background preloader

5.2. Répartition de la richesse et de la pauvreté dans le monde

Facebook Twitter

Banque mondiale - Pauvreté - Vue d'ensemble [ressource] Au siège du Groupe de la Banque mondiale, à Washington, on peut lire une inscription qui grave dans la pierre sa mission : « Œuvrer pour un monde sans pauvreté ».

Banque mondiale - Pauvreté - Vue d'ensemble [ressource]

Cette mission sous-tend l’ensemble des activités d’analyse, opérationnelles et de mobilisation que la Banque mondiale entreprend dans plus de 145 pays clients. Elle est elle-même confortée par le double objectif que s’est fixé le Groupe : mettre fin à l’extrême pauvreté en l’espace d’une génération et promouvoir une prospérité partagée, d’une manière durable, sur toute la planète. De grands progrès ont été accomplis dans la lutte contre la pauvreté au cours des dernières décennies. En 2010, le premier des objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), qui visait à réduire de moitié le taux de pauvreté de 1990 à l'horizon 2015, a été atteint avec cinq ans d’avance sur le calendrier prévu. Néanmoins, malgré ces progrès, à l’échelle du globe, le nombre de personnes vivant dans l’extrême pauvreté reste inacceptable.

L'extrême pauvreté par zone géographique [carte] [infographie] La richesse des nations [carte] Depuis que j’enseigne la mondialisation et la géographie du développement (donc depuis que j’enseigne tout court), je suis confronté à une douloureuse question.

La richesse des nations [carte]

Lorsque les élèves ont colorié les pays riches (habituellement les pays de feu le « Nord » moins l’ex-URSS), les pays en transition, les BRICS, les pays ateliers (et/ou leurs acolytes, émergents, exportateurs, pétroliers, etc.) et enfin les déprimants Pays les Moins Avancés, que faire de ce qui reste, des ni producteurs, ni riches, ni moins avancés ? Comment trouver un classement qui permette de trouver une place à chacun des 193 pays du monde, même une place par défaut ? (193, plus ou moins, selon qu’y figurent le Vatican, la Palestine, etc.). La question n’est pas si épineuse qu’on ne s’y puisse frotter… J’ai donc fouillé Wikipédia à la recherche de classements et de sources fiables pour lesdits classements.

Groupe 1 : Les pays riches Commençons par les pays riches. Groupe 2 : Les BRICS Groupe 5 : les PMA. Electrification rurale, village de Aguégués, Bénin.

G5.2 EDC : les inégalités de santé dans le monde

L’histoire de deux fillettes [animation] Inspiré du Rapport sur la santé dans le monde, 2003, ce récit met en parallèle la vie de deux fillettes nées l’une au Japon, l’autre en Sierra Leone, avec un écart d’espérance de vie de 50 ans.

L’histoire de deux fillettes [animation]

Alors qu'une fillette née aujourd'hui au Japon peut s'attendre à vivre jusqu'à environ 85 ans, une autre née au même moment en Sierra Leone a une espérance de vie qui ne dépasse pas 36 ans. La Japonaise va être convenablement vaccinée, nourrie et scolarisée. Si elle tombe enceinte, elle bénéficiera de soins maternels de haute qualité. Plus tard, elle pourra être atteinte de maladies chroniques, mais d'excellents services de traitement et de réadaptation seront à sa disposition et elle peut alors s'attendre à recevoir des médicaments d'une valeur moyenne de US $550 par an, et bien plus si nécessaire. En revanche, la fillette de Sierra Leone a peu de chances d'être vaccinée et risque fort de souffrir d'un déficit pondéral pendant toute son enfance. Voir aussi. La malnutrition au Mali [webdoc] L'espérance de vie dans le monde en 2008 [carte]

Depuis le 1er janvier, les hôpitaux français ont l’obligation de publier dix indicateurs reflétant « la qualité et la sécurité des soins (1). » Confirmant la volonté gouvernementale de procéder à une évaluation quantitative de la qualité des services publics (2), ce décret rappelle que l’établissement de statistiques reflète les projets politiques — et ne manque pas de les influencer en retour.

L'espérance de vie dans le monde en 2008 [carte]

Ces données, censées résumer la « qualité de la prise en charge des patients », devront également être publiées par les hôpitaux de façon « comparative » — ce qui invite à faire le point : peut-on vraiment comparer les « performances » des structures de soins ? A l’échelle mondiale, et malgré toutes ses limites (3), l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a au moins le mérite de contribuer à la collecte de données sur la situation sanitaire. Les méthodes de calcul posent aussi question. Taux de mortalité infantile dans le monde [carte] DDC - La mondialisation des maladies [vidéo] Le Sida : carte du monde en 2009 [carte]

Les bidonvilles