background preloader

Fondation de la Normandie

Facebook Twitter

Histoire. Le traité fondateur de la Normandie a-t-il réellement existé ? – actu.fr. Une source unique, l’Historia Normannorum (L’Histoire des Normands), rédigée par un chanoine picard, Dudon de Saint-Quentin, relate l’accord fondateur de la Normandie.

Histoire. Le traité fondateur de la Normandie a-t-il réellement existé ? – actu.fr

Avec force détails, l’homme d’Église relate l’événement déterminant pour l’histoire de la région : en 911, le roi des Francs Charles le Simple rencontre un chef viking nommé Rollon, dans un village situé entre Paris et Rouen, Saint-Clair-sur-Epte. Le souverain abandonne au second un morceau de son royaume, la future Normandie. Mais les choses se sont-elles exactement passées ainsi ?

Un traité perdu La méfiance s’impose parce que nous ne pouvons pas croiser le récit de Dudon avec une autre source contemporaine. Aucun texte n’évoque un traité conclu en 911 à Saint-Clair-sur-Epte sauf l’Historia Normannorum, rédigée — autre faiblesse — près de cent ans après l’événement. Les clauses du traité Que raconte précisément le chanoine ? Le roi en bascule sur son trône Un récit entaché d’erreurs Un traité pas si exceptionnel. Les derniers conquérants. Les invasions normandes et la naissance de la Normandie chez Montesquieu, retour sur un « moment » historiographique. Notes.

Les derniers conquérants. Les invasions normandes et la naissance de la Normandie chez Montesquieu, retour sur un « moment » historiographique

Les derniers conquérants. Les invasions normandes et la naissance de la Normandie chez Montesquieu, retour sur un « moment » historiographique. Notes M.

Les derniers conquérants. Les invasions normandes et la naissance de la Normandie chez Montesquieu, retour sur un « moment » historiographique

Durville, « Histoire de Raoul, prince de Normandie », Mémoires de l’Académie des belles-lettres de Caen, 1754 (séance publique du 14 novembre 1754), p. 37. Pour un aperçu : P. Bouet, « Les chroniqueurs francs et normands face aux invasions vikings », dans É. 911 - Rollon le Dace ou Hrólfr le Marcheur ? Depuis près de deux cents ans, historiens danois et norvégiens s'écharpent à coups de pamphlets ou de gros volumes, pour estampiller le nom de leur nation sur «l'acte de naissance» du premier maître de la Normandie, le Viking Rollon ou Hrólfr.

911 - Rollon le Dace ou Hrólfr le Marcheur ?

Rollon le Danois... Pour étayer leurs affirmations, les Danois s'appuient essentiellement sur la tradition normande, qui présente dès le XIe siècle Rollon comme le fils d'un vénérable noble dace, terme commodément traduit par Danois. À sa mort, Rollon et son frère, Gurim, se retrouvent en butte à l'animosité de l'irascible roi du Danemark. Ce dernier n'a de cesse de les persécuter. À force d'expéditions militaires et de traîtrises, il parvient finalement à avoir la tête de Gurim et pousse Rollon à prendre la fuite.

Le futur territoire normand, à peu près dans les limites que nous lui connaissons de nos jours, naît au début du IVe siècle des réformes successives de deux empereurs romains, Dioclétien et Constantin.

Elle porte alors le nom de « Lyonnaise Seconde » et a pour capitale Rotomagus : Rouen. L’Église naissante calque sa carte sur celle de l’administration romaine. Après l’effondrement de l’Empire et l’installation des Francs aux Ve et VIe siècles, elle conserve cette organisation. Les ducs de Normandie (1) : Rollon, le fondateur. Le 25 décembre 1066 dans l'abbaye de Westminster, Guillaume, septième duc de Normandie, est couronné roi d'Angleterre.

Les ducs de Normandie (1) : Rollon, le fondateur

L'année 2016 marque le 950e anniversaire de cet événement, c'est l'occasion de plusieurs événements commémoratifs dont notamment la sortie d'un film sur la jeunesse de Guillaume (la jeunesse de Guillaume le Conquérant, film de Fabien Drugeon) et des fêtes se déroulant les 7, 8 et 9 août à Dives pour célébrer le départ du duc vers l'Angleterre. A cette occasion, nous proposons de retracer dans une série d'articles l'histoire de ces ducs normands, en commençant ici par le premier d'entre eux, Rollon. Qui est Rollon ? Le personnage de Rollon. La colonisation de la Normandie par les Vikings. Mais, comme nous l’avions signalé, chaque secteur de la Normandie a eu son histoire de la colonisation.

La colonisation de la Normandie par les Vikings

Ainsi, en Cotentin, et dans l’ouest du Bessin, une immigration partielle a lieu vers 890. Par ailleurs, deux vagues scandinaves arrivent dans la Presqu’île du Cotentin. Les Vikings de la Seine. Les Vikings débarquent à Oissel, une île de la Seine.

