background preloader

Clovis

Facebook Twitter

Royaumes francs. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Royaumes francs

Ve siècle – 768/987 L'expansion des Francs Les royaumes francs sont les différents royaumes barbares qui se sont succédé ou ont cohabité en Europe occidentale (France, Belgique, Pays-Bas, Allemagne) après le déclin de l'Empire romain d'Occident et la conquête de ces territoires par les Francs au cours du Ve siècle. Ces royaumes, formant ensemble une entité appelée le Royaume des Francs (Regnum Francorum en latin), perdurent pendant tout le Haut Moyen Âge, du Ve au IXe siècle[1]. Francs. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Francs

Pour les articles homonymes, voir Franc. Les Francs constituent un peuple germanique apparaissant sous la forme d'une confédération de tribus au moment des grandes invasions. L'abbaye de Saint-Denis : L'ancienne abbaye royale. L'ancienne abbaye royale de Saint-Denis a illuminé des siècles durant l'histoire artistique, politique et spirituelle du monde franc.

L'abbaye de Saint-Denis : L'ancienne abbaye royale

Citons, notamment, la bibliothèque du monastère qui, à la fin du Moyen Age, est la plus importante du royaume. Choeur, déambulatoire et chapelles rayonnantes. La contruction du chevet a été entreprise par l'abbé Suger, de 1140 à 1144. J.Mangin © Document Unité d'archéologie de Saint-Denis L'église Saint-Denis, abbaye, basilique puis cathédrale L'église abbatiale a été dénommée "basilique" dès l'époque mérovingienne. En 1966, la basilique devient cathédrale, nom dérivé de "cathedra", siège de l'évêque qui s'y trouve. Un témoignage architectural unique. Histoires de France, Dominique BORNE. Ministère de la culture - Enluminures. Pharamond. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pharamond

Pharamond ou Faramond est le nom qui fut donné durant le Moyen Âge et l'Ancien Régime au premier roi des Francs et ancêtre des Mérovingiens. Ses qualités de roi des Francs et d'ancêtre mérovingien sont depuis rejetées par la critique historique[Note 1] et son historicité est également mise en doute.

Il est considéré depuis lors comme un personnage essentiellement mythique[1]. Étymologie[modifier | modifier le code] Le nom Faramond, qui renvoie aux racines franciques « fara » et « mund », signifiant respectivement « tribu » et « protection », peut signifier « protecteur de la tribu » voire « protecteur du pays ». La réalité[modifier | modifier le code] Critique sur l'historicité du personnage[modifier | modifier le code] Après l'avènement de l'historiographie moderne (fin XIXe siècle), sa parenté avec les Mérovingiens a été reconnue comme légendaire.

. — Page 105-106 « Celle [la généalogie] du Liber a-t-elle plus de valeur ? — Page 135-136. Jean Fouquet. La conversion de Clovis, les fleurs de lys, l'origine de notre histoire. Bataille de Tolbiac, fresque du Panthéon (Paris) de Paul-Joseph Blanc vers 1881 conjointement à d'autres fresques Lors de la bataille de Tolbiac contre les Alamans, Clovis fit le voeu de se convertir s'il emportait la bataille.

La conversion de Clovis, les fleurs de lys, l'origine de notre histoire

À l'occasion de cette bataille, les fleurs de lys, symbole de pureté virginale, lui furent données par son épouse sainte Clotilde à qui un ermite de la forêt de Marly avait remit un bouclier où figurait trois fleurs de lys, en référence à la sainte Trinité (Père, Fils et Saint-Esprit). L'ermite affirma l'avoir reçu d'un ange pour que le roi s'en serve durant la bataille à la place de ses armes ornées de trois croissants ou de trois crapauds. Selon l'ermite, ce bouclier devait lui assurer la victoire. La bataille de Tolbiac vient sceller la nouvelle vision du monde initiée par l'empereur Constantin (306-337) et chez nous, l'alliance des Gallo-Francs avec le Christ. Au berceau de la royauté française, comme du temps de nos ancêtres les Gaulois, ... (C. (C. . . . Le baptême de Clovis et l'entrée des Francs en romanité. Ne sont pas de même nature, ce qui revient en somme à dévaloriser le Fils par rapport au Père.

Le baptême de Clovis et l'entrée des Francs en romanité

Contre eux, le concile a défini l'orthodoxie : le Fils est « engendré, non pas créé, de même nature que le Père ». Le débat est de très grande portée théologique, puisque c'est la personne du Christ, Dieu fait homme qui est en cause, et donc le fondement même du christianisme. Mais l'important pour notre sujet est qu'une grande partie des Germains avait été christianisée dans l'arianisme, et que l'aria- nisme en était venu à faire figure de « religion nationale » des peuples germaniques, face aux romains et romanisés catholiques.

Au moment de l'avènement de Clovis, toutes les régions de Gaule situées au sud de la Loire et à l'ouest du Rhône sont sous la domination des Visigoths ariens, et toutes les régions du Sud-Est sont sous la domination des Burgondes, également ariens. 3. Ne sont pas de même nature, ce qui revient en somme à dévaloriser le Fils par rapport au Père.