background preloader

Les données sur le chômage, l'exclusion

Facebook Twitter

[Étude] : Le chômage de longue durée. Alternative textuelle Réduire La hausse du chômage de ces dernières années s’est accompagnée en progression importante du nombre de demandeurs d’emploi inscrits depuis un an ou plus.

[Étude] : Le chômage de longue durée

La direction des statistiques de Pôle emploi s’est penchée sur le sujet : 5 enseignements à retenir. 1. 6 demandeurs d’emploi sur 10 sont inscrits à Pôle emploi au moins 12 mois depuis les 24 derniers mois (sans interruption de plus de 6 mois, en décembre 2013). 57% d’inscrits depuis au moins 12 mois. 2. Intensité de l’activité professionnelle pendant l’année écoulée (inscrits au moins 12 mois à Pôle emploi, dans les 24 derniers mois, en catégorie A, B ou sans interruption de plus de 6 mois) En décembre 2007 : Chômage de longue durée : pôle emploi. Le chômage de longue durée in données sociales. RSA conjoncture. Nombre d’allocataires du RSA. Données Données nationales (html - 34.8 ko - 24/05/2011 - [MAJ:21/05/2015]) Nombre d’allocataires du RSA Données départementales (html - 34.8 ko - 16/06/2011 - [MAJ:21/05/2015]) Nombre d’allocataires du RSA Données par sexe (html - 34.8 ko - 8/04/2011 - [MAJ:21/05/2015]) Nombre d’allocataires du RSA Définitions Le revenu de solidarité active (RSA) est une allocation qui complète les ressources initiales du foyer pour qu’elles atteignent le niveau d’un revenu garanti (si elles sont inférieures à ce dernier).

Nombre d’allocataires du RSA

Le revenu garanti est calculé comme la somme : — d’un montant forfaitaire, dont le montant varie en fonction de la composition du foyer et du nombre d’enfant(s) à charge ; — d’une fraction des revenus professionnels des membres du foyer, fixée par décret à 62%. Si les ressources initiales du foyer sont inférieures au montant forfaitaire, la différence s’appelle le RSA socle. Sources. CNLE Chiffres Cles 2015. RAPPORT ONPES Publics invisibles. RAPPORT travailleurs sociaux FORS. Rapport final APEX ONPES 01102015 VFD. Lettre ONPES 2 Nov2015. Minima2015. Pauvreté en France, notre état des lieux. « Les ménages qui ont des difficultés financières font des arbitrages, explique Brigitte Alsberge, responsable Solidarités familiales au Secours Catholique.

Pauvreté en France, notre état des lieux

Et on constate qu’il ne s’agit pas pour eux de faire une croix sur des choses "superficielles", comme on a tendance à le penser, mais d’arbitrer entre des dépenses essentielles. » Elle insiste : « Nous ne sommes pas dans l’anodin. » Dans son Rapport statistique 2015, le Secours Catholique a comparé, poste par poste, le « budget type » des ménages en situation de précarité, défini à partir des réponses des familles rencontrées, au budget « de référence » déterminé par l’ONPES* et considéré par l’observatoire comme un minimum par poste pour vivre décemment. Brigitte Alsberge souligne aussi la difficulté, ou l’impossibilité, pour ces ménages de mettre en place des stratégies dans le temps pour investir ou juste pour sortir de la « survie ». * l'Observatoire national de la pauvreté et de l'exclusion sociale Le cercle vicieux des agios.

20e Rapport sur l'État du Mal-Logement en France 2015. La Fondation Abbé Pierre publie cette année son 20e rapport sur « L’État du mal-logement en France ». 20 ans après, elle ne s’imaginait pas devoir dresser un aussi dur constat de la situation actuelle.

20e Rapport sur l'État du Mal-Logement en France 2015

Une occasion de s’interroger sur les blocages structurels, sociaux ou idéologiques, qui produisent aujourd’hui une situation toujours aussi pénible pour plusieurs millions de nos concitoyens, dont plus de 3,5 millions sont mal logés ou même en errance... Aujourd’hui, la crise du logement est toujours aussi criante. Et, malgré des intentions politiques qui prêtaient à l’optimisme, certaines des avancées sociales annoncées ont eu bien du mal à se concrétiser quand elles n’ont pas été détricotées en chemin... alors même qu’elles bénéficiaient d’un soutien politique, d’un mandat électoral clair et d’un réel relais dans l’opinion. Pourquoi cette résistance ? Le manque de volonté des acteurs et des financements publics n’est pas seul en cause. Observatoire 2015 de l acces aux droits et aux soins.