greece Denies, Germany Begins Greek Default Preparations. Euro-Zone Exit Scenarios: Germany Plans for Possible Greek Default - SPIEGEL ONLINE - News - International.

Herman Van Rompuy is an influential man in Europe.

Euro-Zone Exit Scenarios: Germany Plans for Possible Greek Default - SPIEGEL ONLINE - News - International

He is already president of the European Council, the assembly of the European Union's heads of state and government. Soon he will also serve as the chief representative of the euro zone, if all goes according to plan. LES FAISEURS DE MIRACLE SONT DES BONIMENTEURS. Billet invité.

LES FAISEURS DE MIRACLE SONT DES BONIMENTEURS

Les eurobonds seront « l’instrument naturel » permettant de « concilier diminution de la dette et croissance », le miracle tant attendu étant ainsi accompli. Telle est la conclusion d’un article de Henri Elbaz et Hervé Lorenzi de l’Université Paris-Dauphine dans « La Tribune » d’aujourd’hui, qui considère leur adoption comme « une certitude », lorsque l’Allemagne en viendra à convenir qu’ils représentent la moins onéreuse des solutions pour elle, comparée à l’éclatement de la zone euro. Après avoir énuméré les variantes possibles d’une émission de cet instrument de mutualisation de la dette européenne, reprenant les récentes suggestions émises par ses défenseurs, les auteurs en viennent à leur préconisation. La Poste rattrapée par la crise grecque, Actualités. 2012, l'année sans crédit. - Billets de cent dollars.

2012, l'année sans crédit

Nicky Loh / Reuters - L’an 2012 sera certes en France une année d’élections présidentielles, elle sera aussi une année d’assèchement profond du crédit en Europe. S’ajoutant à la rigueur budgétaire, ce facteur accentuera forcément la récession. Avec la crise, c'est l'ancien monde qui meurt. Le soulagement avec lequel, tous les ans, puis tous les mois, puis presque toutes les semaines, l’on apprend que le système est sauvé, prouve on ne peut mieux qu’il touche à sa fin.

Avec la crise, c'est l'ancien monde qui meurt

Il ne s’agit pas seulement de l’euro ou de la dette. Plusieurs ombres, venues du fond de notre histoire, planent aujourd’hui sur la France. Going Dutch – One Possible Solution To the Euro Debt Crisis? Looking back over the last 18 months of Europe’s debt crisis, European Central Bank Executive Board member Lorenzo Bini Smaghi recently invoked Winston Churchill’s famous quip, “You can always count on Americans to do the right thing — after they’ve tried everything else.” Europeans too, he assured his audience would also get it right, eventually. Unfortunately all the coming and going, procrastination, denial and half measures we have seen since the Greek crisis first broke out have not come without a cost, and this cost can be seen in the growing lack of confidence in the markets that a lasting solution to the underlying problems of the common currency will finally be found.

Only adding to the problems, even the Americans seem to be having difficulty finding the right thing to do this time round, or at least doing it at the right moment, as the market turbulence following the S&P downgrade has served to underline. Entre les marchés et les Etats, c'est la guerre! Le 2 janvier 1672, ruiné, Charles II, roi d’Angleterre, déclarait un «stop de l’échiquier», il suspendait sa dette pour un an. C’était une piètre décision en réalité, les créditeurs ne faisaient plus confiance depuis belle lurette à la couronne. Le roi manquait d’argent, il en manquera tout simplement plus encore. Jusqu’en 1688. A cette date, le roi Guillaume III retrouve tout le crédit qu’il désire. Faut-il taxer les riches. Après les récentes déclarations de Warren Buffett, cette question est plus que jamais d’actualité.

Mais qu’est-ce qui motive cette volonté de taxer les plus riches ? Augmenter les ressources de l’État, punir les riches, rétablir une forme de « justice sociale » ? Par Aurélien Véron Sollicité par Robert Ménard dans son émission sur Sud Radio, voici quelques éléments de réponse que je choisis d’étoffer ici par abondance de temps (la radio vous laisse 10 minutes entrecoupées).

Je ne suis pas particulièrement favorable aux riches, pas plus qu’aux pauvres ou aux classes moyennes. Taxer les riches ? Quelle riche idée ! Une idée de riche Taxer les riches ? En voilà une idée qu’elle est bonne ! Et nouvelle en plus. Une présentatrice d’I-Télé a parfaitement résumé la situation, jeudi 18 août : « C’est l’un d’eux qui a lancé l’idée, Warren Buffett. » Et le reportage qui suivait de confirmer : « L’idée a germé en Amérique... » En effet, jamais les militants de la gauche sociale et politique n’ont proposé, au cours de ces trente dernières années, d’augmenter les impôts des ménages les plus fortunés. Pour Libération, qui s’en empare enfin à la « une » (alors qu’elle a été à plusieurs reprises évoquée en d’autres temps, mais en pages intérieures), c’est d’ailleurs une « riche idée » : Courbe de Laffer. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Lorsque les prélèvements obligatoires sont déjà élevés, une augmentation de l’impôt conduirait alors à une baisse des recettes de l'État, parce que les agents économiques sur-taxés seraient incités à moins travailler (cela ne vaut plus la peine de travailler si les revenus issus du travail sont trop faibles).

Historique de l'idée[modifier | modifier le code] L'idée que « trop d'impôt tue l'impôt » ou que « le taux mange l'assiette » est ancienne : des économistes libéraux anciens avaient en leur temps déjà mené une réflexion sur ce phénomène, comme Adam Smith qui suggérait le phénomène en écrivant : « L'impôt peut entraver l'industrie du peuple et le détourner de s'adonner à certaines branches de commerce ou de travail » ; et surtout Jean-Baptiste Say qui concluait « qu'un impôt exagéré détruit la base sur laquelle il porte ». Faire payer les riches, ça ne paie pas. Eurobonds, euro fort et euro faible. Les Euro Obligations: un emplâtre sur une jambe de bois. Dette : le mythe du remboursement par l’inflation. Le commencement de la fin. A court de solutions politiques pour sortir de la crise. Central bankers to the rescue?