background preloader

Ummo

Facebook Twitter

Site ummo-sciences - Toutes les lettres ummites connues -accueil. L'affaire UMMO. Le 30 mai 1967, Sesma reçut une lettre annonçant trois arrivées de vaisseaux ummites entre le 30 mai et le 3 juin, L'un d'eux devait se poser aux environs de Madrid (lettre D60 ). Les amis des visiteurs de l'espace guettèrent avec la fièvre que l'on devine. Ils ne virent rien. Mais le 2 juin, les journaux "Informaciones" et "Pueblo" annonçait l'observation sen-sa-tion-nelle d'une soucoupe volante à San José de Valderas, en banlieue de Madrid. Non seulement il y avait des centaines de témoins, mais on l'avait photographié Or l'année précédente, le 6 février 1966, une soucoupe identique avait atterri à Aluche près de Madrid, en laissant d'importantes traces.

Le témoin principal, José Luis Jordan Peña, un homme intelligent et "ouvert", avait vraiment été très coopératif: Il avait aidé à l'enquête. Rafael Farriols, un chef d'entreprise de Barcelone, apprit l'information par la radio. On comprend que ces lettres mystérieuses suscitaient l'intérêt des ufologues. Un scientifique s'en( )mêle. Ummo. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Ummo (dans la transcription espagnole « initiale ») ou Oummo (en prononciation française) est le nom d'une planète hypothétique qui se trouverait à environ 14,4 années-lumière de la Terre, suivant les « révélations » faites par l'intermédiaire de divers courriers dactylographiés reçus à partir du milieu des années 1960, en grande majorité en Espagne mais également dans d'autres pays.

Ces lettres auraient été écrites par des membres d'un groupe présent sur Terre, se présentant comme émissaires d'une civilisation extraterrestre, les « Ummites »[1]. Certains analystes considèrent cette affaire comme un canular élaboré. §Historique[modifier | modifier le code] Le chercheur Jean-Pierre Petit a affirmé avoir décelé les signes d'une intelligence supérieure — extraterrestre — dans certains écrits ummites qu'il dit avoir reçus. Actuellement plus de 200 lettres (211 semble-t-il) représentant environ 1300 pages de rapports ont été répertoriées[7]. Waam. Jean Pollion et la recherche du krypton dans l'ADN. Si la loi m'interdit de reproduire in extenso le "mail privé" que m'a adressé "Pollion", je peux par contre évoquer son contenu, d'autant plus que mon propos ne sera nullement diffamatoire.

Pollion dit qu'avant d'entamer ces recherches sur l'effet du krypton sur les mécanismes biologiques, en tentant de les mettres en évidence il avait au préalable réfléchi aux conséquences possibles. Il avait d'abord estimé que le ton général des textes Ummo ne lui paraissait pas de nature à inciter à l'élaboration d'une arme. Je ne serais pas si affirmatif sur ce plan. Dans ces textes Ummo on évoque la possibilité de l'émergence "d'armes au plasma", affreusement destructrices, assimilables, ce qui fut précisé par la suite, à une opération "de synthèse d'antimatière par compression".

Des physiciens dotés de moyens conséquents pourraient, en suivant ces indications, chercher à élaborer une arme basée sur ce principe. La matière, hypercomprimée, se transforme-t-elle en antimatière ? Jean-Pierre Petit. Cette nouvelle débouche sur un nouveau projet de contrat, toujours grâce à Combarnous. Lebrun et Petit ont entièrement calculé une manip d'annihilation d'onde de choc, dans une soufflerie un peu particulière, crachant de l'argon à 10 000° C, qui existe à Rouen (Petit en a utilisé une semblable à l'Institut de Mécanique des Fluides de Marseille, dans les années 1960s). Le nouveau contrat de plus de 1 million FF lourds, doit donc associer ce laboratoire de Rouen, le Ministère de la Recherche et les Militaires, qui tiennent une fois de plus donner un coup de main (le Ministre de la Recherche, Hubert Curien, tient à ce que G. P. soit associé au projet). En fait ceux-ci vont demander à ce que Petit n'ait pas de responsabilités dans la conduite de ces recherches.

A terme, ce projet va être à d'autres personnes, et G. L'expérience est un nouvel échec : les tuyères MHD des Rouennais explosent les unes après les autres. 1987 : Un bienfaiteur propice Il reste ce fantôme, le SEPRA.