background preloader

E-commerce/web to shop

Facebook Twitter

E-commerce : les taux de conversion secteur par secteur. Voici le dernier baromètre des performances e-commerce de Kantar Media Compete et Google.

E-commerce : les taux de conversion secteur par secteur

Il passe au crible taux de conversion, de rebond et d'abandon de 9 segments de marché. Le taux de transformation des sites marchands français s'est amélioré de 13% entre 2012 et 2013, puis encore de 7% au 1er trimestre 2014. Les réseaux influencent les comportements d'achat - ETUDE - l. L’agence DigitasLBi (Publicis Groupe) a publié les résultats de son étude 2014 sur les tendances mondiales du commerce connecté à travers 12 pays.

Les réseaux influencent les comportements d'achat - ETUDE - l

Les réseaux sociaux drainent 7,7% de visites sur les sites e-commerce. Les acheteurs sont de plus en plus nombreux à utiliser les réseaux sociaux.

Les réseaux sociaux drainent 7,7% de visites sur les sites e-commerce

Conséquence: le trafic augmente sur les sites web des retailers. Une nouvelle étude d’Experian montre que Facebook ou Pinterest sont parmi les plus efficaces pour découvrir les produits. L’étude montre que les visites ont ainsi augmenté de 7,7% sur les sites web des détaillants grâce au canal social média. L’année dernière, les visites atteignaient 6,6% du trafic vers les marques. L’étude, réalisée sur plus de 34 000 détaillants américains, explique cette progression au vu de la fréquentation des réseaux sociaux. Les annonceurs sont de plus en plus nombreux à pointer vers les réseaux sociaux pour augmenter l’engagement du consommateur, indique le rapport . La même étude montre que le site d’Amazon.com et celui de Wal- Mart obtiennent le plus de trafic via leurs comptes Pinterest , Facebook et YouTube.

Les réseaux sociaux drainent 7,7% de visites sur les sites e-commerce. Les acheteurs sont de plus en plus nombreux à utiliser les réseaux sociaux.

Les réseaux sociaux drainent 7,7% de visites sur les sites e-commerce

Conséquence: le trafic augmente sur les sites web des retailers. Une nouvelle étude d’Experian montre que Facebook ou Pinterest sont parmi les plus efficaces pour découvrir les produits. L’étude montre que les visites ont ainsi augmenté de 7,7% sur les sites web des détaillants grâce au canal social média. L’année dernière, les visites atteignaient 6,6% du trafic vers les marques.

L’étude, réalisée sur plus de 34 000 détaillants américains, explique cette progression au vu de la fréquentation des réseaux sociaux. Les annonceurs sont de plus en plus nombreux à pointer vers les réseaux sociaux pour augmenter l’engagement du consommateur, indique le rapport . La même étude montre que le site d’Amazon.com et celui de Wal- Mart obtiennent le plus de trafic via leurs comptes Pinterest , Facebook et YouTube.

Social e-commerce : les réseaux sociaux qui génèrent le plus (et le moins) de ventes. Click and collect à la peformance: "il a fallu tout standardiser pour diviser par 10 les tarifs" (Proximis) Elle vise les entreprise ayant une maturité digitale inférieure à 10 millions d’euros Proximis est start-up parisienne et strasbourgeoise proposant des solutions à destination des e-commerçants.

Click and collect à la peformance: "il a fallu tout standardiser pour diviser par 10 les tarifs" (Proximis)

Parmi ses produits, le click and collect, qui permet de retirer ses achats en magasin après leurs commandes sur Internet. Jusqu’alors destiné aux grands comptes, elle lance le click and collect à la performance (c’est à dire en prélevant une commission sur les transactions effectuées) afin de séduire les enseignes de plus petites tailles pour qui un tel dispositif était trop coûteux. Les explications de Philip Bianchi, le président de Proximis. E-commerce : 6 tendances de Rakuten pour 2014. « Le shopping doit désormais être une expérience divertissante pour les consommateurs » Les e-commerçants doivent « proposer aux consommateurs une alternative plus humaine aux interfaces impersonnelles des années 2000″.

