Débats-Société

Facebook Twitter
Académie de Nantes
Réussite

Lecture

Adolescence

Comment j'ai pourri le web

Petite expérience amusante sur l'usage du numérique en lettres Préambule Pendant ma première année au lycée, j’ai donné à mes élèves de Première une dissertation à faire à la maison. Comment j'ai pourri le web
Evaluation

Redoublement

Autorité

La mémoire

Qualités d'un bon professeur
Système éducatif

Citoyenneté/Education

Le Travail à la Maison

Orthographe : L'AFEF combat les idées reçues Par Jean-Michel Le Baut L'AFEF a organisé le 2 avril 2011 une rencontre-débat sur un sujet qui anime souvent les conversations de comptoirs et les essais polémistes : la baisse constatée du niveau en orthographe. Plusieurs experts reconnus sur la question de l’orthographe ont apporté un éclairage intéressant autour de cette question sensible et complexe pour aider les enseignants et la société entière à penser ce qui peut apparaître comme un échec collectif et à trouver des pistes de travail. Orthographe : L'AFEF combat les idées reçues

Les fautes d'orthographe coûtent cher sur Internet

Les fautes d’orthographe sur Internet font perdre beaucoup d’argent aux sociétés de vente en ligne, rapporte BBC News. Selon l’entrepreneur du Web britannique Charles Duncombe, une analyse des données rassemblées à partir des sites a permis de démontrer qu’une seule faute d’orthographe pouvait diminuer de moitié les ventes en lignes d'un site. Aux yeux des consommateurs, ces erreurs remettent en cause la crédibilité du site, explique-t-il. L’orthographe est une question majeure puisque «quand on vend ou communique sur Internet, c’est fait à 99% par écrit». Charles Duncombe souligne que «parfois, ces entreprises high-tech dépendent de savoir-faire d’antan». La Confédération de l’industrie britannique (CBI) s’est elle aussi inquiétée de la situation. Les fautes d'orthographe coûtent cher sur Internet
« A quoi sert d’apprendre le groupe verbal, monsieur Marboeuf, je vous le demande ? » | L’instit’humeurs « A quoi sert d’apprendre le groupe verbal, monsieur Marboeuf, je vous le demande ? » | L’instit’humeurs Cette semaine j’avais un rendez-vous avec un père d’élève. C’est un papa que j’aime bien, avec qui il m’est déjà arrivé d’échanger sur l’école et sur d’autres sujets, ma foi de manière intéressante. Il voulait faire un point sur l’année de son fils, un très bon élève, parmi les meilleurs de ma classe : complet, travailleur, particulièrement bon en maths où il a parfois de belles intuitions, et ce qui ne gâche rien, bon camarade.
Ecole

classe inversée