background preloader

Les bidonvilles

Facebook Twitter

En 2050, les bidonvilles accueilleront 3 milliards d’habitants – EURACTIV.fr. Pierre-Arnaud Barthel est chef de projet de la division Collectivités locales et développement urbain à l’Agence Française de Développement.

En 2050, les bidonvilles accueilleront 3 milliards d’habitants – EURACTIV.fr

Il participera jeudi 16 mars à la conférence ID4D « Slum is beautiful ? Repenser les quartiers précaires» organisée à Paris par l’AFD. Cette interview est publiée en partenariat avec le blog de réflexion sur le développement ID4D. Comment peut-on définir la notion de bidonville ? Il y a une définition de l’ONU Habitat qui cible une zone dotée d’un accès insuffisant à l’eau, à l’assainissement, où la structure du logement est très faible avec des matériaux de construction peu solide et qui est en surpopulation. À l’inverse, certains vocabulaires stigmatisent, comme « quartiers illégaux », « favelas », tandis que certaines dénominations sont plus douces comme en Tunisie qui utilise le terme « quartiers populaires ». Oui, c’est un phénomène mondial.

Le bidonville de Kibera à Nairobi [EDC]

Le bidonville est-il l'avenir de l'urbanisme ?, Sciences & Prospectives. Unequal Scenes - [photographies] paysages des inégalités urbaines en Afrique du Sud. Villes et bidonvilles. Habitats du Monde : Les bidonvilles. Les bidonvilles 1) Introduction : Les bidonvilles sont aujourd'hui une réalité avec laquelle il faut compter.

Habitats du Monde : Les bidonvilles

Ils constituent sans aucun doute le problème numéro un de l'habitat dans le monde. Si la préservation de l'architecture est relativement importante, l'accès à un logement décent est fondamentale. Il me semblait donc essentiel de réaliser un chapitre sur les bidonvilles, ces quartiers "pauvres" que les gouvernements tentent bien trop souvent de cacher. 2) Généralités : On constate que depuis quelques décennies, une croissance sans précédent s'opère dans les grandes villes du monde entier.

Les quartiers informels sont des zones urbaines qui n'apparaissent sur aucun plan urbain. Les municipalités quant à elles ne se préoccupent guère de ces secteurs. 3) Les bidonvilles : 4) Quelles solutions pour améliorer les bidonvilles : Bien sur les solutions existent et sont même multiples. Les solutions pour la réhabilitation et l'assainissement des bidonvilles sont nombreuses. Www.hudco.org. Les bidonvilles dans l'espace urbain. Qu'est-ce qu'un "bidonville" ?

Les bidonvilles dans l'espace urbain

Musique : Claude Nougaro - Bidonville Click Here To Listen La première définition écrite du terme anglais « slum » apparaît, dit-on, en 1812 sous la plume de l'écrivain et hors-la-loi James Hardy Vaux, dans son Vocabulary of the Flash Language, où il est présenté comme synonyme de « racket » ou « commerce criminel ».

Aussi, pendant longtemps, le « slum » a été associé à un habitat sale et occupé par une population misérable et criminelle. En français, le mot « bidonville » a été employé pour la première fois en 1953 à propos du Maroc pour désigner littéralement des « maisons en bidons », c'est-à-dire un ensemble d'habitations construites avec des matériaux de récupération. Photo : Le bidonville Dharavi à Bombay (env. 800 000 hab.) Aujourd'hui, on qualifie de bidonville, un logement qui possède à peu près les caractéristiques suivantes : Image satellite : Le bidonville de Kibéra, Kenya(env. 200 000 hab.) - (Google Earth) Typologie des bidonvilles Sources :

RTS.ch - Emissions - Un milliard d'êtres humains s'y entassent: que faire des bidonvilles? Bidonvilles: Dennis Rodgers Dennis Rodgers, anthropologue, chercheur à l'Institut Brooks de recherche sur la pauvreté mondiale de l'Université de Manchester (Grande-Bretagne), et collaborateur du Centre d'études sur les confits, le développement et la paix de l'Institut universitaire de hautes études internationales et du développement de Genève.

RTS.ch - Emissions - Un milliard d'êtres humains s'y entassent: que faire des bidonvilles?

Né en Thaïlande en 1973, Dennis Rodgers a grandi en Suisse, enInde, et en France. Il détient les nationalités anglaise,française, et suisse. Il a obtenu sa licence et son doctorat enanthropologie sociale à l'Université de Cambridge, ainsi qu'uncertificat d'études internationales à l'Institut universitaire dehautes études internationales (HEI) de Genève. Il a été chercheur àla Commission économique pour l'Europe des Nations Unies (CEE-ONU)en 1994-95, et au Service de la recherche en éducation (SRED) duDépartement de l'instruction publique (DIP) de la République et duCanton de Genève en 1999-2000.