background preloader

Docker

Facebook Twitter

PaaS : pourquoi Docker va exploser en 2016 en France. Docker est la technologie dont tout le monde parle actuellement, et pour cause : c’est la solution de conteneurisation incontournable.

PaaS : pourquoi Docker va exploser en 2016 en France

Surtout en France, où la communauté Docker Paris compte à ce jour plus de 2500 membres. Début 2015, la technologie Docker comptait plus de 100 millions de conteneurs téléchargés et le nombre d’applications « dockerisées » s’élevaient à plus de 70 000. Un chiffre très élevé pour un logiciel distribué uniquement depuis mars 2013.Docker est en effet le standard qui donne l’accès à une multitude d’applications et d’environnements de développement prêts à l’emploi.

Vous pouvez y mettre en production des applications, les transformer si besoin, et les exécuter. Une application « dockerisée » peut être exécutée sur n’importe quel hôte faisant tourner Docker, peu importe son contenu ! Ainsi, les conteneurs ne contiennent que le strict minimum, avec des librairies partagées entre l'hôte et les conteneurs. Docker s’invite sur les consoles de jeux. L’équipe d’Hypriot s’est penchée sur un problème intéressant : faire tourner des conteneurs Docker sur une console de jeux ARM 64 bits de haut de gamme, la Shield TV de Nvidia.

Docker s’invite sur les consoles de jeux

Un projet qui n’est pas si farfelu qu’il y parait. Rappelons en effet que la Shield TV est équipée d’un processeur Tegra X1 pourvu de 8 cœurs ARM 64 bits et d’un GPU affichant une puissance de calcul dépassant le téraflops. Le tout avec 3 Go de RAM. Première étape, passer d’Android à Linux for Tegra. Cette solution, quoique basée sur un kernel 64 bits, est livrée avec des outils 32 bits. Seconde étape, l’installation de Docker. Et avec succès. À lire aussi :Serveurs ARM : la guerre est déclarée entre Cavium et AppliedMicro96Boards : un OS serveur, en attendant les nouvelles cartes ARMARM et Power, les nouvelles cibles de CentOS. Société Générale : la banque d'investissement passe au cloud 2.0. Après un proof of concept, la Banque de Grande Clientèle et Solutions Investisseurs de la Société Générale a décidé de se lancer dans la création d'un cloud privé orienté Docker.

Société Générale : la banque d'investissement passe au cloud 2.0

La Société Générale était présente à la DockerCon Europe à Barcelone les 16 et 17 novembre. Sponsor de cette deuxième édition de l'événement client de Docker sur le Vieux Continent, la banque était d'ailleurs le seul acteur hors secteur informatique à y tenir un stand - aux côtés de nombreux partenaires de l'éditeur américain. Une manière pour le groupe français de bien mettre en avant son intérêt pour les innovations portées par Docker en matière de cloud. Est-ce surprenant ? Pas tant que ça, quand on connait l'historique de cette banque sur le numérique, et sa politique d'ouverture sur l'écosystème digital depuis environ deux ans.

Un Poc sur Docker qui se révèle concluant Mais derrière la présence de la Société Générale à la DockerCon Europe se cache aussi, bien évidemment, un intérêt du groupe, pour Docker. Cloud : pourquoi Docker peut tout changer. Docker vient bousculer le modèle, jusqu'ici fermé, des grands clouds.

Cloud : pourquoi Docker peut tout changer

Il pourrait permettre en effet de basculer une application entre les clouds d'Amazon, Google et Microsoft. [Mis à jour le 22/01/15 19:00] 1- Comment résumer ce qu'est Docker ? Docker permet d'embarquer une application dans un container virtuel qui pourra s'exécuter sur n'importe quel serveur (Linux et bientôt Windows Server). C'est une technologie qui a pour but de faciliter les déploiements d'application, et la gestion du dimensionnement de l'infrastructure sous-jacente. 2- Quelle différence avec la virtualisation traditionnelle ? La virtualisation traditionnelle permet, via un hyperviseur, de simuler une ou plusieurs machines physiques, et les exécuter sous forme de machines virtuelles (VM) sur un serveur machine. 3- Quels sont donc les principaux avantages de Docker comparé à la virtualisation ?

Les plus grands clouds l'ont déjà intégré. Conteneurs & Cloud : l’intérêt s’accélère (aussi en France) Les conteneurs ont le vent en poupe.

Conteneurs & Cloud : l’intérêt s’accélère (aussi en France)

A tel point qu’une des grandes questions aujourd’hui - y compris en France - est de savoir si la migration des applications existantes sur site passeront par la case virtualisation, ou si elles se feront directement en utilisant Docker, Kumbernetes et autres Google Container Engine. Une question intéressante à laquelle 2016 devrait répondre. En soumettant ces informations à LeMagIT.fr, vous acceptez de recevoir des emails de TechTarget et de ses partenaires.

Vous consentez également à ce que vos données personnelles soient transférées et traitées aux Etats-Unis, et vous confirmez avoir lu et accepté nos Conditions d’utilisation et notre Politique de confidentialité. 2016 : la France séduite par les conteneurs La virtualisation, même si elle est plus « lourde » possède un mérite de taille. Mais cette contrainte peut aussi être un atout. Mais les VMs n’ont pas dit leur dernier mot 2016, l’année du Cloud hybride (et du Cloud tout court)...