background preloader

Consommation collaborative

Facebook Twitter

Les plateformes de dons avec ou sans contrepartie. Blue Bees est la plateforme dédiée à l’agriculture et l’alimentation durables. Elle finance des projets qui vont du champ à l’assiette, en don à partir de 5 euros et en prêt à partir de 20 euros. Cocoricauses est une plateforme de financement participatif de dons, qui s’intéresse tout spécialement à la ruralité dans son ensemble. La structure est majoritairement détenue par un fonds de dotation (cf fondation) d’intérêt général. Cocoricauses, c’est aussi un modèle original. En effet, non contente d’offrir un écrin d’audience aux différentes cibles (porteurs de projets, donateurs …), la plateforme porte elle-même ses propres projets: les « Grandes Cocoricauses » ! La mission de Cocoricauses, notamment à travers le financement participatif, est de contribuer à l’aménagement des territoires ruraux, sur tout ce qui concerne l’économique, le social, le médical, le culturel, le patrimonial, la vie pratique et les services de proximité en général.

Consommation Collaborative | La consommation collaborative se verticalise… on voit apparaître de nouveaux segments y compris sur des marchés existants comme la location d’appartements entre particuliers, le positionnement gay-friendly est l’un d’eux. Misterbnb est né d’une rencontre entre Séjourning, acteur française de la location d’appartements entre particuliers et myGayTrip, guide gay international de voyage participatif.

Rencontre avec Matthieu Jost, co-fondateur de Misterbnb. Lire l'article → La confiance entre inconnus est un élément clé pour comprendre le développement de la consommation collaborative. Cette confiance est rendue possible par différents mécanismes, au premier rang desquels les réseaux sociaux et les systèmes de réputation, mais également par des outils spécifiques. Le Site du Zéro. Kickstarter arrive en France. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Frédéric Cazenave La rumeur courait depuis plusieurs semaines. C’est désormais officiel : le géant américain du financement participatif Kickstarter a annoncé, lundi 11 mai, son lancement en France.

Créée en 2009, Kickstarter permet à des entrepreneurs, des artistes ou des créateurs de projets de toute sorte d’obtenir des financements auprès des internautes. Ces derniers reçoivent en échange des « récompenses ». Jusqu’à présent les entrepreneurs français devaient soit se faire domicilier aux Etats-Unis, soit passer par des entreprises américaines – qui les « portaient » le temps de l’opération – pour utiliser Kickstarter. L’arrivée de Kickstarter n’est a priori pas une bonne nouvelle pour les deux champions français Kisskissbankbank et Ulule, qui ont chacun récolté 15 et 13 millions d’euros en 2014. Lire aussi : La saga de Kickstarter, le pionnier américain Chez Ulule on relativise. « Kickstarter va forcément nous faire de la concurrence.

Qui sont ils ?

Les limites de l’économie collaborative en question. En septembre, rapporte Ron Lieber pour le New York Times, Nigel Warren a loué la chambre qu'il occupe dans son appartement à New York sur Airbnb pour 100 $ la nuit. Mais à son retour quel ne fut pas sa surprise d'être convoqué par son propriétaire et les agents de la ville de New York pour avoir enfreint plusieurs interdictions et se retrouver condamné pour plus de 40 000 $ d'amendes ! En effet, les lois locales ou votre contrat de location peuvent interdire la sous-location voir la location de courte durée. A New York, par exemple, vous ne pouvez pas louer d'appartements ou de chambres pour moins de 30 jours, sauf si vous vivez dans les locaux en même temps.

Des lois plus restrictives existent encore à San Francisco ou à la Nouvelle-Orléans, mais également à Paris ou Londres. L'économie collaborative dans la tourmente "Ce n'est pas parce que vous le faites via l'internet que tout est autorisé", rappelle le journaliste du New York Times. Wu rappelle ce que nous avons déjà évoqué. La première banque éthique française sur les rails. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Frédéric Cazenave Vingt-cinq ans après sa création, la Nef vient de franchir une étape importante. Ce week-end, à Nantes, les sociétaires de cette coopérative bancaire ont approuvé à la quasi-unanimité le changement de statut de l'établissement en une banque éthique. Banque et éthique… deux mots rarement associés. Sa définition ? « Nous finançons des projets qui ont un impact social, culturel ou écologique. Nous garantissons une parfaite transparence sur la circulation de l'argent, en publiant l'intégralité de nos opérations.

