background preloader

Genre, mixité, inégalités hommes/femmes

Facebook Twitter

Christine Detrez et les inégalités liées au genre - Interviews 2016. Un coup de pouce pour les filles ? Les biais de genre dans les notes des enseignants et leur effet sur le progrès des élèves. Note IPP n°14 Décembre 2014 Auteur : Camille Terrier.

Un coup de pouce pour les filles ? Les biais de genre dans les notes des enseignants et leur effet sur le progrès des élèves

Les filles sont meilleures que les garçons à l'école. Depuis 100 ans et dans toutes les matières. Depuis quelques années, de nombreuses études montrent que les filles ont de meilleurs résultats à l'école que les garçons, à tel point qu'aux Etats-Unis, les discussions tournent aujourd'hui autour de ce «nouveau» déséquilibre éducatif et des moyens d'aider les garçons à combler leur retard.

Les filles sont meilleures que les garçons à l'école. Depuis 100 ans et dans toutes les matières

Le constat est aussi une des raisons pour lesquelles Hanna Rosin, contributrice de Slate.com, annonçait récemment le déclin masculin et l'arrivée d'une ère dans laquelle les femmes accèdent enfin au pouvoir dans son livre The End of Men (voici venu le temps des femmes). Être une fille dans une classe de garçons. Comment les jeunes filles qui ont choisi des filières masculines vivent-elles leur scolarité ?

Être une fille dans une classe de garçons

La sociologue Julie Thomas a étudié le cas de jeunes filles en BEP électronique, CAP métiers de l’automobile, première scientifique… Elle relève chez elles trois stratégies différentes pour vivre ce moment particulier de leur existence. À coups de poing - Il y a d’abord celles qui réussissent à « s’imposer » avec une apparence masculine acquise durant l’enfance. Au sein de leur établissement scolaire, elles se font leur place à coups de poing, si besoin.

On ne naît pas homme, on le devient. La m. Revue de presse du lundi 10 février 2014. En ce début de semaine, quelques phrases d’un homme politique dominent l’actualité. Mais avant cela, parlons de choses constructives... Innover dans l’éducation ? Apprendre à apprendre ? Ce sont les grandes interrogations de François Taddéi, cofondateur du Centre de recherche interdisciplinaire (CRI), que nous rapporte le blog Internetactu. " History trouble. Vous avez travaillé sur le mouvement ouvrier français, fait une histoire des discours féministes, contribué à l’introduction de la notion de genre dans l’historiographie… quel est le centre de gravité de votre recherche ?

History trouble

Je ne suis pas sûre qu’à l’échelle de ma vie de chercheuse, on puisse identifier une unité très claire d’objet, de méthode ou même de théorie. Mieux vaudrait penser en termes de parcours, de bifurcations, de changements successifs d’optique. J’ai été à plusieurs reprises convoquée par un contexte politique et intellectuel : les mobilisations de la gauche des années 1960, le féminisme à partir des années 1970… Mais peut-être qu’au fond, ma question a toujours été celle des rapports de force dissymétriques. Mon premier travail portait sur l’organisation sociale et politique des verriers de Carmaux à la fin du XIXe siècle. En même temps, je n’ai pas toujours appréhendé cette question dans la même perspective. C’est là aussi une affaire d’occasion historique.

Avril-juin 2010 La mixité scolaire : une thématique (encore) d’actualité ? Accueil - ABCD de l'égalité filles-garçons. Cinq intox sur la « théorie du genre » Des centaines de parents ont retiré, hier, leurs enfants de l'école pour protester contre « l'enseignement obligatoire de la théorie du genre » dès la primaire.

Cinq intox sur la « théorie du genre »

Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Jonathan Parienté C'est le dernier « coup » des opposants à la supposée « théorie » du genre : suivant les recommandations de Farida Belghoul, ancienne figure de la lutte des « Beurs » des années 1980, devenue proche du militant d'extrême droite Alain Soral, des dizaines de parents ont retiré, lundi 27 janvier, leurs enfants de l'école pour protester contre « l'enseignement obligatoire de la théorie du genre » dès la primaire.

Lire les dernières informations Après des boycotts de parents, Peillon dément tout enseignement du « genre » à l'école Une vaste opération d'intox, qui repose sur des fantasmes de plus en plus répandus. Or, c'est tout simplement faux. Lire : La « théorie du genre », ennemie de « l'ordre naturel »

CecileBlan : Tremblez, caniches! #genre... Www.oecd.org/pisa/pisaproducts/PIF-2014-gender-international-version.pdf?utm_content=buffere882b&utm_medium=social&utm_source=twitter.com&utm_campaign=buffer. Théorie du genre : ce qui froisse les réacs. Voici peu, "on ne naît pas femme, on le devient", la cinglante formule de Simone de Beauvoir dénonçant le poids de la société dans la construction de nos identités, faisait consensus sur notre échiquier politique.

Théorie du genre : ce qui froisse les réacs

La cause de l'égalité entre les sexes, de la lutte contre ce conditionnement, semblait entendue. Semblait, car une "nouvelle" droite, celle des irréductibles opposants au mariage gay, prétend aujourd'hui y voir un odieux complot. Elle l'a baptisé "théorie du genre" et clame haut et fort son absolue croyance en un éternel féminin et un éternel masculin.

Ce complot, disent ces "anti", est ourdi par les militants homosexuels, trans, queer et autres ultraféministes qui instillent leurs idées perverses et contre nature jusque dans les rapports gouvernementaux, les manuels scolaires et même bientôt, horreur, dans les petites têtes innocentes de nos enfants. Un vestiaire "neutre" au lycée.

