La bisbille Peillon - France Télévisions vire à l'aigre - Libéra La direction de France Télévisions s'est "indignée", samedi, "des propos injurieux et mensongers" tenus par l'eurodéputé PS Vincent Peillon, qui, dans le Monde, a accusé «certains» de ses dirigeants de «servilité», après avoir boycotté un débat sur l'identité nationale sur France 2. «Depuis dix jours, Vincent Peillon multiplie les versions contradictoires sur les conditions et les modalités de sa participation à l'émission A vous de juger du 14 janvier 2010», réagit la direction de France Télévision dans un communiqué à l'AFP. «En déclarant aujourd'hui que "sept émissions sur neuf organisées aux heures de grande écoute ont été consacrées à l'identité nationale", Vincent Peillon profère un mensonge supplémentaire et inacceptable», poursuit-elle. «L'appel à la démission des principaux dirigeants du service public de la Télévision ainsi que l'accusation scandaleuse de "servilité" sont indignes de responsables politiques», précise le texte.. La bisbille Peillon - France Télévisions vire à l'aigre - Libéra
Affaire Peillon Avous de Juger: Peillon préfère les Blondes - un
Après les sites Web, la presse papier. La relation entre le président Hollande et l'actrice Julie Gayet, révélée par Closer (voir la chronique de Daniel Schneidermann) figure à la Une de nombreux quotidiens régionaux, et de quelques quotidiens étrangers. Si plusieurs éditorialistes de la PQR se veulent sévères à l'égard de François Hollande, la presse étrangère n'accorde pas une place démesurée à l'affaire. vite dit vite dit
L’équivalent de "Dieu est avec nous", c’est aujourd’hui "l’opinion publique est avec nous " Pierre Bourdieu (1971) Le microcosme médiatique et ses journalistes tricards sous-payés ont une constance de marathoniens lorsqu’il faut mettre en scène une polémique portant sur le port du « voile » des femmes musulmanes. À intervalle régulier, lorsque la situation sociale se tend, ou lorsque l’actualité a un coup de mou, sort du chapeau, adroitement, le péril de la mahométane dissimulée (même partiellement). Avec un sens aigu de la variation, puisqu’après les mères voilées à la maternelle, se pose le problème des étudiantes voilées à l’université. Pour donner le sentiment que cette préoccupation préoccupe tout le monde, l’opinion vient à la rescousse. Pierre Bourdieu a décortiqué en 1971 le non-sens de l’opinion tel qu’on nous la présente.

Piratage(s)

Piratage(s)
A vous de juger : Peillon pose un lapin à Arlette Chabot - une v
Paillé: "Peillon est un fourbe" - a vous de juger, chabot identi Paillé: "Peillon est un fourbe" - a vous de juger, chabot identi Dominique Paillé, porte-parole de l'UMP, s'en prend violemment à Vincent Peillon. (MaxPPP) "Le grand spectacle était organisé par Madame Chabot pour vendre sans doute de la publicité, de l'audimat". Vincent Peillon n'en a pas fini avec France Télévisions. Invité sur le plateau d'A vous de juger pour débattre de l'identité nationale aux côtés d'Eric Besson et de Marine Le Pen, le socialiste s'est finalement abstenu, et s'en est expliqué ce vendredi, sur France info. A ses yeux, France Télévisions s'est servi de lui comme d'une caution.
Peillon plante Chabot: il se fait flinguer sur Le Post - LePost.
Réponse de la rédaction France2 à Vincent Peillon - LePostTV
Guy Carlier tacle Vincent Peillon : "Le débat démocratique a été
Flash actu : Débat/France 2 : Aubry soutient Peillon Flash actu : Débat/France 2 : Aubry soutient Peillon La première secrétaire du Parti socialiste Martine Aubry a déclaré aujourd'hui qu'elle soutenait "pleinement" la décision de Vincent Peillon de ne pas participer au débat sur l'identité nationale sur France2 jeudi soir, reconnaissant qu'elle en avait été informée. "Il m'a prévenu de sa décision et je la soutiens pleinement", a déclaré la maire de Lille à des journalistes, en marge de ses voeux à la presse régionale. Vincent Peillon (PS) a refusé in extremis jeudi soir de participer à l'émission de France 2 sur l'identité nationale, après un débat entre le ministre de l'Immigration Eric Besson et la vice-présidente du Front national, Marine Le Pen.
Mélenchon: "Vincent Peillon a bien fait de ne pas aller dans ce Jean-Luc Mélenchon 15/01/2010 à 18h07 - mis à jour le 15/01/2010 à 18h19 | vues | réactions Jean-Luc Mélenchon | MAX PPP Dimanche dernier, le Front de gauche a lancé officiellement sa campagne pour les élections régionales après des négociations difficiles entre ses différents partenaires (Le Parti communiste, le Parti de gauche et leurs alliés). Après son bon score aux Européennes (6,47% des voix), chacun se demande si le Front de gauche va rééditer sa performance aux élections régionales de mars prochain. Mélenchon: "Vincent Peillon a bien fait de ne pas aller dans ce
Martine Aubry a soutenu vendredi le coup d'éclat de Vincent Peillon, qui a fait faux bond la veille à France 2 lors d'un débat sur l'identité nationale, mais, en coulisses, des ténors socialistes, embarrassés, critiquaient l'eurodéputé, qui a décidé seul et engagé tout le parti. "Il m'a prévenu de sa décision et je la soutiens pleinement", a déclaré la première secrétaire à Lille, au lendemain de la chaise laissée vide par M. Peillon lors de l'émission "A vous de juger" opposant le ministre de l'immigration Eric Besson et Marine Le Pen (FN). Le coup d'éclat de Vincent Peillon embarrasse le PS Le coup d'éclat de Vincent Peillon embarrasse le PS
Pour Aubry, «pas de décision collective du PS de boycotter» Fran Pour Aubry, «pas de décision collective du PS de boycotter» Fran La brouille s’aggrave encore entre Vincent Peillon et France 2. Au lendemain du fracassant lapin posé par l’eurodéputé (PS) à Arlette Chabot, présentatrice d’A vous de juger, le PDG de France Télévisions, Patrick de Carolis, a écrit à Martine Aubry. Il lui demande si elle-même et le PS «cautionnaient l’appel à la démission» lancé jeudi par Peillon à l’encontre d’Arlette Chabot et des dirigeants de la chaîne qui ont programmé l’émission, avec un débat Le Pen-Besson. Très remonté après la «désertion», «particulièrement déplaisante» de Peillon, le PDG, demande des comptes à la dirigeante socialiste sur cet «appel à la démission collective» qui est, «je crois, sans précédent depuis quelques dizaines d’années».
