background preloader

Les voyages scientifiques du 18ème siècle

Facebook Twitter

Les Européens et Tahiti [étude de cas]

Le voyage de Lapérouse. Charles Marie de La Condamine. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Charles Marie de La Condamine

Charles Marie de La Condamine, né le à Paris et mort le à Paris, est un explorateur et un scientifique français, astronome et encyclopédiste du XVIIIe siècle. Chevalier des ordres royaux, militaires et hospitaliers de Saint-Lazare de Jérusalem et de Notre-Dame du Mont-Carmel, Secrétaire des commandements de Son Altesse Sérénissime Monseigneur le duc d'Orléans Il est membre de l’Académie royale des sciences de Paris, de la Société royale de Londres, des Académies de Berlin, de Saint-Pétersbourg, de Bologne, de Cortone, et de l'Académie de Stanislas[1] sise à Nancy. Il est élu à l'Académie française en 1760 et reçu par Buffon. Il est célèbre pour avoir mené, de 1735 à 1743, une expédition géodésique française en Équateur qui a mesuré trois degrés du méridien afin de déterminer la figure de la Terre. Il a acquis une notoriété particulière en tant que défenseur engagé dans l'inoculation contre la variole.

Carrière[modifier | modifier le code] Les voyages scientifiques du 18ème siècle [ressource] Vers le milieu du XVIIIe siècle vint l'époque des voyages maritimes, dits « scientifiques ».

Les voyages scientifiques du 18ème siècle [ressource]

Non que les voyages précédents aient été conduits par des ignorants, nous avons vu au contraire l'avancée prodigieuse des techniques navales en trois siècles. Mais certains voyages de la période qui va en gros de 1750 à 1850, ceux que l'on qualifie de « grands », méprisant les trajets « utiles », se prétendirent avec insistance « scientifiques », comme si leur unique objectif avait été le progrès des sciences sous tous ses aspects. Romantisme ou hypocrisie ? Idéalisme ou intoxication ? Signe des temps assurément que cette ambiguïté. Un nouveau type d'officier de marine À partir de 1750, il est vrai, un nouveau type d'officier de marine vit le jour, formé à l'astronomie, à l'hydrographie, ayant accès à toute une panoplie nouvelle de moyens scientifiques, mais aussi animé d'une égale curiosité pour tous les aspects de la connaissance. CMPC : Océanie, les grands découvreurs du Pacifique, sommaire Océan. Traversées - Récits de voyages au XVIIIe siècle.

Lumières et explorations scientifiques dans l'océan Pacifique. Le XVIIe siècle esquisse les contours de l’océan Pacifique alors que le XVIIIe siècle accomplit.

Lumières et explorations scientifiques dans l'océan Pacifique

La première moitié du XVIIe siècle connaît une inflexion, un essoufflement dans les voyages au Grand Océan. Les quelques voyages qui s’y déroulent sont essentiellement à caractère commercial. Il faut ajouter que ces entreprises restent le fait d’initiatives individuelles. Autour de 1750, des changements considérables apparaissent. Associée à l’Académie des sciences, l’Académie de Marine fondée en 1752 donne un nouveau souffle aux expéditions de découvertes. La dernière escale de Cook à Hawaï où il est tué par les insulaires lors de son troisième voyage de circumnavigation.

Références de l'image Deux missions lui sont confiées. Les instructions définies pour son premier voyage (1768-1771) précisent la recherche de la Terra Australis Incognita ainsi que l’observation du passage de Vénus sur le disque solaire à Tahiti. Navigation Cook Histoire. 18e siècle: Arrivée des occidentaux: Excursion: Océanie: MCQ. James Cook - 1768-1771 : le premier voyage Le 27 octobre 1728 dans le Yorkshire, en Angleterre, naît James Cook.

18e siècle: Arrivée des occidentaux: Excursion: Océanie: MCQ

Très jeune, il se fascine pour la mer. Voyant son grand intérêt, une famille propriétaire de bateaux l’embauche comme apprenti à l’âge de 17 ans. Cook s’initie parallèlement aux mathématiques et à la navigation. À 27 ans, il s’enrôle dans la marine Royale comme officier. Grâce à ses talents rapidement reconnus, il devient maître de son propre bateau, le Pembroke, deux ans plus tard. En 1768, la réputation de Cook n’est plus à faire. Cook choisit l’Endeavour pour ses capacités de navigation et de transport de matériel. Le passage de la planète Vénus observé avec succès le 3 juin 1769, et donc la première partie de son mandat étant accomplie, Cook quitte Tahiti le 9 août 1769, avide de confirmer ou d’infirmer l’existence d’un continent dans l’hémisphère sud.

L’équipage quitte finalement la Nouvelle-Zélande et aborde en Australie, déclarée possession britannique à son tour.