background preloader

Histoire des utopies

Facebook Twitter

L'aventure de Port-Breton : et la colonie libre dite Nouvelle-France : souvenirs personnels et documents / par A. Baudouin,... Aller au contenu.

L'aventure de Port-Breton : et la colonie libre dite Nouvelle-France : souvenirs personnels et documents / par A. Baudouin,...

Expédition De Rays. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Expédition De Rays

Phalanstères du Nouveau Monde, par Sébastien Lapaque (Le Monde diplomatique, octobre 2014) «Je suis au bout de ma résignation, écrivait Honoré de Balzac à Mme Hanska le 3 juillet 1840.

Phalanstères du Nouveau Monde, par Sébastien Lapaque (Le Monde diplomatique, octobre 2014)

Je crois que je quitterai la France et que j’irai porter mes os au Brésil dans une entreprise folle et que je choisis à cause de sa folie (1)... » Pourquoi l’auteur de La Comédie humaine rêvait-il de l’exotique Brésil et non pas de l’Afrique ou des Etats-Unis, comme tant de ses contemporains désireux d’œuvrer à la rénovation de l’humanité ? L’historien Laurent Vidal apporte un élément de réponse en reconstituant l’aventure tragi-comique des quelques centaines de disciples de Charles Fourier qui traversèrent l’Atlantique entre 1841 et 1844 avec l’objectif de bâtir des phalanstères dans l’actuel Etat de Santa Catarina, à sept cent cinquante kilomètres au sud de Rio de Janeiro (2). Leur entreprise fut un échec. Fourier au Brésil. Zomia, là où l’État n’est pas.

Recensé : James C.

Zomia, là où l’État n’est pas

Scott, Zomia, ou l’art de ne pas être gouverné, Paris, Seuil, trad. Nicolas Guilhot, Frédéric Joly, Olivier Ruchet, 2013 [2009], 27 €. [The Art of Not Being Governed. An Anarchist History of Upland Southeast Asia, Yale University Press, 2009]. Planisphère des utopies [carte] Étienne Cabet. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Étienne Cabet

Pour les articles homonymes, voir Cabet. Gravure représentant Étienne Cabet. Biographie[modifier | modifier le code] Les chemins de la politique[modifier | modifier le code] Fils d'un maître-tonnelier dijonnais, Étienne Cabet entreprend des études de droit après avoir été un moment enseignant. L'Utopie réalisée : Thomas More au Mexique. Manistes, il adressait en Espagne, le 4 juillet i535, une vaste Information juridique; son envoi fut hâté par, l'arrivée d'une cédule royale, expédiée à Tolède le. 20 février ^1 534, et qui favorisait les -partisans de l'esclavage : aux Indçs.

L'Utopie réalisée : Thomas More au Mexique

Avec tout le poids de son savoir juridique," Quiroga s'opposait, à ce texte et aux arguments des esclavagistes ; en même temps, revenant à la charge, il insistait sur la convenance d'adopter son exposé utopique oublié, auquel al ajoutait de nouveaux et brillants arguments. Vasco de Quiroga. Vasco de Quiroga, member of the second Audiencia and first bishop of Michoacán Vasco de Quiroga (1470-78 – March 14, 1565) was the first bishop of Michoacán, Mexico and one of the judges (oidores) in the second Audiencia that governed New Spain from January 10, 1531 to April 16, 1535.

Vasco de Quiroga

Because of his reputation as a protector of the Indians, Vasco de Quiroga is venerated as a saint in some communities in Michoacan to this day. Background and life in Europe[edit] De Quiroga studied law and later theology. He studied canon law, probably in Valladolid.[4] He worked as a letrado - a royal jurist in southern Spain and as a judge in Oran in Algeria from ca. 1520 - 1526. As a member of the Audiencia[edit] When the newly conquered Chichimec Indians of Michoacán rebelled in 1533, Quiroga was sent to that province as visitador (inspector). In 1535 the second Audiencia turned over its governing powers to the first viceroy of New Spain, Antonio de Mendoza. Información en Derecho[edit] Last Will[edit]

Le voyage de Candide [carte] « L’Utopie » de Thomas More. Dans son célébrissime ouvrage, Thomas More dépeint une société communiste où ses habitants sont censés vivre heureux et dans la prospérité.

« L’Utopie » de Thomas More

C’est pourquoi cette société s’appelle Utopie, « le lieu de nulle part ». Une société proto-totalitaire. Thomas More était un humaniste anglais. Il est né en 1478 au sein d’une famille noble. Ses études à Oxford lui permirent de devenir juriste et de se lier d’amitié avec les humanistes français Colet et Erasme. Une île où la propriété privée n’existe pas C’est pour son livre L’Utopie, publié en 1516, que Thomas More est resté célèbre.

Quand l’utopie se fait tragédie. Un fait divers peut suggérer une réflexion historique : comparaison entre l’affaire Jean-Claude Romand et le communisme, deux histoires de mensonges et de crimes.

Quand l’utopie se fait tragédie

Le présent article s’inspire d’un texte lumineux publié sur le blog Equinox et intitulé L’Adversaire, un « roman » sur le besoin d’utopie ? Dans ce texte, l’auteur livrait ses impressions suite à la lecture de L’Adversaire, d’Emmanuel Carrère : ce récit retraçait l’histoire vraie de Jean-Claude Romand, cet homme qui a menti pendant dix-huit ans à son entourage en faisant croire qu’il était chercheur à l’OMS et qui a assassiné sa femme, ses deux enfants et ses parents les 9 et 10 janvier 1993 avant de tenter de mettre fin à ses jours. L’auteur du blog suggère un parallèle intéressant avec le communisme : le besoin d’utopie qui aurait animé l’entourage de Jean-Claude Romand fut le même qui a mobilisé des millions de sympathisants communistes et de « compagnons de route » au XXe siècle en faveur du totalitarisme rouge. Le Monde illustré.