background preloader

Les débuts du transport ferroviaire

Facebook Twitter

L'évolution des voies ferrées en France [carte]

Le chemin de fer Paris-Rouen-Le Havre. Affiches sur les transports au 19ème siècle. Les premiers chemins de fer [image] [ressource] Contexte historique Au début du XIXe siècle, la France est encore un pays essentiellement rural où les dépêches sont acheminées à cheval et où les voyages s’effectuent sur des routes cahoteuses, dans l’inconfort des diligences et des malles-poste.

Les premiers chemins de fer [image] [ressource]

La lenteur du rythme des échanges entrave l’essor économique. L’usage de la machine à vapeur provoque cependant une croissance sans précédent de la production industrielle et une véritable révolution dans les transports. Ainsi, bien avant l’apparition de l’automobile, le chemin de fer met fin au règne de la diligence. En France comme en Angleterre, les premières lignes de chemin de fer apparaissent dans les régions minières. C’est à partir de 1850 que les chemins de fer sont construits à un rythme accéléré pour constituer un maillage ferroviaire raccordé à celui des pays voisins. Analyse des images Ces mêmes moyens de transport sont également associés sur la lithographie anonyme qui illustre « les différentes manières de voyager ». Les grandes peurs. Wikipédia - Histoire des chemins de fer français [ressource]

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Wikipédia - Histoire des chemins de fer français [ressource]

Des informations de cet article ou section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans la bibliographie, sources ou liens externes. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date). Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des références. L'histoire des chemins de fer français débute au début du XIXe siècle. Elle consiste en sept grandes phases qui ont en commun une forte volonté politique de l'État dans les orientations choisies et les moyens mis en œuvre.

Les débuts[modifier | modifier le code] Avant l'avènement du chemin de fer en France, le système de transport rapide est assuré par les diligences qui atteignent à partir des années 1780 la moyenne d'un cheval au trot (soit une allure de 10 à 11 km/h), faisant diminuer le temps de transport par deux et les malle-postes qui atteignent pratiquement le galop d'un cheval (16 à 18 km/h) au milieu du XIXe siècle[1].

Dates importantes[modifier | modifier le code] SNCF - Le train en France depuis 1827 [ressource] La révolution des transports [source secondaire] Monet, la gare Saint-Lazare [HDA] [source] François CARON, Histoire des chemins de fer en France, 1740-1883, Paris, Fayard, 1997.

Monet, la gare Saint-Lazare [HDA] [source]

Georges DUBY, Histoire de la France urbaine, Paris, Seuil, 1983. Ernst Hans GOMBRICH, Histoire de l’art, Paris, Gallimard, 1995. Bernard MARCHAND, Paris, histoire d’une ville (XIXe-XXe), Paris, Seuil, coll. « Points Histoire », 1993. Sylvie PATIN, Monet, « un œil… mais bon Dieu, quel œil ! », Paris, Gallimard, RMN, coll. « Découvertes Gallimard », 1991. Karin SAGNER-DUCHTING, Claude Monet : une fête pour les yeux, Cologne, Paris, Taschen, 1994.

COLLECTIF, Fiches pédagogiques du service culturel du musée d’Orsay Claude Monet, La Gare Saint-Lazare, musée d’Orsay. [HDA] Monet, Le Pont du chemin de fer à Argenteuil [source] L’essor du chemin de fer au xixe siècle bouleverse profondément le paysage, notamment autour de Paris.

[HDA] Monet, Le Pont du chemin de fer à Argenteuil [source]

Claude Monet semble accompagner ces changements avec optimisme. Il s’établit à Argenteuil de 1871 à 1877, où il peint de nombreux motifs de la vie moderne. Les deux ponts de la ville attirent particulièrement son attention : le pont routier et le pont de chemin de fer [ image principale ], qu’il peint à six reprises entre 1873 et 1874. La banlieue, ou le défi d’une nature transformée Dans l’une de ces six toiles, Monet peint le pont de chemin de fer vu en contrebas, depuis l’une des deux rives de la Seine, offrant ainsi une vision spectaculaire de l’ouvrage.

Monet aurait pu prendre davantage de recul et montrer les berges et les docks tout proches, mais il se concentre sur le pont, qui devient le sujet à part entière du tableau et dont l’esthétique industrielle, pourtant fortement décriée par les habitants d’Argenteuil, est ici mise en avant. L’invention du terme « impressionnisme »