background preloader

Penseurs et théories en droit & moral/éthique

Facebook Twitter

Portalis, Discours préliminaire sur le projet de code civil. De Jean-Etienne-Marie PORTALIS ( Extrait de ce discours, présenté le 1er pluviôse an IX ) Les lois ne sont pas de purs actes de puissance ; ce sont des actes de sagesse, de justice et de raison.

Portalis, Discours préliminaire sur le projet de code civil

Le législateur exerce moins une autorité qu’un sacerdoce. A l’ouverture de nos conférences. nous avons été frappés de l’opinion, si généralement répandue, que, dans la rédaction d’un code civil, quelques textes bien précis sur chaque matière peuvent suffire, et que le grand art est de tout simplifier en prévoyant tout. Les Forces créatrices du droit : par Georges Ripert,... (Book, 1955) Cicéron :PLAIDOYER POUR L. CORNÉLIUS BALBUS. - PRO L. CORNELIO BALBO ORATIO.

I.

Cicéron :PLAIDOYER POUR L. CORNÉLIUS BALBUS. - PRO L. CORNELIO BALBO ORATIO

Si auctoritates patronorum in iudiciis valent, ab amplissimis viris L. Corneli causa defensa est; si usus, a peritissimis; si ingenia, ab eloquentissimis; si studia, ab amicissimis et cum beneficiis cum L. Cornelio tum maxima familiaritate coniunctis. Quae sunt igitur meae partes? William Blackstone. Blackstone's legacy and main work of note is his Commentaries.

William Blackstone

Designed to provide a complete overview of English law, the four-volume treatise was repeatedly republished in 1770, 1773, 1774, 1775, 1778 and in a posthumous edition in 1783. Reprints of the first edition, intended for practical use rather than antiquary interest, were published until the 1870s in England and Wales, and a working version by Henry John Stephen, first published in 1841, was reprinted until after the Second World War. Legal education in England had stalled; Blackstone's work gave the law "at least a veneer of scholarly respectability".[1] William Searle Holdsworth, one of Blackstone's successors as Vinerian Professor, argued that "If the Commentaries had not been written when they were written, I think it very doubtful that [the United States], and other English speaking countries would have so universally adopted the common law.

A.V. Dicey. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

A.V. Dicey

Albert Venn Dicey (né le 4 février 1835 et mort le 7 avril 1922) est un juriste britannique, théoricien des lois constitutionnelles. Les principes qu'il expose dans son œuvre majeure An Introduction to the Study of the Law of the Constitution (1885) sont considérés comme faisant partie de la constitution non-codifiée du Royaume-Uni. Diplômé du Balliol College d'Oxford, il devint Vinerian Professor of English Law à l'Université d'Oxford avant de devenir professeur de droit à la London School of Economics. Il a popularisé le terme « Rule of Law », traduit souvent en français comme État de droit[1]. Œuvre[modifier | modifier le code] Leçons sur les rapports entre le droit et l'opinion publique en Angleterre au cours du dix-neuvième siècle [Texte imprimé] / par A.V. Bibliographie[modifier | modifier le code] Notes et références[modifier | modifier le code] John Henry Wigmore. John Henry Wigmore (March 4, 1863 – April 20, 1943) was an American jurist and expert in the law of evidence.

John Henry Wigmore

After teaching law at Keio University in Tokyo (1889–1892), he was the dean of Northwestern Law School (1901 to 1929). He is most known for his Treatise on the Anglo-American System of Evidence in Trials at Common Law (1904) and a graphical analysis method known as a Wigmore chart. Personal life and education[edit] Michael Sandel. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Michael Sandel

Pour les articles homonymes, voir Sandel. Michael Sandel en 2012 Son cours intitulé « Justice » a été suivi par plus de 15 000 étudiants à Harvard[1] et filmé par une télévision de Boston qui l'a diffusé aux États-Unis en 2009. Il fait l'objet de traductions au Japon et en Chine, y rencontrant un grand succès[1]. Son livre Justice, what the right thing to do s'est vendu à plus d'un million d'exemplaires en Asie du Sud-Est[1].

Ronald Dworkin. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ronald Dworkin

Pour les articles homonymes, voir Dworkin. Son travail porte sur la théorie du droit. Dworkin peut être considéré dans ce domaine comme le philosophe le plus connu depuis Herbert Hart avec qui il a entretenu un dialogue critique. En effet, son effort majeur est une critique du positivisme. C'est également un interlocuteur privilégié d'un autre philosophe contemporain qui accorde de plus en plus de place au droit comme Jürgen Habermas[note 2]. François Gény. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

François Gény

François Gény en 1894 Biographie[modifier | modifier le code] Après des études de Droit à Nancy (1878-1887) dont il sort agrégé, François Gény enseigne le droit romain à Alger (1888-1889), le droit civil et le droit international à Dijon (1890-1900), où il se lie avec Raymond Saleilles, puis le droit civil à Nancy (1901-1931), où il devient Doyen de la Faculté de Droit (1919-1925). À ce titre, il rétablit en 1923 l’enseignement du droit naturel sous le nom d’ « Introduction philosophique à l‘étude du Droit ». J. L. Mackie. John Leslie Mackie (/ˈmæki/; 25 August 1917 – 12 December 1981) was an Australian philosopher, originally from Sydney.

J. L. Mackie

He made significant contributions to the philosophy of religion, metaphysics, and the philosophy of language, and is perhaps best known for his views on meta-ethics, especially his defence of moral scepticism. He authored six books. His most widely known, Ethics: Inventing Right and Wrong (1977), opens by boldly stating that "There are no objective values. " It goes on to argue that because of this ethics must be invented, rather than discovered.