Courrier international 2 mai 2013 | Partager : Le Lycée Södra Latin de Stockholm sera le premier en Suède à offrir aux élèves un vestiaire neutre, rapporte le Dagens Nyheter.

Un vestiaire "neutre" au lycée

C'est l'association HBQT (homosexuels, bisexuels, queer, transgenre) de l'école qui a soulevé la question, et le conseil des élèves a voté pour. "C'est pour les élèves qui ne souhaitent s'identifier ni comme hommes, ni comme femmes", explique au quotidien Camille Trombetti, 18 ans, présidente du conseil des élèves. La fabrique des garçons (S. Ayral), lu par Baptiste Brossard. Sylvie Ayral La fabrique des garçons.

La fabrique des garçons (S. Ayral), lu par Baptiste Brossard

Sanctions et genre au collège,Paris, Puf (Partage du savoir), 2011, 204 p. Comment expliquer que, dans les établissements scolaires, les garçons soient plus souvent sanctionnés que les filles ? On aurait pu s’attendre à ce qu’un ouvrage traitant de cette question consiste en une énième répétition des sens communs éducatifs : lire que l’École va mal, que l’équilibre des jeunes se trouve affecté par un affaiblissement de l’autorité des adultes, que les établissements ont besoin de plus de moyens financiers pour défendre les valeurs républicaines et méritocratiques. Mais il n’en est rien. La fabrique des garçons, écrit par Sylvie Ayral et paru en mars 2011 aux Presses universitaires de France, propose un point de vue original sur les sanctions scolaires au prisme du genre. La problématique étant posée, le livre s’ouvre sur un cadrage théorique (chap. 1, pp. 9-68). Education et emploi : Les inégalités entre hommes et femmes sont toujours bien présentes.

Le 8 mars est la journée internationale de la femme, moment opportun pour faire un état des lieux sur l’égalité entre hommes et femmes dans l’éducation et dans l’emploi.

Education et emploi : Les inégalités entre hommes et femmes sont toujours bien présentes

Les stéréotypes négatifs sur les garçons nuisent à leurs résultats scolaires. Très tôt, les jeunes garçons s’estiment académiquement inférieurs aux filles et ils croient que les adultes pensent de la même manière.

Les stéréotypes négatifs sur les garçons nuisent à leurs résultats scolaires

Ces stéréotypes négatifs envers les garçons peuvent nuire à leurs rendements académiques. Les filles reçoivent de meilleures notes grâce à leur comportement - révèle une étude américaine. Sur le chemin de la mixité – Onisep. Égalité filles-garçons - Les enjeux de l'égalité filles-garçons. Filles et garçons sur le chemin de l'égalité de l'école à l'enseignement supérieur. Rédaction en chef : Mireille Dubois. Égalité des filles et des garçons. Une politique éducative en faveur de l'égalité à l'école La loi du 8 juillet 2013 pour la refondation de l'École rappelle que la transmission de la valeur d'égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes, se fait dès l'école primaire.

Cette politique publique est une condition nécessaire pour que, progressivement, les stéréotypes s'estompent et que d'autres modèles de comportement se construisent sans discrimination sexiste ni violence. Elle a pour finalité la constitution d'une culture de l'égalité et du respect mutuel. Les établissements sont invités à inscrire cette problématique dans leur règlement intérieur et à mettre en place, dans le cadre des comités d'éducation à la santé et à la citoyenneté (CESC), des actions de sensibilisation et de formation dédiées. Socle commun de connaissances de compétences et de culture Une situation contrastée.

Les femmes dans les filières de l'enseignement supérieur. 30 propositions pour lutter contre les violences sexuelles dans les établissements scolaires. La parité au travail : Une affaire d'école ? Le rapport annuel de la délégation des droits des femmes du Sénat, sous la houlette de Brigitte Gonthier-Maurin, n'oublie pas l'école. "La délégation considère qu'une relance de l'égalité femmes - hommes dans le travail appelle une réponse globale qui ne doit pas se limiter à la seule sphère professionnelle mais engager une évolution de la société toute entière et un changement des mentalités. A ce titre, elle exprime une attente particulière à l'égard du système éducatif dans son ensemble pour lutter contre les stéréotypes sexués". Najat Vallaud-Belkacem : "L'apprentissage de l'égalité dès la maternelle" Comment enseigner l’histoire du genre et des homosexualités à l’école ? Une mise au point proposée ci-dessous par Mickaël Bertrand, professeur au lycée Anna-Judic de Semur-en-Auxois (Académie de Dijon), membre du collectif Aggiornamento histoire-géographie Dans une interview au journal Têtu du mois de novembre 2012, Najat Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des femmes et porte-parole du gouvernement, a expliqué qu'elle désirait voir mentionner l'homosexualité des personnages historiques dans les manuels scolaires : « Aujourd'hui, ces manuels s'obstinent à passer sous silence l'orientation LGBT (lesbienne, gay, bi et trans) de certains personnages historiques ou auteurs, même quand elle explique une grande partie de leur œuvre comme Rimbaud ».

IEC Page d'accueil. Les "gender studies" pour les nuls - Sandrine Teixido, édition Héloïse Lhérété, article. Manuels scolaires. Un député UMP saisit la mission contre les sectes - France. Manuels scolaires : un député UMP saisit la mission contre les sectes, Actualités. Lettre-commune-sur-la-therie-du-gender-30-aout-2011-