background preloader

Logique & Figures de style

Facebook Twitter

Raisonnement par l'absurde. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Raisonnement par l'absurde

Sur les autres projets Wikimedia : apagogie, sur le Wiktionnaire En philosophie[modifier | modifier le code] Apagogie positive[modifier | modifier le code] On parle d'apagogie positive ou de démonstration par l'absurde simple quand la conclusion affirme la vérité d'une proposition, non en l'établissant directement par une démonstration tirée de la nature même de la chose, mais indirectement, en faisant voir que la proposition contraire est absurde. Limites de ce mode de raisonnement[modifier | modifier le code] Ce raisonnement n'est légitime que lorsqu'il n'y a que deux propositions contradictoires possibles, dont l'une est nécessairement fausse si l'autre est vraie, et réciproquement ; autrement il dégénère en sophisme s'appuyant sur un faux dilemme.

Apagogie négative[modifier | modifier le code] En philosophie, la méthode apagogique ou réduction à l'absurde a une place plus importante dans le domaine de la réfutation des idées adverses. Figures de style. Apodictique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Apodictique

Est apodictique, du grec αποδεικτικος (qui démontre, qui prouve), ce qui présente un caractère d'universalité et de nécessité absolue. Une proposition apodictique est nécessairement vraie, où que l'on soit. Signification opposée[modifier | modifier le code] Dans le cadre de la logique aristotélicienne, l'apodictique est opposé à la dialectique, à l'instar de la preuve scientifique s'opposant à un raisonnement de nature probabiliste. Le mot anapodictique (qui signifie « indémontrable » chez Aristote) représente les prémisses premières et immédiates d'où part le syllogisme apodictique : ses axiomes. Kant oppose le jugement apodictique, qui est démontré ou immédiatement nécessaire, au jugement assertorique, dont la vérité n'est pas démontrée ni immédiatement nécessaire, et au jugement problématique qui ne présente qu'un caractère de vraisemblance ou de possibilité[1].

Exemples et contre-exemples[modifier | modifier le code] Prétérition. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Prétérition

La prétérition (substantif féminin), du latin praeteritio (« action de passer sous silence »), du supin praeteritum, est une figure de style consistant à parler de quelque chose après avoir annoncé que l'on ne va pas en parler[1]. Elle permet de ne pas prendre l'entière responsabilité de ses propos et se reconnaît à l'emploi de formules particulières d'introduction comme « Ai-je besoin de vous dire... ».

C'est une figure de rhétorique par excellence, en ce qu'elle influence l'attitude de l'interlocuteur ; elle éveille son attention, ou attise sa curiosité, commente un raisonnement. Prosopopée. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Prosopopée

Exemples[modifier | modifier le code] Je suis la pipe d'un auteur ; On voit, à contempler ma mine, D’Abyssinienne ou de Cafrine, Que mon maître est un grand fumeur. (Charles Baudelaire) Elle me dit : « Je suis l'impassible théâtre Que ne peut remuer le pied de ses acteurs ; Mes marches d'émeraude et mes parvis d'albâtre, Mes colonnes de marbre ont les dieux pour sculpteurs.

Je n'entends ni vos cris ni vos soupirs ; à peine Je sens passer sur moi la comédie humaine Qui cherche en vain au ciel ses muets spectateurs. « Je roule avec dédain, sans voir et sans entendre, À côté des fourmis les populations ; Je ne distingue pas leur terrier de leur cendre, J'ignore en les portant les noms des nations.

. « Avant vous j'étais belle et toujours parfumée, J'abandonnais au vent mes cheveux tout entiers, Je suivais dans les cieux ma route accoutumée, Sur l'axe harmonieux des divins balanciers. (Alfred de Vigny, Les Destinées) La poésie y a également recours. Modus ponens. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Modus ponens

Pour les articles homonymes, voir Modus. Formalisation[modifier | modifier le code] La règle du modus ponens ou de détachement est une règle primitive du raisonnement. On l'écrit formellement (suivant le contexte) :