background preloader

P1S4 Interaction lumière matière

Facebook Twitter

Un barbu sous « La Chambre bleue » de Picasso. L'étude des tableaux de Pablo Picasso a déjà permis de révéler des images cachées : sous La Vie exposée à Cleveland ou sous Femme au repassage au Guggenheim à New York qui révèle un homme moustachu sous la peinture.

Un barbu sous « La Chambre bleue » de Picasso

Une équipe de scientifiques et d'experts de la Phillips Collection (à Washington DC), de la National Gallery of Art, de l'université Cornell et du Winterthur Museum dans le Delaware vient de découvrir une peinture cachée sous La Chambre bleue (Le Tub), une œuvre de la période bleue, peinte en 1901, rapporte l'agence Associated Press, mardi 17 juin. L'utilisation de techniques d'imagerie infrarouge a permis de mettre au jour le portrait d'un homme portant une cravate, le visage reposant sur la main sous la peinture qui se trouve exposée à la Phillips Collection à Washington.

Pour les conservateurs, l'enquête ne fait que commencer. « Qui est cet homme ? Nous cherchons encore à le savoir », s'interroge Patricia Favero, conservatrice à la Phillips Collection. Light-matter interaction can turn opaque materials transparent. Niveauxenergie. Niveaux d'énergie du Mercure (modèle de Bohr) - Physique Chimie Caen. Science et vie. (Cliquer pour voir l’animation) Le rayon laser rouge cible le composé, induisant une lueur et l’émission d’un rayon laser blanc. – Crédit: Nils W.

Science et vie

Rosemann Transformer les rayons infrarouges en un faisceau blanc de lumière visible : ce tour de magie est réalisé grâce à un nouveau composé dont la structure rappelle celle d’un diamant. Histoire de la lumière : Ondes et photons. L'électron dans tous ses états. Créateur de lumières. Quand l'électron émet des photons. Une preuve directe de la quantification de la lumière. 2/7/96 Pour des informations complémentaires, contacter les chercheurs, en cliquant ici La mécanique quantique indique que la lumière et, plus généralement le rayonnement électromagnétique, sont composés de corpuscules indivisibles, les photons.

Une preuve directe de la quantification de la lumière

L'énergie contenue dans une " boîte " (cavité capable de conserver le champ quantique assez longtemps pour le mesurer) ne peut prendre que des valeurs discrètes, multiples de l'énergie d'un photon. La preuve de ce simple fait avait jusqu'alors échappé à l'observation, alors que de nombreuses expériences confirment parfaitement la " quantification " du champ. En enfermant dans une " boîte " quelques photons et en mesurant l'amplitude du champ électrique avec des " détecteurs " très sensibles, l'équipe de Serge Haroche, Jean-Michel Raimond et Michel Brune, au Laboratoire Kastler Brossel (LKB, CNRS-Ecole normale supérieure-Université Paris 6), a réussi, pour la première fois, à prouver de manière très directe le caractère discret du champ.