background preloader

Philosophie francophone

Facebook Twitter

Montaigne

Méditations Métaphysiques de Descartes. Résumé des Méditations Métaphysiques (3 et 6) : Pour faire ce résumé, je me suis inspiré du résumé fait par Descartes lui-même dans le Discours de la méthode, partie IV.

Méditations Métaphysiques de Descartes

Je vous invite donc à vous y reporter. Une fois atteint, dans la seconde méditation, le cogito, et qu’on a un critère de l’idée claire et distincte, il reste que, tant qu’on n’a pas un critère de la véracité divine (i.e. : qu’on ne sait pas si Dieu est trompeur ou non), on ne peut garantir que les idées sont bien représentatives (ou, qu’elles correspondent bien à quelque chose d’extérieur). Ainsi, après l’argument du malin génie, Descartes est de nouveau obligé de recourir à un argument " hyper-métaphysique ". 1) Troisième méditation Dans la troisième méditation, Descartes va donc essayer une nouvelle fois d’échapper à tous les " sabotages " sceptiques, en ajoutant une garantie (g) à l’ensemble de nos meilleures raisons de croire.

Résumé de l’argument : (3) elles ne peuvent pas non plus m’être venues par les sens. Marcel Proust. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Marcel Proust

Marcel Proust en 1900. Œuvres principales Issu d'une famille aisée et cultivée (son père est professeur de médecine à Paris), Marcel Proust est un enfant de santé fragile et toute sa vie il a des difficultés respiratoires graves causées par l'asthme. Très jeune, il fréquente des salons aristocratiques où il rencontre artistes et écrivains, ce qui lui vaut une réputation de dilettante mondain. Profitant de sa fortune, il n'a pas d'emploi et il entreprend en 1895 un roman qui reste à l'état de fragments (publiés en 1952, à titre posthume, sous le titre Jean Santeuil). Biographie[modifier | modifier le code] Montesquieu. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Montesquieu

Montesquieu en 1728 (peinture anonyme). Œuvres principales Montesquieu, avec entre autres John Locke, est l'un des penseurs de l'organisation politique et sociale sur lesquels les sociétés modernes et politiquement libérales s'appuient. Ses conceptions – notamment en matière de séparation des pouvoirs – ont contribué à définir le principe des démocraties occidentales. Biographie À cette époque l'Angleterre s'est constituée en monarchie constitutionnelle à la suite de la Glorieuse Révolution (1688-1689) et s'est unie à l'Écosse en 1707 pour former la Grande-Bretagne. Il se passionne pour les sciences et mène des expériences scientifiques (anatomie, botanique, physique, etc.).

Puis il oriente sa curiosité vers la politique et l'analyse de la société à travers la littérature et la philosophie. Il travaille ensuite plusieurs années, accumulant notes et réflexions; vers 1739, il commence son maître-livre, De l'esprit des lois. Philosophie Postérité. Paul Janet (philosophe) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Paul Janet (philosophe)

Paul Janet (philosophe) Paul Janet, né à Paris le et mort à Paris le , est un philosophe français. Il devient professeur de philosophie morale à Bourges (1845-1848), à Strasbourg (1848-1857), puis de logique au lycée Louis-le-Grand à Paris (1857-1864). À partir de 1864, il occupe la chaire de philosophie à la Sorbonne. Il est élu membre de l'Académie des sciences morales et politiques. Sur les autres projets Wikimedia : Paul Janet, sur Wikisource.

Philo francophone XX & XIeme

Claude-Adrien Helvétius. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Claude-Adrien Helvétius

Claude-Adrien Schweitzer, latinisé en Helvétius, né le à Paris et mort le à Paris[1], est un philosophe, franc-maçon et poète français. Biographie[modifier | modifier le code] Issu d’une famille de médecins, dont le grand-père, Jean-Adrien Helvetius (1661-1727)[2], fils de Johann Friedrich Schweitzer, introduisit l’usage de l’ipécacuanha et le père, Jean Claude Adrien Helvetius[3] (1685 – 1755) fut le premier médecin de Marie Leszczyńska, reine de France, Claude-Adrien fut formé, en vue de faire une carrière financière, par son oncle maternel à Caen, mais la poésie occupait son temps libre.

Dès l'âge de vingt-trois ans, à la demande de la reine, il est nommé fermier général, un poste de perception d’impôts qui lui rapporte 100 000 couronnes par an. Il est fortement inspiré par Locke, dont il lit très tôt l’Essai sur l’entendement humain. Philosophie[modifier | modifier le code] Postérité[modifier | modifier le code] De l'esprit (1758) [2].