background preloader

Inspiration anglaise

Facebook Twitter

Mary Astell. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Mary Astell

Une œuvre de Mary Astell Mary Astell, née le et morte le , est une théologienne anglaise. Biographie[modifier | modifier le code] Mary Astell, naît le . Elle est l'une des premières femmes érudites à critiquer les théories de l'assujettissement des femmes. Locke pour justifier la soumission de la femme à l'homme s'appuie sur les textes bibliques et en particulier sur la Première épître aux Corinthiens, qu'il analyse dans la Paraphrase and Notes on the first Epistle of St Paul to the Corinthians en 1706. C'est l'une des premières femmes anglaises à promouvoir l'idée que les femmes sont aussi rationnelles que les hommes, et méritent tout autant une éducation. Bibliographie[modifier | modifier le code] Some Reflections Upon Marriage - 1700Moderation Truly Stated - 1704A Fair Way with the Dissenters and their Patrons - 1704An Impartial Inquiry into the Causes of Rebellion and Civil War - 1704.

Habeas corpus. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Habeas corpus

L’ordonnance ou mandat d’habeas corpus (en anglais writ of habeas corpus), plus exactement habeas corpus ad subjiciendum et recipiendum, énonce une liberté fondamentale, celle de ne pas être emprisonné sans jugement (contraire de l'arbitraire qui permet d'arrêter n'importe qui sans raison valable). En vertu de ce principe, toute personne arrêtée a le droit de savoir pourquoi elle est arrêtée et de quoi elle est accusée. Ensuite, elle peut être libérée sous caution, puis amenée dans les jours qui suivent devant un juge. Ses origines remontent à la Rome antique avec la provocatio, qui en est le précurseur, et son principe moderne naît dans l’Angleterre du Moyen Âge. Depuis, elle a été renforcée et précisée de façon à apporter des garanties réelles et efficaces contre la détention arbitraire par l’Habeas Corpus Act (« la loi d’Habeas Corpus ») de 1679.

Déclaration des droits. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Déclaration des droits

La Déclaration des droits (ou Bill of Rights en anglais) est un texte imposé en 1689 aux souverains d'Angleterre (Guillaume III et Marie II) à la suite de la Glorieuse Révolution. Il définit les principes de la monarchie parlementaire en Angleterre. Contexte[modifier | modifier le code] Après la parenthèse de la guerre civile, la monarchie limitée est restaurée en 1660 et les Stuart renforcent leur pouvoir en tendant vers des pratiques absolutistes. Ainsi, le catholique Jacques II (James II en anglais) ne respecte pas l'habeas corpus, et doit fuir en France à la suite de la Glorieuse Révolution. Contenu : un progrès des libertés[modifier | modifier le code] La déclaration des droits de 1689 La Déclaration des droits définit les pouvoirs du Parlement dont l'avis est indispensable pour la suspension des lois, leur exécution, la levée d'un nouvel impôt royal, l'entretien d'une armée en temps de paix (articles 1, 4 et 6).

Charte des droits et libertés. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Charte des droits et libertés

Plusieurs documents à travers le monde ont pour titre Charte des droits et libertés ou une variation mineure de ces mêmes mots. Ce sont des documents officiels, adoptés par le corps législatif de l'État et qui énonce les droits fondamentaux des citoyens. Dans plusieurs juridictions, ce document a un caractère constitutionnel contraignant. Portail du droit. Magna Carta. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Magna Carta

Un des quatre exemplaires restant de la Magna Carta de 1215, déposé à la Bibliothèque Cotton. Dénomination[modifier | modifier le code] Le nom de Grande charte n'est initialement qu'un qualificatif de sa taille physique exceptionnellement longue. Il lui est attribué dès le 11 décembre 1217, deux ans et demi après sa rédaction, pour la distinguer de la Charte de forêt (en), plus courte. Celle ci constitue la base du traité de Lambeth et celle là y est jointe en annexe. Le nom de Magna Carta Libertatum, c'est à dire Grande charte des Libertés, qui lui a été parfois donné, est une emphase tardive. Description[modifier | modifier le code] Caractéristiques du document[modifier | modifier le code] Aucun de ces documents n'est signé.

Rédigé en un latin conventionnel très abrégé, le texte, compact et continu, a été numéroté en soixante trois articles en 1759 par William Blackstone. Copies originales[modifier | modifier le code] Barons Clercs Classiques. John Milton. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

John Milton

Pour les articles homonymes, voir Milton. John Milton vers 1629. Œuvres principales John Milton (1608 - 1674) est un poète et un pamphlétaire anglais, célèbre pour être, en particulier, l’auteur de plusieurs poèmes épiques, Le Paradis perdu, Le Paradis retrouvé et Samson Agonistes, et aussi de sonnets. Né en 1608 à Londres, alors dans le Royaume d'Angleterre, il fréquente de prestigieux établissements, St Paul's à Londres et Christ's College à Cambridge. À la victoire puritaine du Commonwealth de l'Angleterre, il est nommé secrétaire d'État aux Langues étrangères, poste qui le conduit à gérer l'image du nouveau régime auprès de l'étranger.