E-commerce : 6 tendances de Rakuten pour 2014

Insightera, spécialiste du marketing automatisé, boucle une levée de fonds de 5 millions d’eurosFondée en 2009, Insightera utilise l’analyse des données, ainsi que des algorithmes de machine learning, pour automatiser la personnalisation des sites web de ses clients. Apologie du new commerce - TRIBUNE. Amazon-mania Amazon incarne à lui seul la nouvelle génération de distributeurs.

Apologie du new commerce - TRIBUNE

Un modèle basé sur une offre exhaustive, au prix juste, le tout avec une expérience d'achat efficace. Cela paraît simple mais il a quand même fallu près de 12 ans pour que ce modèle devienne (très) rentable. «Lead generation» – Optimisation de la conversion - GroupM Next réalise une segmentation des «consommateurs digitaux» de produits électroniques. Shopping : 72% des Français préfèrent les magasins physiques à Internet. Selon les résultats d’un sondage Ipsos, publié lundi 29 avril, une grande majorité des Français préfère réaliser ses courses en magasins physiques plutôt qu’en ligne.

Shopping : 72% des Français préfèrent les magasins physiques à Internet

Relayée par l’AFP, l’étude précise que : « quelle que soit la catégorie de produits, 95% des sondés déclarent acheter souvent ou systématiquement en magasin. » Une habitude particulièrement prononcée au niveau de l’alimentation (89%) et des vêtements (60%). Même les produits culturels, très plébiscités en ligne (28%), seraient encore majoritairement achetés en magasins physiques (40%). Parmi les avantages cités pour l’achat physique : la très forte dimension humaine. Les sondés reconnaissent toutefois l’aspect très pratique des achats en ligne (95%) mais pointent néanmoins du doigt la « froideur » de cette pratique. Ces résultats viennent donc rejoindre ceux d’une étude menée par eBay en octobre dernier. Or, la notion de plaisir apparaît comme essentielle dans le cadre d’achats compulsifs.

Le Web To Store, par où commencer ? Sans avoir la prétention de posséder la recette miracle pour créer du trafic en magasin par l’intermédiaire de leviers web et mobile, ce billet a pour objectif de tenter de traiter la source du Web To Store, ce que toute enseigne ou marque possédant un réseau de points de vente devrait déployer en amont, avant de mettre en place des projets digitaux, vecteurs de trafic en magasin, plus complexes.

Le Web To Store, par où commencer ?

Actuellement, nous lisons et entendons beaucoup de choses autour de ces sujets, on parle de : SolomoROPOClick & CollectProduct locatorStore locatorDigital InstoreEtc. Toutes ces mécaniques, leviers ou fonctionnalités ont un point commun, elles ont été pensées pour créer une interaction dédiée et personnalisée entre un point de vente physique et son prospect ou client (online ou offline). Mais comment faire le tri entre indispensable, « must have », gadget, buzz apps, etc. ? Un Store Locator géolocalisé Fonctionnalités à attendre : Blog To Store. L'EMERGENCE DES STRATEGIES WEB-TO-STORE. Vendredi 15 Mars 2013 15:19 Lorsque le E-commerce a vu le jour à la fin des années 1990, nombreux ont été ceux qui ont imaginé une société aux magasins vides et abandonnés.

L'EMERGENCE DES STRATEGIES WEB-TO-STORE

On a opposé l'expérience digitale à l'expérience magasin en pensant que les routes du web fermeraient les portes des enseignes physiques. Pourtant, 15 ans plus tard, les achats continuent à se faire en magasin. E-commerce et magasins physiques : quelles synergies pour mieux recruter et fidéliser les consommateurs ? Les modifications du comportement des consommateurs devenant hyper connectés, cross canaux et à la recherche d’immédiateté, associées à l’essor, sous différentes formes, du commerce digital, transforment en profondeur le rôle que doit jouer le point de vente physique aujourd’hui. Comment un réseau peut-il désormais s’y adapter pour vendre, se différentier et fidéliser toujours plus de clients grâce à la proximité et la relation humaine qu’il offre quotidiennement en magasin ?

L’appel du digital face à l’efficacité du canal traditionnel. Les 8 attentes des social shoppers sur Internet.