background preloader

Sophie15

Facebook Twitter

Le Journal du séducteur (roman) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Journal du séducteur (roman)

Présenté dans un abyme (le roman est en fait constitué d'un journal intime lu par le narrateur du roman, lequel narrateur n'intervient personnellement que très peu), l'ouvrage raconte la séduction d'une jeune fille par un séducteur expérimenté, dont toutes les ruses, les méandres de la pensée nous sont en cette occasion dévoilés. L'histoire en est empruntée à celle de l'auteur, la Cordélia du roman pouvant représenter la jeune fille que Kierkegaard aimait avant leur rupture mystérieuse, Régina Olsen, tandis que le héros pourrait très bien n'être que Kierkegaard lui-même, auquel cas l'œuvre, en plus d'être un roman existentialiste, pourrait être perçue comme une apologie par la diabolisation et le dénigrement de l'auteur par lui-même.

Un film intitulé Le Journal du séducteur s'inspire du livre, réalisé par Danièle Dubroux en 1995. Lettre d'Alfred de Musset à George Sand : « Jamais homme n'a aimé comme je t'aime. 1er septembre 1834 Voilà huit jours que je suis parti et je ne t’ai pas encore écrit.

Lettre d'Alfred de Musset à George Sand : « Jamais homme n'a aimé comme je t'aime.

J’attendais un moment de calme, il n’y en a plus. Je voulais t’écrire doucement, tranquillement par une belle matinée, te remercier de l’adieu que tu m’as envoyé, il est si bon, si triste, si doux : ma chère âme, tu as un cœur d’ange. Je voudrais te parler seulement de mon amour, ah ! George, quel amour ! Vois-tu, lorsque je suis parti, je n’ai pas pu souffrir ; il n’y avait pas de place dans mon cœur. Les Liaisons dangereuses. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Les Liaisons dangereuses

Les Liaisons dangereuses, sous-titré Lettres recueillies dans une société et publiées pour l’instruction de quelques autres, est un roman épistolaire écrit par Pierre Choderlos de Laclos et publié en 1782. Cette œuvre littéraire majeure du XVIIIe siècle, qui narre le duo pervers de deux nobles manipulateurs, roués et libertins du siècle des Lumières, est considérée comme un chef-d'œuvre de la littérature française, bien qu'il soit tombé dans un quasi-oubli durant la majeure partie du XIXe siècle, avant d'être redécouvert au début du XXe.

Drame[modifier | modifier le code] La marquise de Merteuil et le vicomte de Valmont se jouent de la société pudibonde et privilégiée dans laquelle ils vivent. Se livrant à la débauche, ils ne cessent, tout au long du livre, de se narrer leurs exploits au travers des lettres qu’ils s’envoient, car ils ne se fréquentent pas ouvertement, et qui constituent le corps de l’intrigue. Lettre d'Auguste Rodin à Camille Claudel - Des Lettres. Ma féroce amie, Ma pauvre tête est bien malade, et je ne puis plus me lever le matin.

Lettre d'Auguste Rodin à Camille Claudel - Des Lettres

Ce soir, j’ai parcouru (des heures) sans te trouver nos endroits. que la mort me serait douce ! Et comme mon agonie est longue. Pourquoi ne m’as-tu pas attendu à l’atelier. où vas-tu ? À quel [sic] douleur, j’étais destiné. Ma Camille sois assurée que je n’ai aucune femme en amitié, et toute mon âme t’appartient. Je ne puis te convaincre et mes raisons sont impuissantes. Ne laisse pas prendre à la hideuse et lente maladie mon intelligence, l’amour ardent et si pur que j’ai pour toi enfin pitié ma chérie, et toi-même en sera récompensée. Rodin Je t’embrasse les mains mon amie, toi qui me donne [sic] des jouissances si élevées, si ardentes, près de toi, mon âme existe avec force et, dans sa fureur d’amour, ton respect est toujours au dessus.

Ne me menace pas et laisse toi voir que ta main si douce marque ta bonté pour moi et que quelques fois laisse là, que je la baise dans mes transports. Ah! Serge Gainsbourg - En relisant ta lettre. Jean Honoré Fragonard 009.