HADOPI : attention chérie, ça va spammer… ou pas
A la dure vie d’Hadopi A la dure vie d’Hadopi [qcm] Q 1. Hadopi, c’est quoi ?
Le scandale des sites gouvernementaux qui se négligent Le scandale des sites gouvernementaux qui se négligent Vous m’avez, moi comme d’autres, souvent entendu pester sur le stupide délit de négligence caractérisée et l’obligation légale faite à l’internaute de sécuriser une belle abstraction légale : « la connexion Internet». Comme sur Internet plus qu’ailleurs, niveau sécurité, les conseilleurs sont rarement les payeurs, nous avons décidé, avec Paul Da Silva et Paul Rascagneres (RootBSD), d’aller jeter un oeil sur le pas de la porte des conseilleurs… comme on s’en doutait : c’est moche. Nous pourrions vous dire que nous avons été surpris… mais soyons sérieux, nous ne l’avons pas été le moins du monde. Dans le titre, comme vous le constatez, j’emploie le terme un peu fort de scandale.
Éric Walter avait estimé « un peu hypocrite » le débat sur les moyens de sécurisation (voir cependant notre liste). Interrogé par les Échos, le même secrétaire général de la Hadopi, ex-monsieur Tic de Nicolas Sarkozy, estime maintenant que la question de ses revenus au sein de la Hadopi n’est pas le sujet de première importance. « Le montant dont on a parlé [180.000 euros brut annuel, NDLR] n'est pas mon salaire, mais le plafond maximal au-delà duquel je ne peux être rémunéré. Hadopi : selon Éric Walter, le sujet de son salaire est secondaire Hadopi : selon Éric Walter, le sujet de son salaire est secondaire
Le web 2.0 est mort, fini l’adolescence | Guillaume-Nicolas MEYER C’est dans les bacs, les spécialistes le savent… le web 2.0 est mort ou en passe de l’être… Pour autant, a t-il jamais existé ? On nous rabâche les oreilles depuis 2005 de ce web 2.0 et il y a toujours autant de gens qui disent n’importe quoi. « Oui, le web 2.0 c’est les nouvelles technologies ! » Faux ! Les technologies n’ont pas évoluées, c’est juste leur usage qui a changé. Ce qui fait que bien vite des experts se sont posés la question suivante : Le web 2.0 est mort, fini l’adolescence | Guillaume-Nicolas MEYER
« Ce gouvernement est vraiment devenu orwellien  « Ce gouvernement est vraiment devenu orwellien  Le gouvernement australien souhaite mettre en place à une nouvelle politique de conservation des données par les fournisseurs d’accès Internet (FAI). Cette politique, décrite comme par l’Electronic Frontiers Australia , obligerait juridiquement les opérateurs à conserver de grandes quantités de données relatives aux activités de leurs clients en ligne. « ‘ souligne Ben Grubb de . Selon certains sources de l’industrie (toutes les parties sont tenues au secret), cela pourrait aller jusqu’à la conservation de l’historique de navigation et des e-mails de chaque internaute australien pendant cinq ou dix ans. Ce que le procureur généra l a démenti . Au nom de la loi Freedom of Information (Liberté d’accès aux documents administratifs), Ben Grubb a demandé à avoir accès au document remis par le Procureur général à l’industrie en mars dernier lors d’une réunion tenue secrète. Mais, constate le journaliste, le document publié ne permet pas d’en savoir plus sur cette politique.
Les Français hostiles aux contenus web payants. La faute au myth Selon les conclusions d'une étude menée par GfK Custom Research, les internautes français ne sont toujours pas disposés à consommer des contenus web payants. Une situation d'autant plus paradoxale que l'Internet a désormais pris une place très importante. Pas moins de 75 % des sondés ont affirmé se connecter tous les jours, tandis que 54 % considèrent que le réseau des réseaux a un impact positif pour la société. Les Français hostiles aux contenus web payants. La faute au myth
Hadopi accélère le piratage en France - Freenews : L'actualité d Une étude menée par l’université de Rennes démontre que les internautes, loin d’avoir peur de la sanction, piratent plus d’œuvres protégées depuis l’adoption de la loi dite Hadopi. Cette dernière serait même carrément contre-productive, puisque les pirates en tout genre apprendraient à contourner les mesures de surveillance mises en place, en évitant les réseaux P2P, et en privilégiant le streaming et le direct download... afin de télécharger illégalement en toute impunité. L’étude, menée auprès d’un échantillon représentatif de 2000 personnes dans la région Bretagne, met en évidence une augmentation globale du nombre du pirates (+3% depuis l’adoption de la Hadopi, en septembre dernier). Ces vilains téléchargeurs seraient d’ailleurs, comme l’ont déjà démontré d’autres études, les plus gros consommateurs de biens culturels légaux, par ailleurs. Hadopi accélère le piratage en France - Freenews : L'actualité d
Bonjour et bienvenue ! Si vous aimez cet article, n'hésitez pas à vous abonner au site via son flux RSS suivre Korben.info. Ce week end, j'avais commencé un petit article "résumé" sur Hadopi puis je suis tombé sur celui de 01net qui reprend bien tous les points et qui je pense devrait vous intéresser. Hadopi – La France doit avoir peur Hadopi – La France doit avoir peur
