background preloader

L'Ecole, condamnée à disparaître ?

Facebook Twitter

Welcome to The Bridge School. Mark Bray : l'ombre du système éducatif. La fin de l'Ecole ? A quoi sert le lycée ?

La fin de l'Ecole ?

Selon une enquête d'abord à se faire des relations. Parce que quand il s'agit de mieux comprendre le monde, pour les lycéens cela passe d'abord par Internet ou la presse écrite avant le lycée. C'est une des révélations des auteurs de "La fin de l'école". François Durpaire est maître de conférences en sciences de l'éducation et aussi consultant média très connu. L'Ecole bientôt hors jeu ? Alors que F Durpaire et B Mabilon-Bonfils annoncent "la fin de l'école", le GIRSEF, un groupe de recherches belge, organise le 6 novembre à Charleroi, un colloque important sur "l'Ecole hors jeu".

L'Ecole bientôt hors jeu ?

" L’École est soumise à de fortes pressions. Souvent décriée, elle est sommée de s’adapter aux évolutions sociétales", explique l'argumentaire du colloque. Internet va-t-il terrasser l'Education nationale ? Le livre "Le Tsunami numérique", publié chez Stock par notre confrère Emmanuel Davidenkoff, directeur du magazine "L’Etudiant", et chroniqueur à France Info, aurait tout aussi bien pu être titré "Pourquoi l’école française risque de sombrer".

Internet va-t-il terrasser l'Education nationale ?

Car ce livre est loin de se limiter à l’impact de la révolution numérique sur la façon d’enseigner, comme on pourrait le croire. Le numérique est un révélateur à la lumière duquel Davidenkoff se demande si le mammouth français va survivre, empêtré dans sa lenteur à évoluer. L’internet ouvre une nouvelle voie d’accès de tous au savoir, qui remet en cause le dogme élitiste de notre système éducatif. Le déclin de l'école républicaine... et comment y remédier. Comment rebâtir une école réellement démocratique en France ?

Le déclin de l'école républicaine... et comment y remédier

Depuis la publication de Pisa 2012, le constat du déclin de l'Ecole républicaine est établi. Bernard Hugonnier, ancien directeur adjoint de l'éducation à l'OCDE, revient, dans un petit livre publié électroniquement, sur les données qui établissent cette situation. Mais il va plus loin que beaucoup d'auteurs en indiquant les changements à apporter pour un réel redressement. Son expérience à l'OCDE lui donne une vision internationale plus à même de bousculer les idées toutes faites. Ainsi il prend parti pour une véritable prise en compte dans le système éducatif su caractère multiculturel de la société française, une base pour améliorer les résultats d'un système éducatif en total décalage avec le monde moderne. Mais oui, mais oui, l’école est finie ! Par Daniel H.

Mais oui, mais oui, l’école est finie !

Pink, depuis les États-Unis.Un article de Reason. Voici une énigme de l’économie contemporaine : à chaque fois que l’on soumet les étudiants du monde entier à un de ces tests qui mesurent quel est le pays où les enfants en savent le plus, les jeunes américains sont invariablement classés tout en bas. Quel que soit le sujet, lorsque les classements internationaux sont publiés, les pays européens et asiatiques finissent premiers tandis que les États-Unis ferment la marche.

Nous le savons tous, ceci n’est pas bon. Cependant, d’après presque tous les indicateurs, l’économie américaine surpasse ces mêmes nations d’Asie et d’Europe. A quoi sert l'Ecole ? « A quoi sert l’école ?

A quoi sert l'Ecole ?

» : la question se présente à première vue davantage comme une provocation que comme une interrogation sérieuse. Elle présuppose d’abord, par le jeu même de cette évocation, qu’un certain doute subsiste et que l’école puisse, de facto, ne servir à rien. La mission de service public éducatif, indiscutablement éminente quant à ses objectifs, pourrait donc être interrogée quant à ses effets. À l'école de la vie. Alan Thomas - Harriet Pattison 3 juillet, souscription terminée !

