background preloader

8.2. Conquêtes et sociétés coloniales

Facebook Twitter

Tahiti et la Polynésie au 19è siècle [dossier]

Explorations & Expansion coloniale de la France (1860-1930) [ressource] Explorations & Expansion (1860-1930) « En Cochinchine [il faut] que nous y portions notre civilisation, notre religion, et l’influence de notre race. » Marquis de Chasseloup-Laubat, ministre de la Marine (1861-1867) Tout au long de la deuxième moitié du XIXe siècle, la France, aux côtés des grandes puissances occidentales, lance une nouvelle vague d’explorations à travers le monde.

Explorations & Expansion coloniale de la France (1860-1930) [ressource]

En pleine Révolution industrielle, on cherche des matières premières et des débouchés pour les produits métropolitains et les grands États européens se livrent à une concurrence effrénée pour la conquête de territoires. Sous le Second Empire, une vision nouvelle du « lien colonial » s’impose, déjà développée sous la IIe République, notamment par Alexis de Tocqueville. La France cherche à développer son influence sur tous les continents ; c’est ainsi que se met en place un « lobby colonial » composé d’armateurs, de politiciens, de banquiers, de publicistes ou de compagnies commerciales. Le Monde en 1900 [carte] La conquête progressive de l'Indochine [ressource] La Sécurité, la prospérité de l'Empire français exigent de notre pays une marine forte [affiche] / [image] BNF - Histoire coloniale: la France en Afrique [ressource] Caricature du congrès de Berlin - 1885 [image]

The map on the wall in the Reich Chancellery in Berlin was five meters (16.4 feet) tall.

Caricature du congrès de Berlin - 1885 [image]

It showed Africa with rivers, lakes, a few place names and many white spots. When the Berlin Conference came to an end on February 26, 1885, after more than three months of deliberation, there were still large swathes of Africa on which no European had ever set foot. Representatives of 13 European states, the United States of America and the Ottoman Empire converged on Berlin at the invitation of German Chancellor Otto von Bismarck to divide up Africa among themselves "in accordance with international law.

" Africans were not invited to the meeting. The Berlin Conference led to a period of heightened colonial activity by the European powers. "In African Studies, many of us believe that the foundation for present day crises in Africa was actually laid by the 1884/85 Berlin Conference. Belgium's King Leopold II divides up the spoils and takes the Congo as his own private state. L'Afrique vers 1880 [carte] Pierre Savorgnan de Brazza 1852 - 1905. Le général Marchand, héros français de la colonisation [image) [ressource] Contexte historique De la « Mission Congo-Nil » à la Grande Guerre La politique française d’expansion impérialiste en Afrique noire, engagée dès le second Empire, s’amplifie sous la IIIe République : Congo (1880), Djibouti et côte somalienne (1888), Guinée et Soudan (1891), Côte d’Ivoire et Dahomey (1893) sont conquis.

Le général Marchand, héros français de la colonisation [image) [ressource]

Ayant le projet de relier ses possessions de Dakar à Djibouti, la France décide, en 1896, d’envoyer une mission d’exploration militaire en Afrique, dont le commandement est confié à Jean-Baptiste Marchand, officier des tirailleurs sénégalais depuis 1887. La « mission Congo-Nil » parvient jusqu’à Fachoda, mais les Britanniques, qui souhaitent aussi contrôler ces territoires situés au sud de l’Égypte, exigent le départ des Français. Analyse des images Marchand, héros de la coloniale à l’épreuve du combat La première image correspond à la couverture du premier numéro d’une série de 140 fascicules d’une quinzaine de pages chacun, parus de façon bihebdomadaire à partir de 1900. Travail forcé au Congo [ressource] Travail forcé en Afrique [ressource] 1891 : Jules Ferry enquête en Algérie [ressource]

[Notre-Dame des colonies] : [estampe] / Jean Veber [image] L'empire Britannique en 1886 [carte] [source] Le monde en 1914 [carte] L'exposition coloniale de Rouen en 1896. L'exposition coloniale [expo virtuelle] À l’époque des zoos humains [ressource] Des êtres humains exhibés dans des zoos : c’est le spectacle de masse que les sociétés de la fin du XIXe siècle offraient à leurs populations.

À l’époque des zoos humains [ressource]

Une époque où on tenait pour acquise l’existence de races humaines. (Cet article a été publié dans CNRS Le journal, n° 263, décembre 2011.) Paris, année 1889. La capitale des lumières célèbre 100 ans de liberté, d’égalité et de fraternité. Outre la tour Eiffel, flambant neuve, l’attraction principale offerte aux 28 millions de visiteurs de l’Expo­sition universelle est le « village nègre » et ses 400 Africains, exhibés sur l’esplanade des Invalides, au milieu des pavillons ­coloniaux. Ces exhi­bitions n’apparaissent pas brutalement à la fin du XIXe siècle ; elles arrivent à la suite d’une longue tradition.

Hambourg, Londres, Bruxelles, Chicago, Genève, Barcelone, Osaka… Toutes les grandes villes qui accèdent à la modernité exposent dans des zoos ­humains ceux qu’ils considèrent comme des sauvages. Comment cela a-t-il pu avoir lieu ?