Inconnu du grand public, la Nef est bien implantée dans le monde associatif et l'économie sociale et solidaire. En plaçant leur argent à la Nef, les particuliers ne cherchent pas à maximiser leurs économies – les taux sont dans la fourchette du marché pour ce type de produits – mais à partager une partie ou la totalité du fruit de leurs intérêts. Alors pourquoi changer de statut ? Le crowdfunding en passe de bouleverser le financement des Entreprises. MangoPay, le paiement pour de nouveaux usages. Pour le "crowdfunding" et contre le "credit crunch", il faut vite légiférer. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Arnaud Poissonnier (fondateur du site de microcrédit solidaire Babyloan) Comme chacun sait, l'actuelle récession est plus agréable que celle de 2008 et la France ira bientôt mieux, la courbe du chômage va s'inverser et la confiance revenir. Mais au-delà du " wishfull thinking " et des effets d'annonce, n'y a-t-il pas urgence à poursuivre et multiplier les reformes structurantes au profit de la croissance ?

Bien évidemment. Parmi celles-ci il en est une, facile, qui ne doit pas attendre. Elle concerne les sites internet de crowdfunding, aussi dits de financement participatif, qui ont le vent en poupe et révolutionnent le financement de la culture, de la solidarité et de l'entrepreneuriat, c'est une évidence. Mais de qui s'agit-il ? Les analystes estiment le potentiel de collecte du crowdfunding à 1 000 milliards de dollars (768 millions d'euros) à horizon de dix ans. L'on a envie d'hurler à l'hypocrisie ! Ride Share and Car Share | Compare and Share. Achat d’occasion, récup, partage : les Français se débrouillent. Alors que se tenait hier la première Journée mondiale du partage (Global Sharing Day), plusieurs études publiées récemment font le point sur le phénomène, et les communautés s’organisent pour valoriser ces nouveaux modes de consommation.

Débrouille, récup, revente, location, achat d’occasion… où en sommes-nous en France? Cela va-t-il prendre de l’ampleur dans les années à venir? Eléments de réponse ci-dessous. De moins en mieux Commençons par le commencement. La notion de consommation collaborative émerge en France depuis 2010 environ. Les raisons invoquées pour justifier cette envie ? Consommer mieux, ça veut dire quoi ? Ceux qui affirment vouloir consommer moins mais mieux passent-ils à l’acte pour autant ? Extrait de l’étude de l’Obsoco Mais, pour l’Obsoco, les choses progressent : « Le développement des sites de location entre particuliers (par exemple, Zilok) et l’engagement récent de grandes enseignes de la distribution dans la location (par exemple, Leroy Merlin ou M. "Achetez malin, achetez biffins" : derrière le slogan, la volonté de pouvoir vendre en toute légalité.

A Saint-Denis, être connecté « change la vie » des exclus. Jeux vidéo : aspects et enjeux des échanges communautaires virtuels. Introduction I. Typologie des communautés virtuelles de jeux vidéo I.1. Les communautés dans les jeux en ligne I.2. II. I.1. I.2. III. III.1. III.2. III.3. Conclusion Avec l’essor d’Internet est apparu un nouveau type de communautés virtuelles dites « de gamers », renforcées par l’émergence des réseaux sociaux : elles se forment aussi bien autour de jeux en ligne que de jeux solos ou coopératifs, et sont des lieux d’échange privilégiés avec les autres joueurs ou les développeurs des jeux.

Dès les années 1980, les éditeurs de jeux ont souhaité mettre les joueurs en compétition simultanée : le premier jeu qui rassemble des « teams » est Netrek (1988), un jeu de stratégie et de science-fiction en temps réel, qui permet de jouer équipe contre équipe et pose les bases de ce qu'est la notion actuelle de communauté de joueurs. Dans les années 1990, de nombreux sociologues et anthropologues se sont intéressés au phénomène croissant des communautés virtuelles. . « How does anybody find friends? I.1. Schaerbeek inaugure son "frigo ouvert"- RTL Info- RTL.be. Fridge Image d'illustration L'asbl Corvia L'asbl Corvia L'asbl Corvia située à Evere existe depuis 5 ans. Elle distribue nourriture et vêtements, notamment à la gare centrale. L'association est joignable pour répondre aux besoins des démunis au numéro gratuit 0800.555.02.