À l'école de la vie

Merci de votre confiance. Alan Thomas et Harriet Pattison ont rassemblé de nombreuses et passionnantes études issues de la recherche en sciences de l'éducation à propos des apprentissages informels. L'école en 2025: "Notre système éducatif a besoin d'innover, sinon il disparaîtra" "Prof, un métier menacé" pour "Télérama" : oui, mais pas par ce que l'on croit. Rentrée des classes à Nice, le mardi 3 septembre 2013 (B.BEBERT/SIPA) Atmosphère atmosphère… quelle est-elle en cette rentrée ?

"Prof, un métier menacé" pour "Télérama" : oui, mais pas par ce que l'on croit

Comment vont les profs qui abordent cette première véritable rentrée Peillon ? La lecture des médias peine à donner une image positive du moral des forces vives de l’Éducation nationale. Peter Gray : l'école est une prison. « Libre d’Apprendre : Pourquoi libérer l’instinct du jeu rend nos enfants plus heureux, plus autonomes, et de meilleurs élèves pour toute la vie » Les parents envoient leurs enfants à l'école avec les meilleurs intentions, pensant qu'ils en ont besoin pour devenir des adultes productifs et épanouis.

Peter Gray : l'école est une prison

Ils doutent souvent du bon fonctionnement des écoles, mais la sagesse conventionnelle veut que ces problèmes peuvent être résolus avec plus de moyens, de meilleurs enseignants, des programmes plus difficiles, et/ou des examen plus rigoureux. Et si le problème venait de l'école elle-même ? La triste réalité est que l'une de nos institutions préférées, par sa nature même, ne répond pas aux besoins de nos enfants et de notre société. L'école est un passage obligé pour les enfants, qui restreint fortement leur liberté - les adultes ne toléreraient pas eux-même de telles contraintes dans leurs lieux de travail. Welcome to a New Way of Thinking about Education * Alternatives To School.

Qui a intérêt au maintien en l'état d'un système éducatif qui dysfonctionne ? - Idées. Quand la productivité d’une institution décroît et que la moindre tentative de la réformer pour en améliorer les performances provoque d’immédiates levées de bouclier, on est amené à se poser des questions.

Qui a intérêt au maintien en l'état d'un système éducatif qui dysfonctionne ? - Idées

Qui veille au maintien en l’état d’un système éducatif qui rejette 120 000 jeunes chaque année, les livrant à un marché du travail de plus en plus exigeant en matière de formation ? Qui a intérêt à la continuation d’un système d’enseignement dont le niveau baisse, comme le mesure avec régularité le classement Pisa ? Le pourcentage d’élèves de 15 ans qui ne « maîtrisent pas la compétence de l’écrit » est passée de 15 à 19 % entre 2000 et 2009. En mathématiques, où nos élèves avaient coutume de briller, au XX° siècle, nous avons dégringolé à la 22° place sur 65. Les enseignants et les écoles voués à disparaître à partir de 2028 ?

Les pro­fes­seurs et les écoles tels que nous les connais­sons devraient com­men­cer à dis­pa­raître dès 2028, selon TeachThought, un site amé­ri­cain sur les nou­veaux modèles et outils d'apprentissage dans les établis­se­ments scolaires. Selon TeachThought, en 2028, les écoles actuelles seront deve­nues mino­ri­taires, concur­ren­cées par de nou­veaux modèles d'enseignement. Elles ne seront plus sim­ple­ment sup­plan­tées par l'e-learning, le blen­ded lear­ning, ou les plates-formes de cours en ligne, mais égale­ment par des formes inno­vantes d'apprentissage comme les mondes vir­tuels. Le site estime que les écoles refu­sant de s'adapter à ces nou­velles tech­no­lo­gies pro­vo­que­ront des dis­pa­ri­tés au sein des com­mu­nau­tés, tan­dis que le coût élevé de l'intégration de ces nou­velles formes d'enseignement creu­sera les inéga­li­tés socio-économiques. L’école en crise ? - Communiqués de presse - Espace Presse - Informations.