Les Vikings de la Seine

Les paysans qui l’occupaient ont-ils souffert de l’arrivée des guerriers du Nord ? Peut-être pas, puisque les Vikings de la Seine, qui voulaient faire de Oissel une base logistique, avaient intérêt à pouvoir se fournir auprès de la population locale. Les archéologues n’ont en tout cas retrouvé aucune trace de violence sur place. Dans ce numéro. 1911 : Millénaire de la Création de la Normandie - 2011 sera le 11ème centenaire de la Normandie. Alors, en forme de petit clin d'oeil, des images et des articles de ce qui s'est passé il y a 100 ans... déjà! Et des cartes postales, des articles...il y en. Hasting, le Viking pervers selon Dudon de Saint-Quentin.

Notes Maître de conférences honoraire en latin médiéval, ancien directeur de l’OUEN, université de Caen Basse-Normandie.

Hasting, le Viking pervers selon Dudon de Saint-Quentin

Dudon de Saint-Quentin, De moribus et actis primorum Normanniae ducum, Jules Lair (éd.), Caen, Le Blanc-Hardel, 1865 (abrégé désormais en Dudon avec les numéros du livre, du chapitre et de la ligne), p. 129-138. La formation du Duché de Normandie. Malgré de difficiles périodes de minorité, les longs règnes de Richard I (942-996) et de Richard II (996-1026) ont permis à la Normandie de connaître le plus souvent la paix et la prospérité.

La formation du Duché de Normandie

Le pouvoir ducal s'est renforcé dans le cadre d'institutions largement reprises de la période carolingienne. Dans le même temps les populations d'origine scandinave se sont fondues dans la masse. La Normandie appartient totalement au monde franc et à la civilisation chrétienne sans nier des apports originaux de tradition nordique. Au début du XIe siècle le duc de Normandie tient fermement son duché, s'appuie sur l'Eglise qu'il protège et contrôle et sur une haute aristocratie issue de sa famille. Les frontières de la Normandie la mettent en contact avec la Bretagne à l'Ouest, le Maine et au delà l'Anjou au Sud, le comté de Blois et les domaines du roi de France, au Centre, et le comté de Flandre à l'Est. Histoire de la Normandie» non classé » La Normandie devint française. En l’an 1204, la Normandie, alors duché, est ravie par le roi de France Philippe Auguste à son ennemi le roi d’Angleterre.

La région commence une progressive intégration au royaume de France. Un processus au final réussi car, même si quelques révoltes ont secoué la province, les Normands n’ont pas remis en cause leur appartenance française. Intégration réussie. Les toponymes des Xe et Xle siècles relatifs aux défrichements sur le territoire de l'actuelle Seine-Maritime. Ann. Normandie, 47, 1997, 1 37 L'adjectif bleikr se trouve en Angleterre associé à Thveit — l'équivalent norrois d'essart — dans Blaithwaite, Cu, attesté en 1278 sous la forme Blaykwhayt14 et nous serions tentés de l'évoquer ici, si Blucquessart était attesté à une date plus ancienne. 2.4.3 - Déterminants obscurs • Les Estruissarts, l.d., St-Aubin-le-Cauf, et. d'Envermeu Estruissart, 1505 A l'extrême rigueur peut-être pourrait-on envisager ici le vieux norrois Austr, est.

Le pays normand. Paysages et peuplement (IXe-XIIIe siècles) Le pays normand. Paysages et peuplement (IXe-XIIIe siècles) The Norman region. Landscapes and Population (9th-13th centuries) Mathieu ARNOUX Université Paris-7, Denis Diderot/EHESS Arnoux@ccr.jussieu.fr et Christophe MANEUVRIER. Paysans et seigneurs dans le duché de Normandie : quelques témoignages des chroniqueurs (Xe-XIIe siècles) 70 Mathieu ARNOUX de la défier ; mais le châtiment suit immédiatement le crime, et vient démontrer combien la justice ducale est fulgurante et impitoyable. Une telle interprétation laisse cependant de côté le fond même de l'histoire, le rôle de la charrue, l'un des éléments invariants des différentes versions. Une enquête rapide montre tout d'abord qu'on n'a pas affaire ici à un thème folklorique9 : l'instrument de labour des contes est le plus souvent un araire que l'on porte sur son épaule, et, même enchanté, il n'est jamais démontable.

La charrue du paysan paraît bien réelle et normande : c'est un instrument perfectionné et coûteux (cinq sous), pourvu d'un soc et d'un coutre ; Dudon, au début du XIe siècle, y atelle le boeuf, l'âne ou le cheval, tandis que Wace, au milieu du XIIe siècle la fait tirer par « deux beaux boeufs ». Révolte normande de 996. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La révolte normande de 996 est un soulèvement paysan qui se produisit sous le principat de Richard II de Normandie. Déroulement[modifier | modifier le code] Guillaume de Jumièges raconte : « tandis qu'il [le duc Richard II] était ainsi infiniment riche de tant de bonnes qualités, au commencement de son jeune âge, il s'éleva dans l'intérieur du duché de Normandie un certain germe empoisonné de troubles civils.

Dans les divers comtés du pays de Normandie, les paysans formèrent d'un commun accord un grand nombre d'assemblées séditieuses dans lesquelles ils résolurent de vivre selon leur fantaisie, et de se gouverner d'après leurs propres lois, tant dans les profondeurs des forêts que dans le voisinage des eaux, sans se laisser arrêter par aucun droit antérieurement établi. Wace reprend l'événement (qu'il place en 997) dans son Roman de Rou écrit vers 1160-1170. Interprétations[modifier | modifier le code] Voir aussi[modifier | modifier le code]