Elle est connue pour avoir organisé une élection de Mister SDF et une autre de Miss SDF. L'asbl Corvia a annoncé dimanche le lancement mardi à 10H00 d'un "frigo ouvert", à hauteur du 444 de l'avenue Lambermont, à Schaerbeek. "Des gens ont faim" Une photographie publiée dans la presse le mois passé a montré le Gantois Stef Mintjen avec un frigo rempli de soupes et de cakes installé devant sa maison. En Allemagne, un site et des frigos en libre-service pour donner les restes de son repas. CONSO D'AILLEURS - Le «foodsharing», ou partage de nourriture, est très développé en Allemagne pour lutter contre le gaspillage alimentaire. Lancé en décembre 2012, le site foodsharing.de est dédié aux dons alimentaires et revendique plus de 85.000 membres. Chaque année, les Allemands jettent en moyenne 81,6 kilos de nourriture par personne.

Dont 53 kilos seraient encore consommables, selon une récente étude de l'Union européenne. Cela représente 235 euros par tête - ou 20 milliards à l'échelle du pays - qui finissent à la poubelle. Lancé en décembre 2012, le succès a été fulgurant. Foodsharing est aussi présent en Autriche, Suisse, Mexique, Israël et au Royaume-Uni. Pour prendre de l'envergure, Foodsharing a récemment intégré un autre site, Lebensmittelretten.de, créé en avril 2012 par le jeune militant écologiste Rafael Fellmer, qui répertorie des produits alimentaires récupérés dans les grandes surfaces. Bon plan recyclage pour toute la presse papier. Du brise-glace au hackaton, le co-créatif renouvelle le brainstorming.

Image: Focus Lab Avez-vous déjà entendu parler de « barcamp« , de « world café« , de « forum ouvert » ou de « hold-up« ? Car il s’agit là de techniques d’animations de réunions, de rencontres ou d’ateliers qui renouvellent le format et les méthodes généralement utilisés pour discuter et stimuler la créativité collective. De quoi mettre fin au syndrome de réunionite aigüe dont souffrent certaines organisations ? Le brainstorming, c’est has been Le forum Changer d’ère qui s’est déroulé le mercredi 5 juin 2013 à la Cité des Sciences n’a cessé d’insister sur la société du « co » qui émerge aujourd’hui.

Consommation collaborative, open-innovation, co-création, production peer-to-peer sont autant d’illustrations de cette tendance. En Equateur, une « Minga » est un travail collectif à des fins sociales. Leur principe est relativement simple: il s’agit de faciliter les interactions sociales et la participation de chacun en cassant les formats habituels de contribution. TerreNourricière - agence de communication éthique et solidaire. Médiathèque itinérante : Calais, première ville de France à se doter d’une Ideas Box. Dans son discours d’introduction du conseil municipal, Natacha Bouchart expliquait que « la médiathèque est le premier lieu d’accès à la culture, le seul qui ne nécessite pas de s’acquitter d’un droit d’accès.

Il apparaissait important de répondre aux attentes des personnes qui ne fréquentent pas naturellement la médiathèque. C’est dans cet esprit qu’il nous a semblé nécessaire de proposer des solutions innovantes, ludiques et accessibles partout ». Ainsi, la Ville de Calais va être la première de France à se doter une Ideas Box, une médiathèque mobile dont le but est « d’aller au devant des différentes populations qui restent éloignées du réseau de lecture publique, par manque d’intérêt ou en raison de difficultés d’accès », ajoute la maire. Natacha Bouchart insiste sur le fait que l’Ideas Box peut « gommer ces difficultés, parce qu’elle est une médiathèque portable présentant l’avantage d’être installée au cœur des espaces publics ». La délibération a été adoptée à la majorité.