background preloader

REFORME DU COLLEGE : DES OUTILS POUR AGIR - AVRIL 2015

Facebook Twitter

Réforme du collège. Le ministère a communiqué les projets de décret et d’arrêté de la réforme du collège. Le contenu de ces textes va au delà de ce qui avait été présenté auparavant, permettant la remise en cause locale des grilles horaires des élèves. En conséquences de quoi, le SNES-FSU a demandé le retrait du projet de décret de l’ordre du jour du Conseil supérieur de l’éducation du 10 avril, et, en l’absence de réponse, a quitté les discussions. Signez et faites signer la pétition : Réforme du collège, hors sujet ! Le SNES écrit à Madame la Ministre. Étapes du travail et analyses : 12 mars 2015... pas comme ça ! 18 mars 2015, début de la consultation. 26 mars 2015, la consultation continue. du volume horaire global dû à chaque discipline d’enseignement obligatoire pour la durée du cycle ; du volume horaire global annuel des enseignements obligatoires dû à chaque élève. » Le SNES-FSU et le SNEP-FSU ont quitté la réunion du 31 mars au ministère, suivis par la CGT, le SNALC et FO.

Pour défendre le second degré. Réforme du collège - Positions des organisations syndicales. Vous trouverez ci-dessus les positions des organisations syndicales exprimées lors de la réunion multilatérale du 25 mars sur la réforme du collège. Nous donnons ici les points clivants, sans entrer dans le détail de la grille horaire ni de la défense des horaires disciplinaires et des postes, sur lequel le discours est en apparence plus consensuel, la défense des disciplines étant de l’ordre de la posture pour certaines organisations qui promeuvent le "tout transversal". Le SE-UNSA soutient tout ce qui va dans le sens de la plus grande autonomie horaire. Le projet de grille horaire hebdomadaire permet de calculer la dotation, mais les horaires doivent pouvoir être décidés localement.

Il s’agit par exemple de regrouper les EPI sur des semaines à EPI. La grille ne doit pas être contraignante mais indicative pour les emplois du temps des élèves, même si au global ils doivent retrouver les heures qu’on leur doit au terme de l’année. Le SGEN appuie cette demande. Le Socle commun de connaissances, de compétences et de culture. Le Conseil supérieur de l’éducation (CSE) du 12 mars a donné un avis favorable au projet de décret instituant le nouveau Socle commun de connaissances, de compétences et de culture, par 38 voix pour, 7 voix contre et 16 abstentions. L’UNSA, la CFDT, la FCPE se sont prononcées pour, la CGT, Solidaire, FO et le Snalc contre, pour des raisons différentes : la CGT a expliqué par exemple que le socle parlait d’un « élève idéal » qui est aussi l’argument de l’UNSA et du SGEN, tandis que FO n’a présenté aucun amendement et a refusé de voter ceux qui étaient soumis, la FSU s’est abstenue.

Les débats ont été longs, la FSU ayant déposé 8 amendements, que le SNES avait complété par 9 autres. Les principaux points de débat ont porté sur la question de l’évaluation, la place de la culture commune et sur certaines formulations des domaines 2 (Les méthodes et les outils pour apprendre) et 3 (La formation de la personne et du citoyen).

Le point noir du texte concerne l’évaluation des élèves. Etat des lieux. Enseignées dès le CP puis dans le secondaire, les langues vivantes ont des programmes nationaux qui ont intégré le CECRL dont les objectifs sont de plus en plus tournés vers une « éducation plurilingue et interculturelle » qui mériterait d’être débattue. Depuis plusieurs années, les enseignants de LV se voient contraints de mettre en place de nombreux dispositifs discutables (cf. groupes de compétences, stages intensifs pendant les vacances) et des réformes contestables (cf. réforme en cours du collège, nouvelles épreuves au Bac, globalisation des horaires), qui créent des inégalités de traitement des élèves sur le territoire.

Soumis à des effectifs pléthoriques et à une politique du « tout anglais » (tuant la diversification), les enseignants revendiquent : le retour à 3h hebdomadaires par classe à effectif réduit ; une politique réelle et ambitieuse de diversification des langues ; une véritable formation initiale et continue des enseignants ; Groupe Langues vivantes national. Enseignements Pratiques Interdisciplinaires. Dans le cadre de sa réforme, la ministre Najat Vallaud Belkacem a mis en avant des « enseignements pratiques interdisciplinaires » (EPI), par opposition sans doute aux enseignements disciplinaires qu’on suppose purement théoriques (et donc ennuyeux ?). Avec l’accompagnement personnalisé (AP), elle en fait l’un des axes fort de sa réforme afin d’obliger les personnels à travailler de manière interdisciplinaire.

Signez et faites signer la pétition sur la réforme du collège EPI et AP, quésaco ? Selon la grille horaire et les éléments présentés par le ministère comme base de travail pour la réforme du collège, quatre heures par semaine et par niveau du cycle 4 (5e/4e/3e) seraient consacrées à de « l’enseignement pratique interdisciplinaire » (trois heures au maximum) ET à l’accompagnement dit « personnalisé » (une heure au moins).

Ces 4 heures sont partie intégrante des horaires disciplinaires qui figurent sur la grille proposée. Une absence de cadrage qui renvoie tout au local. Le projet de réforme du collège et les associations de spécialistes. Quel devenir des langues anciennes au collège ? Affiche réforme collège. Réforme du collège-Tract 1. Réforme du collège : Hors-sujet ! Réforme du collège - Les questions de la rentrée.