background preloader

Nourrir l'humanité

Facebook Twitter

OGM : l’expertise sanitaire en progrès.

Chapitre 7. Qualité des sols et de l'eau

Chapitre 9. Physique et chimie dans notre assiette. Guide pratique manger mieux gaspiller moins. L’alimentation constitue 20 à 50 % de notre empreinte environnementale : comment manger mieux ? [QUIZ] L’alimentation représente entre 20 et 50 % de l’empreinte environnementale des Français, selon l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME).

L’alimentation constitue 20 à 50 % de notre empreinte environnementale : comment manger mieux ? [QUIZ]

La production agricole et la pêche, la consommation de produits transformés qui augmente – impliquant transformation, emballage, réfrigération –, le transport et la distribution, mais aussi la consommation en tant que telle et le gaspillage alimentaire sont à l’origine de nombreux impacts sur l’environnement. Nos modes d’alimentation évoluent et contribuent à alourdir cette empreinte environnementale : nous consacrons de moins en moins de temps à la préparation de plats et nous achetons de plus en plus de plats préparés. Notre alimentation est plus riche en graisses, en sucres et en protéines animales : nous consommons donc davantage de ressources naturelles. Mais alors, quelles sont les solutions pour manger mieux ? Avant d'en savoir plus, êtes-vous prêts à découvrir si votre assiette est durable ? Limiter les emballages. Agriculture biologique : où en est-on ? L’agriculture biologique se développe rapidement depuis quelques années.

Agriculture biologique : où en est-on ?

Le groupe de travail sur l’agriculture biologique de l’Académie d’agriculture de France suit cette évolution depuis 2008. L’objectif de la séance est d’analyser cette évolution à la fois au plan des surfaces cultivées, des marchés, du profil des consommateurs et de leurs motivations et du prix d’achat des produits bio. Une perspective de l’évolution dans les années à venir sera présentée en tenant compte de la pression de la concurrence sur les prix, des facteurs sociétaux et politiques. L’effet des aliments bio sur la nutrition sera analysé en tenant compte des conclusions du rapport de 2003 de l’Afssa sur le sujet ainsi que de plusieurs revues systématiques internationales plus récentes. 4500 litres d'eau dans mon steak? Vrai. Le concept d’empreinte eau, proposé en 2002 par le professeur en gestion de l’eau Arjen Hoekstrax , des Pays-Bas, a conduit à la création en 2008 du Water Footprint Network , un réseau de partenaires corporatifs et universitaires voué à promouvoir ce concept et à développer des outils pour mesurer une utilisation durable de l’eau.

4500 litres d'eau dans mon steak? Vrai

L’intérêt de l’empreinte eau, c’est qu’elle met en lumière l’eau cachée dans nos aliments. On a beau savoir que l’agriculture est très gourmande en eau, cela devient plus compréhensible – et frappant - quand on accole un volume d’eau précis aux aliments que nous consommons. Qui aurait cru par exemple qu’il fallait 1000 litres d’eau pour faire pousser un seul kilo de blé et 322 litres d’eau pour produire un kilo de légumes ? Manger des insectes ? - Futuremag. 10212 27.04.2016 ITEMA 20971439 0. 0 Les différentes fiches. Le bio peut-il nourrir le monde ? BIBLIOGRAPHIE. John Reganold et Jonathan Wachter du département des sciences agronomiques de l’université de l’Etat de Washington ont eu l’infinie patience de relire pas moins de 70 études globales comparant ces dernières années les agricultures biologiques et conventionnelles. Ils concluent dans Nature plants que le bio devrait prendre une part importante de la production agricole aux côtés d’autres alternatives agronomiques respectueuses de l’environnement.

Les rendements De très nombreuses études ont exploré les différences de rendements entre agricultures bio et conventionnelle. Réunies dans des méta-analyses, ces travaux indiquent qu’en moyenne le bio est entre 8 et 25% moins productif. La qualité Le bio évite bien aux consommateurs d’ingérer des pesticides. L’environnement Sans surprise, l’essentiel des études montrent que le bio est plus respectueux de l’environnement que le conventionnel. L’équilibre économique Le bien être des agriculteurs En conclusion.