Peut-on affirmer que l’école française est en crise ? Alors qu’elle a longtemps été le symbole républicain par excellence, l’école fonctionnerait plutôt mal et n’assurerait pas l’égalité des chances. Les classements et enquêtes internationales semblent marquer aussi un certain recul de l’efficacité du système éducatif. Didier Fischer, Peut-on sauver l’école de la République ? 1 Sans doute, écrire un livre neuf sur l’école de la République, ses réussites, ses échecs et ses défis, est-il largement mission impossible. On pourrait en conclure rapidement que l’ouvrage de Didier Fischer présente peu d’intérêt, son titre lui-même consistant en une interpellation bien convenue du lecteur potentiel, assez représentatif de la sinistrose ambiante lorsqu’il s’agit d’éducation. En réalité, ce court ouvrage a des mérites : celui de pointer les principaux problèmes, et d’esquisser quelques solutions.

Celui, plus largement, de donner sens aux difficultés actuelles par leur mise en relation et par un rappel salutaire de la complexité de ces questions à destination du grand public – raison pour laquelle on ne regrettera pas que certains points ne soient pas approfondis, en dépit de leur intérêt (sur les disciplines dans le sillage des travaux d’Isabelle Harlé, p. 27, ou sur les violences scolaires avec Eric Debarbieux, entre autres). Franck Lepage et l'école. Ranck Lepage était venu l'an passé, avec « Inculture(s) 1 », son autre histoire du capitalisme. Il récidive, mercredi à 20 h 30, à l'Entrepôt avec un nouveau one-man-show, baptisé sobrement « Inculture(s) 2 », pour réfléchir sur la crise de l'école. L'école reproduit les hiérarchies sociales. Pourtant, en 1792 la Convention était prête à adopter le plan d'éducation de Lepeletier de Saint-Fargeau qui organisait vraiment les conditions d'une égalité des apprentissages et des savoirs plutôt que celui de Condorcet, plus élitiste.

Deux siècles et 182 ministres plus tard, on pose toujours la question : « Comment concilier égalité des savoirs et méritocratie ? ». La conférence emprunte à différents auteurs et articule les enjeux d'aujourd'hui : la notation individuelle, la réussite scolaire et le rapport au savoir… L'école, c'est fini. A l'évidence, pour qu’une réforme de l’Education soit conçue à la mesure de l’urgence que les gouvernements semblent y attacher, la réflexion doit partir d’un point extrémal : en quoi l’Ecole est-elle nécessaire ?

En quoi observe-t-elle le monde tel qu’il est au présent, en quoi transmet-elle la volonté de le transformer ? S’il est réputé faire consensus que les enfants y apprendront la vie en société, il n’est pas évident que les enfants y développeront d’autres compétences que celles déduites de tâches plates et scolaires de mémorisation. Il n’est pas anodin de constater qu’Internet est un sujet largement absent des débats qui animent la communauté éducative. Il demeure loin des préoccupations et des représentations apprises de nos élites, lors même qu’il est l’espace premier de circulation, de diffusion et d’expansion de savoir. Le numérique et les nouvelles humanités L’apprentissage des langues informatiques ne doit pas être considéré comme un luxe éducatif.

Homeschool (ou homeschooling) : l'école à domicile. 2045, la fin de l'école ? Une société sans école de Ivan Illich. Ivan Illich (1926 - 2002) Né à Vienne en 1926, il arrive aux États-Unis en 1951, et travaille comme assistant auprès du pasteur d'une paroisse portoricaine de New York. François Dubet : « L'école est en péril » Au classement PISA qui évalue les systèmes éducatifs au sein de l'OCDE, la France ne cesse de dégringoler.