background preloader

Retraite. si si. pensez y

Facebook Twitter

La retraite des expatriés. Lorsqu'il n'est pas possible d'avoir le statut de travailleur détaché, il faut opter pour le statut de travailleur expatrié.

La retraite des expatriés

On ne cotise donc plus aux régimes obligatoires français, mais uniquement au régime local, lorsqu'il en existe un. Il est toujours possible, cependant, de cotiser volontairement en France. Mais cela n'exempte pas le travailleur de ses obligations vis-à-vis du régime local : il cotise alors deux fois. 1. Memo-guide-retraite-complementaire-10. Prévoir la Retraite - Cotisation Retraite Expatriés - Caisse de Retraite expatriés.

Retraite complémentaire AGIRC-ARRCO Rachat de points. Depuis 2004, il est possible de racheter jusqu’à 70 points par année d’études supérieures, dans la limite de trois ans, dans chacun des régimes Arrco et Agirc, sous conditions.

retraite complémentaire AGIRC-ARRCO Rachat de points

Expatriés, comment ne pas perdre gros sur vos retraites françaises. Travailler à l’étranger est souvent une opportunité pour doper sa carrière et sa rémunération.

Expatriés, comment ne pas perdre gros sur vos retraites françaises

Cela peut aussi avoir des conséquences désastreuses pour sa future retraite. Aucune cotisation retraite n’est, en effet, reversée aux régimes de retraite français, sauf dans le cas d'un détachement puisque l'assuré continue de dépendre de la législation française ou, évidemment, à décider de cotiser volontairement aux caisses de retraite françaises. Toutefois, la retraite de l'expatrié ne sera pas pénalisée si le pays a conclu une convention de sécurité sociale avec la France ou s'il fait partie de l’Union Européenne. Les trimestres accomplis seront bien comptabilisés, au même titre que des trimestres « français ».

En revanche, si ce pays n’a aucune convention de sécurité sociale avec la France, les trimestres travaillés à l’étranger sont malheureusement perdus. L'assurance-vieillesse volontaire - Money Guide. (MoneyGuide.fr) - La faculté de s’assurer volontairement pour les risques vieillesse et invalidité est accordée aux personnes qui cessent de remplir les conditions de l’assurance obligatoire à la suite d’une démission par exemple.

L'assurance-vieillesse volontaire - Money Guide

La retraite des expatriés. La retraite en France Les cotisations aux caisses de retraite sont obligatoires en France et comprennent : Une pension de retraite de base gérée par la Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse (CNAV) de la sécurité sociale Un régime complémentaire de retraite par répartition.Le régime de base : dès votre premier emploi en France, vous êtes immatriculé à la sécurité sociale et un compte est ouvert automatiquement à votre nom, sur lequel la sécurité sociale reporte vos salaires soumis à cotisation.

La retraite des expatriés

Retraite : les cotisations volontaires, un bon calcul ? Peu connues, les cotisations volontaires permettent d'acheter des droits à l'assurance retraite.

Retraite : les cotisations volontaires, un bon calcul ?

Elles s'adressent aux assurés qui ne sont affiliés à aucun régime et n'ont donc plus d'activité professionnelle, par exemple un rentier ou les personnes dans l'impossibilité de travailler suite à un accident de la vie. > Qui peut adhérer à l’assurance volontaire du régime général ? Pour pouvoir adhérer à l’assurance volontaire "vieillesse", il ne faut pas être couvert à titre obligatoire. En pratique, l’assurance volontaire est ouverte aux anciens assurés du régime général, des régimes spéciaux ou des régimes agricoles, c’est-à-dire à toute personne qui a été affiliée pendant au moins 6 mois à un de ces régimes et qui ne remplit plus les conditions d’assujettissement obligatoire.

Elle s'adresse donc aux rentiers et à toutes les personnes sans activité professionnelle, notamment suite à un accident de la vie. > Combien coûtent ces cotisations volontaires ? Expatriation : Le casse-tête de la retraite. LE MONDE ARGENT | • Mis à jour le | Par Nathalie Cheysson-Kaplan Ce n’est pas le premier sujet de préoccupation des candidats à l’expatriation.

Expatriation : Le casse-tête de la retraite

Et, pourtant, les périodes de travail à l’étranger ont des conséquences importantes sur leur future retraite. En premier lieu, tout va dépendre de leur statut (détaché ou expatrié). Un salarié détaché continue à cotiser auprès des régimes de retraite français et se constitue des droits dans les mêmes conditions qu’avant son départ à l’étranger. Mais le choix de ce statut n’est possible que pour une durée limitée, qui dépend de la destination. Au-delà de trois ans, vous êtes considéré comme expatrié. Retraite : les expatriés n'ont plus que 10 ans après leur retour pour racheter leurs trimestres. Mauvaise nouvelle pour tous les Français qui ont travaillé à l'étranger et qui veulent faire valoir leurs droits à la retraite.

Retraite : les expatriés n'ont plus que 10 ans après leur retour pour racheter leurs trimestres

Après deux ans d'attente, les conditions pour racheter des trimestres sont enfin officielles, et pas forcément, très avantageuses. Retraités, la tentation du Portugal. Sur le modèle déjà mis en place par le Maroc, le Portugal a instauré un dispositif fiscal attrayant pour certains nouveaux résidents.

Retraités, la tentation du Portugal

L'objectif pour le Portugal est d'attirer 20 000 retraités de toutes nationalités pour que leurs dépenses soutiennent la croissance. Ainsi, les nouveaux résidents s'installant en tant que propriétaires ou locataires pourront bénéficier d'une exonération d'impôt sur les retraites si elles sont de source étrangère. Les cotisations volontaires des expatriés prises en charge dans certains cas. - jeudi 10 septembre 2015 10:34 Les expatriés français qui cotisent volontairement à la retraite bénéficient désormais de la prise en charge de leurs cotisations dans certains cas.

les cotisations volontaires des expatriés prises en charge dans certains cas

Un arrêté est paru le 10 septembre 2015 au Journal Officiel instaurant que la cotisation d'assurance volontaire vieillesse auprès de la Caisse des Français de l'étranger (CFE) est prise en charge si l'affilié touche des « indemnités journalières au titre de la maladie, de la maternité, de l'accident du travail ou des maladies professionnelles, ou perçoit une pension d'invalidité ou une rente d'accident du travail ou de maladie professionnelle d'un taux au moins égal à 66,66%. » Ces dispositions sont applicables au titre des périodes débutant à compter du 1er janvier 2014.

En revanche, elles ne s'appliquent pas si le contrat de travail du salarié expatrié a été rompu ou, en toute logique, si son expatriation a pris fin.