Hadopi prête à frapper... mais pas si fort que ça Ca y est, "l'Hadopi devient opérationnelle, le travail préparatoire se termine" a déclaré Marie-Françoise Marais en préambule d'une conférence de presse lundi 28 juin. La présidente de la Haute Autorité pour la diffusion des oeuvres et la protection des droits sur internet a fait le point sur l'état d'avancement des travaux, et indiqué que l'Hadopi serait prête à lancer son action dès que le décret relatif à la procédure applicable devant la Commission de protection des droits (CPD), qui fixe les règles applicables à l'instruction des dossiers, serait publié au Journal Officiel. Ce qui serait imminent. Hadopi prête à frapper... mais pas si fort que ça
Frédéric Mitterrand était l’invité samedi de l’émission Mediabolique sur France Inter. Le ministre de la Culture a évidemment été interrogé sur l’avancement des lois Hadopi 1 et 2. On peut écouter ce passage via ce fichier après la 36e minute. Frédéric Mitterrand : « ça marche très bien Hadopi ! » Frédéric Mitterrand : « ça marche très bien Hadopi ! »
Il y a trois ans, lorsqu'il était encore le patron de la FNAC, Denis Olivennes avait été désigné par Nicolas Sarkozy pour mettre fin au jeunisme, et élaborer les accords de l'Elysée sur la lutte contre le piratage. Il ne faisait aucun doute dès sa désignation que le Président de la République lui demandait de raviver la riposte graduée, qu'il avait lui-même imaginée lors de la loi DADVSI en opposition à la licence globale, mais qui fut censurée par le Conseil constitutionnel. Christine Albanel avait déclaré plusieurs mois avant les travaux de Denis Olivennes que "la solution de la riposte graduée est aujourd'hui celle du bon sens". Dans la lettre qui lui était adressée pour encadrer la "mission Olivennes", Nicolas Sarkozy demandait à la ministre de "conclure un accord interprofessionnel permettant de dissuader efficacement et de réprimer la contrefaçon de masse". Trois ans plus tard, la loi Hadopi a été adoptée, plusieurs décrets ont été publiés, mais rien n'a encore été concrétisé. Olivennes avait négocié la création de l'Hadopi "pour son pays"
L'Hadopi dévoile son fonctionnement... sans explications Cette journée devait être celle des explications et des motivations de la loi Hadopi. Entre les flous juridiques et les délits punissables, il y avait pourtant beaucoup à dire. C'est donc devant un parterre de journalistes déçus que la haute autorité a dévoilé son fonctionnement. Explications. Juridiquement l'Hadopi ne fonctionnera que sur le délit de défaut de sécurisation de sa connexion Internet (un délit pénal). La présidente de l'Hadopi, Marie-Françoise Marais rappelle : « le titulaire d'un droit d'accès à Internet a la responsabilité de veiller à ce que son accès ne fasse pas l'objet d'une utilisation qui porte atteinte à un droit de propriété littéraire ou artistique ».
Hadopi : l'arrêt du pillage d'abord, le développement de l'offre légale ensuite - Numerama Le secrétaire général de la Haute Autorité risque d'attendre longtemps. En effet, dans un entretien accordé aux Echos, Eric Walter a accepté de revenir sur l'avancement du dispositif Hadopi, à quelques jours de la publication attendue du dernier décret du texte, qui doit préciser la procédure devant la Commission de protection des droits (CPD). Questionné sur l'avenir improbable de la carte musique jeune, le secrétaire général a élargi sa réponse à une réflexion plus générale sur l'offre légale.
La pédagogie made in HADOPI La HADOPI fait de la prévention, sous forme d’un dépliant qu’elle distribue aux péages autoroutierx, profitant des retours de vacances. Par delà le caractère pas franchement légal de l’opération comme le souligne Numerama, c’est surtout le couplet sur la sécurisation de la connexion Internet qui me fait doucement rire. Une vaste blague, avec une véritable intention de désinformer, voilà à quoi se résume le dépliant de la HADOPI. PourquoiLa sécurisation de la connexion à internet a pour but d’éviter les utilisations non autorisées d’œuvres protégées par undroit d’auteur. Comme pour son domicile, il est nécessaire de verrouiller les accès à son ordinateur pour éviter lesintrusions extérieures. Les moyens de protection permettentaux internautes d’envisager différemment l’utilisation de leurconnexion internet par leurs proches.
« La liberté d’utiliser Internet ne constitue pas un droit absolu » (SNEP) at The Internets
La loi Hadopi et le piratage au bureau, ce qu’il faut savoir!
Vous pouvez casser des DRM si ça n’est pas pour violer le droit d’auteur, selon un juge fédéral US at The Internets
I'll be blog » Blog Archive » Avatar bouleversé par Hadopi
Hadopi et TMG : un système de seuils aiguillera les sanctions -
Hadopi, les pirates, ce n'est pas son problème | slate
Hadopi comme modèle pour lutter contre l'absentéisme scolaire ? - Numerama
Succès d'Hadopi ? Hausse possible de la taxe pour copie privée -
L’Hadopi demeure dans le flou
Hadopi (presque) en ordre de marche
Livre Numérique et HADOPI : Christine Albanel multiplie les bugs
Hadopi : greffé à un PDF ou automatisé, Seedfuck accélère ses mu
UE : la directive e-commerce révisée, un tremplin vers ACTA
Rapidshare et Megaupload, les McDo du téléchargement
L'Hadopi prolonge sa consultation publique mais choisit son public - Numerama
Hadopi est efficace (pour les formateurs et les éditeurs)
Hadopi est "une chance pour la liberté sur Internet" - Numerama