background preloader

Voyages et explorations scientifiques au 18ème siècle

Facebook Twitter

Amédée François Frézier. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Amédée François Frézier

Amédée-François Frézier, né le 4 juillet 1682 à Chambéry, mort le 14 octobre 1773 à Brest, est un ingénieur militaire, un explorateur, un botaniste, un navigateur et cartographe français. Jeunesse et illustration militaire[modifier | modifier le code] Né à Chambéry en 1682, d'une ascendance[1] chablaisienne et écossaise (un de ses ancêtres était un Frazer d'Édimbourg), il fut envoyé par son père à Paris où il poursuivit de solides études axées en particulier sur la théologie, les mathématiques et la botanique : La Hire, mathématicien, et Varignon, géomètre furent ses maîtres.

Il lui resta de ses études — il avait, disent ses contemporains, une mémoire exceptionnelle — une culture étendue, qui, avec la somme d'expérience qu'il acquit au cours de sa vie aventureuse, lui permit plus tard de collaborer à l'Encyclopédie, et d'aider l'abbé Prévost à rédiger son grand recueil des Voyages. Frézier aux Antilles[modifier | modifier le code] L'Expédition de Bougainville et l'hygiène navale de son temps.

L'Expédition de Bougainville et Phygiène navale de son temps Quand Louis Antoine de Bougainville eut achevé la rédaction de son Voyage autour du Monde, c'est avec une légitime fierté qu'il put terminer son récit par ce bilan de victoire : « J'entrai dans le port de Saint-Malo le 16 Mars (1769) n'ayant perdu que sept hommes pendant deux ans et quatre mois écoulés depuis notre sortie de Nantes « Puppibus et laeti Nautae imposuere coronas », ajoutant en note que M. de La Giraudais, capitaine de Y Etoile n'en avait perdu que deux, sur 120 hommes.

L'Expédition de Bougainville et l'hygiène navale de son temps

» Dossier » cook 1.2.3. Voyages vers l’inconnu – Janvier 2013. Musée de Tahiti et des Iles – Te Fare Manaha Rencontre avec Tehea Lussan et Manouche Lehartel, co-commissaires de l’exposition et Michael Koch, scénographe et ethnologue. cook 1.2.3.

» Dossier » cook 1.2.3. Voyages vers l’inconnu – Janvier 2013

Voyages vers l’inconnu James Cook… Son nom rime avec découvertes et 230 ans après sa mort, sa célébrité n’a pas faibli. Tehea Lussan et Manouche Lehartel, co-commissaires de l’exposition et respectivement professeur de français et muséologue, en compagnie de Michael Koch, scénographe et linguiste, travaillent ensemble depuis un an sur cette exposition. . « L’idée de départ était de montrer au public les nombreuses gravures réalisées lors des voyages de Cook et de les situer dans le temps et la géographie, explique Tehea Lussan, à l’origine de ce projet qui devait coïncider avec le transit de Vénus le 5 juin dernier*.

Le résultat est à la hauteur de leur travail et la mise en contexte de l’exposition, globale et pertinente. James Cook - Ages of Exploration. Captain Cook Timeline - First Voyage 1768 - 1771. The artist Sydney Parkinson described three Maori who visited the Endeavour on 12th October 1769: “Most of them had their hair tied up on the crown of their heads in a knot…Their faces were tataowed, or marked either all over, or on one side, in a very curious manner, some of them in fine spiral directions…” This Maori wears an ornamental comb, feathers in a top-knot, long pendants from his ears and a heitiki, or good luck amulet, around his neck.

Captain Cook Timeline - First Voyage 1768 - 1771

At the northern end of the south island Cook anchored the ship in Ship Cove, Queen Charlotte Sound, which became a favourite stopping place on the following voyages. Parkinson noted: “The manner in which the natives of this bay (Queen Charlotte Sound) catch their fish is as follows: - They have a cylindrical net, extended by several hoops at the bottom, and contracted at the top; within the net they stick some pieces of fish, then let it down from the side of the canoe and the fish, going in to feed, are caught with great ease.” First Voyages: Exploring the southern coast. BNF - Les voyages scientifiques.

Vers le milieu du XVIIIe siècle vint l'époque des voyages maritimes, dits « scientifiques ».

BNF - Les voyages scientifiques

Non que les voyages précédents aient été conduits par des ignorants, nous avons vu au contraire l'avancée prodigieuse des techniques navales en trois siècles. Mais certains voyages de la période qui va en gros de 1750 à 1850, ceux que l'on qualifie de « grands », méprisant les trajets « utiles », se prétendirent avec insistance « scientifiques », comme si leur unique objectif avait été le progrès des sciences sous tous ses aspects. Romantisme ou hypocrisie ? Idéalisme ou intoxication ? Signe des temps assurément que cette ambiguïté.

Un nouveau type d'officier de marine À partir de 1750, il est vrai, un nouveau type d'officier de marine vit le jour, formé à l'astronomie, à l'hydrographie, ayant accès à toute une panoplie nouvelle de moyens scientifiques, mais aussi animé d'une égale curiosité pour tous les aspects de la connaissance. Les voyages de Diderot et Bougainville [ressource] Par Aline Beilin, professeur agrégée de philosophie, auteur de Diderot, la culture et l’éducation, SCÉRÉN-CNDP, 2011.

Les voyages de Diderot et Bougainville [ressource]

F. Ternant Pinguet : Bougainville, récit de voyage et livre de bord. Strait Through: Contents.