background preloader

Sciences historiques & historigraphie

Facebook Twitter

Une discipline scientifique ?



L'histoire moderne, en tant que discipline intellectuelle, ne fait pas partie des sciences dites « exactes » ou « dures » mais des sciences dites « sociales » et « humaines », avec la sociologie, l'ethnologie, la psychologie, etc. C'est une science sociale dans le sens où elle s'attache d'abord à l'étude de l'Homme dans les sociétés par un travail d’interprétation, sans pour autant écarter le principe d’impartialité. L'historien cherche à comprendre le passé via une pluralité de perspectives, en regroupant donc des sources variées, en tenant compte de la subjectivité de l'observateur y compris de l'historien lui-même.

Un débat existe sur l'objectivité de l'Histoire. Il est notamment apparu quand la découverte des lois de physique par Isaac Newton, en établissant que certains événements naturels peuvent être prévus, posant aux historiens un problème nouveau : celui de la « scientificité » de l'histoire. Comme les sciences dures, la discipline historique implique une analyse rationnelle des faits, et vise à la « vérité ». Plusieurs tentatives de résolutions ont été envisagées ;

- La première, notamment incarnée par le mathématicien français Pierre-Simon de Laplace, voit la discipline historique comme science dure. Si elle ne possède pas de lois comparables à celles des sciences physiques, c'est simplement parce qu'elle n'a pas encore connu son Newton. Dans son Essai philosophique sur les probabilités, Laplace écrit : « tous les événements, ceux mêmes qui par leur petitesse semblent ne pas tenir aux grandes lois de la nature, en sont une suite aussi nécessaire que les révolutions du soleil29 ». Cette position est aussi celle de l'historien Fustel de Coulanges pour qui « l’histoire n’est pas un art ; elle est une science pure, comme la physique ou la géologie30.
- La seconde, représentée par le mathématicien Antoine-Augustin Cournot, fait certes de l'histoire une discipline scientifique, mais une discipline scientifique relative dont le hasard est une composante essentielle. Soit donc le caractère imprévisible de l'histoire cesse d'être, comme chez Laplace, une illusion liée à notre ignorance des lois profondes de l'histoire, pour être appréhendé comme « un fait vrai en lui-même »31. Pour Cournot, l'histoire est une suite de séries causales, qui, s'entrecroisant, produisent l'événement. Ainsi, si l'on considère la mort de Pyrrhus Ier causée par la chute d'une tuile, l'on sera dans l'entrecroisement de deux séries causales : la série causale de la tuile, amenée à tomber à un moment précis, sur un lieu précis, et la série causale Pyrrhus présent au moment précis, et au lieu précis. L'avantage de ce système de séries causales c'est qu'il permet de concilier hasard et déterminisme : « de ce que le croisement continuel des chaînes de conditions et de causes secondes, indépendantes les unes aux autres, donne perpétuellement lieu à ce que nous sommes des « chances » ou des combinaisons fortuites, il ne s'ensuit pas que Dieu ne tienne point dans sa main les unes et les autres, et qu'il n'ait pu les faire sortir toutes d'un même décret initial »32.

Une question que le développement de l'internet remet en exergue est celle de la valeur et de l'accessibilité des sources, officielles ou non ; L'Histoire peut-elle être Open-source se demandait en 2006 Roy Rosenzweig33.

Henri Guillemin

Roy Rosenzweig. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Roy Rosenzweig

Carrière[modifier | modifier le code] Il s'intéresse d'abord au monde ouvrier et à sa lutte pour la réduction du temps de travail, puis élargit son travail aux classes populaires en général et à leur accès à la culture, son souci constant étant de faire parler les humbles à une époque où l'historiographie reste marquée par une vision du passé façonnée par les élites. Marc Bloch. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Marc Bloch

Pour les articles homonymes, voir Bloch. Marc Bloch. Biographie[modifier | modifier le code] Famille et formation[modifier | modifier le code] Numa Denis Fustel de Coulanges. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Numa Denis Fustel de Coulanges

Numa Denis Fustel de Coulanges Précurseur de la sociologie, par l'exemplarité de sa méthode, il connut une renommée certaine en Italie. Il insista dans son œuvre sur l'importance de la longue durée et relativisa l'importance du fait racial dans l'histoire de la France au profit de l'impact des institutions. Bien avant et, après la Première Guerre mondiale, les nationalistes, puis l'Action française devaient se réclamer de ses écrits[1],[2]. Pierre-Simon de Laplace. Antoine-Augustin Cournot. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Antoine-Augustin Cournot

Biographie[modifier | modifier le code] De 1823 à 1833 il est secrétaire du maréchal de Gouvion Saint-Cyr qu’il aide à rédiger ses mémoires, puis précepteur de son fils, tout en poursuivant ses études : il est licencié en droit en 1827 et obtient son doctorat ès sciences en 1829, spécialité mathématiques, avec sa thèse principale en mécanique et sa thèse secondaire en astronomie. C’est un habitué du salon de l’économiste Joseph Droz. Lucien Febvre. Jules Michelet. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jules Michelet

Pour les articles homonymes, voir Michelet. Portrait de Jules Michelet par Thomas Couture. Œuvres principales Jules Michelet, né le 21 août 1798 à Paris et mort le 9 février 1874 à Hyères, est un historien français.