Patrick de Carolis demande des explications à Aubry, qui soutien La décision de Vincent Peillon de ne pas participer à l'émission «A vous de juger», jeudi 14 janvier, sur France 2, provoque des remous hors de l'Hexagone: en déplacement à l'étranger, Patrick de Carolis, le PDG de France Télévisions a fait parvenir une lettre sévère à Martine Aubry pour lui faire part de sa colère. À quelques semaines de la campagne électorale des régionales, il demande à la première secrétaire du PS de s'expliquer sur les conditions du débat public et de faire connaître ses intentions. Il estime que le «boycott volontaire des antennes de France Télévisions par un élu socialiste menace le fonctionnement même du débat démocratique dans les médias audiovisuels, qu'ils ... Patrick de Carolis demande des explications à Aubry, qui soutien
AUBRY prend son téléphone... AUBRY prend son téléphone... L'association Misereor, association caritative catholique allemande, vient de publier une réclame intitulée Zwei Euro - Für dich ein Eis, für 267 Menschen ein Tag ohne Durst (2 euros : une cornet de glace pour vous, une journée sans soif pour 267 personnes) : > Cliquez sur l'image pour un gros plan < L'illustration, signée Martin Maczurek, rappelle un peu les photos de Spencer Tunick, l'homme qui met à poil et empile des milliers de gens : Mer morte 15 par Spencer Tunick, 2011 Düsseldorf 4 (Museum Kunst Palast) par Spencer Tunick, 2006
Après Pierre Moscovici, le député PS Manuel Valls critique, samedi 16 janvier, la défection de son collègue de parti Vincent Peillon lors de l'émission télévisée où il devait être confronté au ministre Eric Besson sur le thème de l'identité nationale. "Je crois qu'on a toujours intérêt à débattre, à présenter ses idées", a déclaré l'élu de l'Essonne interrogé par France Inter. "Et puis surtout il y a la méthode!", a ajouté Manuel Valls. "Dire qu'on y va pour ne pas y aller après, ça pose forcément toujours un problème de crédibilité". Il a décelé "une forme de frustration de la part du téléspectateur en général, et notamment de ceux qui nous sont proches" après ce faux bond de dernière minute de l'eurodéputé PS, jeudi soir dans l'émission "A vous de juger" sur France 2. Vincent Peillon continue à se faire étriller
Le député PS Manuel Valls a critiqué samedi la défection de son collègue de parti Vincent Peillon lors d'une émission télévisée où il devait être confronté au ministre Eric Besson sur le thème de l'identité nationale, estimant qu'"on a toujours intérêt à débattre". "Je crois qu'on a toujours intérêt à débattre, à présenter ses idées", a déclaré l'élu de l'Essonne interrogé par France Inter. "Et puis surtout il y a la méthode!" Valls critique la défection de Peillon
Vincent Peillon : "J’ai décidé de ne pas participer au débat d’i
Vincent Peillon, l'invité de Guillaume Durand
Clash Peillon Chabot France 2 explications "Acte de résistance", "coup de pub", "méthode de voyou"... Dans le forum ci-dessous, dites nous ce que vous pensez de ce faux bond prémédité de Vincent Peillon à France 2. Pendant près de deux heures hier soir, Eric Besson s'est expliqué sur la politique d'immigration de la France et sur le débat sur l'identité nationale. Le ministre était opposé à Marine Le Pen, dans l'émission "A vous de juger", sur France 2. Ils auraient dû aussi débattre avec Vincent Peillon, mais, coup de théâtre, l'eurodéputé socialiste a annulé sa venue à la dernière minute.
Peillon plante France 2 : "Je voulais qu’il y ait un incident" | Vincent Peillon à La Rochelle en août 2009 (Audrey Cerdan/Rue89). « J’ai décidé de ne pas participer au débat d’indignité nationale organisée ce [jeudi] soir sur France 2. » A peine l’émission « A vous de juger » sur France 2 commencée, Arlette Chabot, présentatrice et directrice de l’information de la chaîne, découvre et lit en direct la note que Vincent Peillon vient de publier sur son blog, alors qu’elle l’attendait en plateau après un débat opposant Eric Besson et Marine Le Pen. L’eurodéputé socialiste explique sa décision à Rue89 :
Peillon : "je l'ai fait en conscience" - une vidéo Actu et Polit
Eux-aussi ont refusé le débat
À vous de juger : l’aveuglement médiatique
Chez Michel Denisot (part1) - LePostT
Chez Michel Denisot (part2)
Aphatie, Duhamel, et le mensonge de Peillon
Quand Alain Duhamel trouvait que la censure à la télé, c'est nor
“J’ai assisté à l’interrogatoire d’Eric B.”, par François E. - L
Peillon supprime les commentaires négatifs de
Besson: "Peillon est comme un petit garçon qui a cassé son jouet