background preloader

Histoire des femmes et questions de genre

Facebook Twitter

Fréquence Médiévale : Mahaut d’Artois, une femme de pouvoir. Mesdames & Messieurs. Le mariage précoce des femmes à Bordeaux au XVIIIe siècle. Nous savons aujourd’hui que l’âge au premier mariage des femmes était tardif en France au xviiie siècle.

Le mariage précoce des femmes à Bordeaux au XVIIIe siècle

Beaucoup considèrent d’ailleurs que cela constituait la véritable « arme contraceptive » (Chaunu, 1966) ou le « rouage central du mécanisme autorégulateur » des populations du passé (Dupâquier, 1972). Ainsi, d’après les résultats de l’enquête de l’INED, à la fin de l’Ancien Régime, les épouses avaient en moyenne 25 à 26 ans au moment de leurs noces et elles convolaient avec des hommes âgés de 27 à 28 ans (Henry, Houdaille, 1978-1979 ; Dupâquier, 1989). Dans certaines régions, l’âge au mariage était même encore plus élevé, comme par exemple au Pays basque où les femmes se mariaient en moyenne à près de 29 ans à Saint-Jean-de-Luz (Darrigran, 2000) ou à plus de 30 ans à Hasparren (Urgon, 1999). À Bordeaux, quelques familles des élites recourent aussi au mariage de très jeunes filles âgées de moins de 15 ans.

Les femmes séquestrées par lettres de cachet dans la généralité de Rouen au xviiie siècle. Une histoire sans les hommes est-elle possible ?, Genre et masculinités. Grand et petite - Une question d'histoire. De Jeanne d’Arc aux combattantes kurdes : réalités et fantasmes. Entre Les filles au Moyen Âge, Jeanne d’Arc et les combattantes kurdes contre Daesh, comment est perçu le phénomène des femmes combattantes ?

De Jeanne d’Arc aux combattantes kurdes : réalités et fantasmes

Le film Les filles au Moyen Âge, réalisé par Hubert Viel et actuellement en salles, invite à réfléchir sur le pouvoir des femmes en présentant une galerie de portraits de femmes célèbres du Moyen Âge, de la reine mérovingienne Clotilde à Jeanne d’Arc. Encore et toujours, l’angle d’attaque choisi est bien cette épineuse et périlleuse question : les femmes ont-elles été des « éternelles soumises » ? Car dans ce film en forme de rêverie, déroutant au premier abord, les femmes ou plutôt les filles ont du pouvoir. Beaucoup de pouvoir parfois, selon les cas évoqués. En effet, Jeanne d’Arc est dépeinte comme la principale protagoniste de la reconquête du royaume de France. La jeune Lorraine est bien l’archétype de la combattante du Moyen Âge. Mais gardons nous d’emballements, d’héroïsations ou… de mièvrerie.

Pour aller plus loin : La Révolution française des femmes (with images, tweets) · LarrereMathilde. Les femmes et la Grande Guerre. L'histoire mouvementée du plaisir féminin. Entre le XVIIIe siècle et nos jours, une curieuse morale vint affirmer qu’une femme normale ne jouit pas ou peu.

L'histoire mouvementée du plaisir féminin

Adam et Eve, premier couple humain, sont chassés du paradis : ce grand mythe biblique, conçu pour rendre compte de l’universalité du mal, allait surtout coûter cher au sexe féminin. Eve, en effet, non contente de n’être qu’un sous-produit de son conjoint, est désignée comme la première responsable de la chute, et dut désormais endosser le péché de luxure. Cette image de la femme faible, incapable de résister à la tentation des sens, existait avant même que le christianisme s’impose, et généra une longue tradition de commentaires sur la nécessaire sujétion de la femme à la volonté masculine.

On la soupçonnera donc d’entretenir, sous des dehors réservés, une secrète ardeur sexuelle, difficile à éteindre une fois échauffée, et capable de faire d’elle une nymphomane déchaînée. Pourquoi l’orgasme ? Quant à la femme, son désir et son plaisir posent de vrais problèmes. . (1) C. L’histoire a-t-elle un sexe. Dix ans après Ecrire l’histoire des femmes, Françoise Thébaud nous invite à poursuivre cette aventure inachevée en n’oubliant pas celle du genre.

L’histoire a-t-elle un sexe

Elle nous donne ainsi envie de plonger dans un voyage entre savoir, mémoire et pouvoir. Recensé : Quand les sorcières sont-elles apparues en Occident ? - 31 octobre 2015. CITROUILLES.

Quand les sorcières sont-elles apparues en Occident ? - 31 octobre 2015

En ces temps d’Halloween, lointain héritage d’anciennes fêtes païennes, les sorcières n’enfourchent plus leur balai… et les citrouilles se transforment en lanternes : Harry Potter est passé par là ! Mais que sait-on aujourd’hui de ces créatures apparues au Moyen Âge — essentiellement des femmes —, qui furent persécutées pendant des siècles au point de finir au bûcher ? Rencontre avec Maxime Perbellini, doctorant au Centre de recherche historique de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), à Paris, spécialiste de la représentation des sorcières à la fin du Moyen Âge. Quand parle-t-on pour la première fois de "sorcière" en Europe ? Il y a un grand débat sur l’origine et l’étymologie de ce mot, mais sa première mention en français apparaît au milieu du XIe siècle, dans le Roman d'Éneas (1060). Pourquoi les sorcières sont-elles représentées chevauchant des balais ?

C’est un grand mystère, qui donne toujours lieu à d’âpres discussions ! Qu’est-ce-que le sabbat ?