background preloader

Le sort des Amérindiens

Facebook Twitter

Bon sauvage. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bon sauvage

Cet article est incomplet dans son développement ou dans l’expression des concepts et des idées. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date). Son contenu est donc à considérer avec précaution. Améliorez l’article ou discutez-en. Les indigènes « nus » et « innocents » dans la Lettre de Pero Vaz de Caminha (1500)[modifier | modifier le code] Le 22 avril 1500, l'armada du capitaine-majeur Pedro Alvares Cabral (1467-1520) accoste pour la première fois en Amérique du Sud.

Lors des premiers échanges avec les Portugais, les autochtones se montrent curieux, mais aussi craintifs des nouveautés : « On leur a montré une poule, ils en ont presque eu peur, et ne voulaient pas y toucher. Le mythe du bon sauvage chez Cartier dans Voyages au Canada[modifier | modifier le code] Le mythe chez Montaigne dans Des Cannibales[modifier | modifier le code] Le mythe chez Diderot dans Supplément au voyage de Bougainville[modifier | modifier le code]

L’évangélisation des Indiens d’Amérique - légende noire [ressource] 1 Bernand, Carmen, Gruzinski, Serge, Histoire du Nouveau Monde, t. 2, Paris : Fayard, 1993. 2 Ibid., p. 10. 3 4 Juderías, Julían, La Leyenda negra y la verdad histórica : Estudios del concepto de España en Eur (...) 4 Pérez, Joseph, La Légende noire de l’Espagne, Paris : Fayard, 2009, p. 81.

L’évangélisation des Indiens d’Amérique - légende noire [ressource]

Guillaume d’Orange publ (...) 5 www.bacdefrancais.net/ 1Carmen Bernand et Serge Gruzinski dans leur Histoire du Nouveau Monde1 le reconnaissent d’emblée : « Une historiographie dominée par les mythes entourant les Etats-Unis » a longtemps escamoté la prééminence de la première Amérique qui fut espagnole … « relayant la légende noire – née au XVIe siècle dans l’ombre de cette première Amérique, pour n’y voir que la préfiguration d’une Amérique latine exotique et arriérée, condamnée à connaître le sort d’un tiers monde sans avenir2. » L’expression « légende noire » apparaît pour la première fois sous la plume de Julían Juderías qui la dénonce en 19143. 8Il naît à Séville en 1484. 11 Ibid., p. 563.

L'évangélisation des Indiens du Mexique. Brevísima relación de la destrucción de las Indias. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Brevísima relación de la destrucción de las Indias

Frontispice de l'édition de 1552 de la Brevísima relación de la destrucción de las Indias. La Brevísima relación de la destrucción de las Indias (en français : Très bref rapport ou Très brève relation de la destruction des Indes) est un livre écrit à partir de 1539 par le frère dominicain Bartolomé de las Casas et publié en 1552. Dans celui-ci, las Casas s'efforce de dénoncer les effets néfastes de la colonisation des Amériques par les Espagnols et de la mise en esclavage des peuples indigènes.

L'œuvre de Las Casas se veut polémique, ses récits contiennent de nombreuses exagérations et présentent les événements historiques sous un angle souvent manichéen. Elle a été amplement commentée au cours des siècles et a ainsi contribué à forger la Légende noire espagnole. Présentation[modifier | modifier le code] Contexte biographique[modifier | modifier le code] Rédaction et impression[modifier | modifier le code] Las Casas défend les indiens et ... - Clio Texte. La conquête, un terme inadmissible Brève relation de la destruction des Indes Las Casas (1474-1566), prêtre, puis moine dominicain, a participé à la conquête du Mexique et du Guatemala.

Las Casas défend les indiens et ... - Clio Texte

Il a pris la défense des Indiens, dont certains avaient été réduits en esclavage et beaucoup d’autres confiés à des Espagnols selon un système, l’encomienda, qui a souvent entraîné le travail forcé. À partir de 1550, revenu en Espagne, Las Casas rédige, pour défendre son point de vue, une histoire des Indes où il reprend des textes qu’il a écrits précédemment, des textes d’historiens contemporains ou de penseurs de l’antiquité et des faits qu’il a lui-même observés. Dès 1552 est diffusé à Séville un résumé de cette oeuvre : La Brève Relation de la destruction des Indes. "Ce terme ou vocable de conquête, en ce qui concerne les Indes découvertes ou à découvrir, est tyrannique, mahométique, abusif et infernal.