background preloader

Snc571

Facebook Twitter

Leadership. Leadership. 6 styles de leadership et leurs effets | Coaching de dirigeant. Le leadership, ce qui fait un bon leader, c’est un ensemble de qualités personnelles et de compétences relationnelles. Nous avons vu celles répertoriées par Goleman, Boyatzis et McKee dans l’article Leadership : quelles sont vos qualités de leader. Restons avec Daniel Goleman pour voir quels styles de leadership il a identifiés, et décrits dans la Harvard Business Review*. Cet article inaugure une série sur le Leadership. Voici ces 6 styles de leadership, 6 approches différentes : Leader Directif (Coercive) Leader Chef de file (Pacesetting) Leader Visionnaire (Authoritative) Leader Collaboratif (Affiliative) Leader Participatif (Democratic) Leader « Coach » (Coaching) Précisons d’emblée que ces styles ne sont pas des types exclusifs, mais au contraire des tendances à combiner pour être un bon leader.

Leader Directif (Coercive) C’est le style le plus autoritaire. Le leader directif laisse peu de place aux initiatives : il impose les actions à mener, sans expliquer la vision globale. A vous ! Sécurité et santé au travail : obligations de l'employeur. L'employeur a des obligations en matière de santé et de sécurité au travail.

Tous les risques auxquels vous pouvez être exposé au travail, y compris les risques psychosociaux (stress, harcèlement moral ou sexuel, violences au travail) doivent être pris en compte. En tant que salarié, vous devez bénéficier de la part de votre employeur : d'actions de prévention des risques professionnels (risques de chutes, psychosociaux, agression et violence externe, etc.) et de la pénibilité au travail (travail de nuit, bruit, températures extrêmes, etc.)

,d'actions d'information et de formation (par exemple, des réunions ou des formations relatives à la manutention),la mise en place d'une organisation et de moyens adaptés (par exemple, modifier les horaires de travail de nuit afin de diminuer l'accidentologie d'un poste de travail ou encore faire bénéficier les salariés d'équipements de protection individuelle (casque, gants, chaussures antidérapantes etc.).

Évaluation des risques dans l'entreprise. La protection des salariés dans les rapports individuels de travail, Soutien scolaire, Cours Droit, Maxicours. Maxicours vous propose de decouvrir un extrait de quelques cours de Droit. Pour proposer un accompagnement scolaire de qualite en Droit, toutes nos ressources pédagogiques ont été conçues spécifiquement pour Internet par des enseignants de l'Education nationale en collaboration avec notre équipe éditoriale. 1. La protection des libertés... A. La liberté d’expression b. La protection contre toutes les... c. Objectif : les droits du salarié sont-ils garantis ?

La relation de subordination qui existe entre l’employeur et le salarié n’empêche pas l’existence de libertés individuelles pour ce dernier. 1. L’article L 120-1 du Code du travail dispose que « nul ne peut porter aux droits des personnes et aux libertés individuelles et collectives des restrictions qui ne seraient pas justifiées par la nature de la tâche à accomplir, ni proportionnées au but recherché ». A. La liberté d’expression reste un principe fondamental reconnu. B. BOUQUET Cyril FIN2 GP. LES CONDITIONS DE TRAVAIL AU SEIN DE L'ENTREPRISE SORILPLAST by RAPHAELLE BAILLET on Prezi. La Protection Des Salariés - Mémoires Gratuits - laury69005. Chapitre 7 La protection des salariés en cas de rupture du contrat de travail I. Les cas de rupture de la relation de travail A. Le licenciement Document 1. 1. 2. 3. Document 2. 4. 5. Document 3. 6.

Remarque L’insuffisance professionnelle peut se traduire sur le plan quantitatif (erreurs matérielles, malfaçons, rendement insuffisant…) ; elle peut aussi s’apprécier sur le plan qualitatif (travail désordonné, manque d’autorité ou autoritarisme excessif…). Aussi résulter d’une évolution du poste de travail. 7. B. Document 4. 8. 9. II. A. Document 5. 1. 2. Définition et les limites du management participatif. Le Management Participatif ou Coopératif allie à la fois le Management (gestion des hommes et des opérations) et la Participation (partage conséquent entre les acteurs de l'entreprise dans les prises de décisions, la transmission des compétences, la responsabilisation, l'autonomie...).

C'est dire son importance sur le travail au quotidien et sur la marche de l'entreprise. Il s'agit donc d'une forme dite "évoluée" de gestion du potentiel humain dans l'entreprise. La participation est « un ensemble de principes d'après lesquels les salariés reçoivent une part des bénéfices de leur entreprise et qui, plus généralement, tendent à ce que les groupes sociaux acquièrent certains pouvoirs d'initiatives dans les décisions qui les concernent » Alpha encyclopédie. Le management participatif est « une forme de management favorisant la participation aux décisions, grâce à l'association du personnel à la définition et à la mise en œuvre des objectifs le concernant » P. . [ . . . ] [ . . . ] [ . . . ] [ . . . ] [...] Les avantages du management participatif. Alors que le management participatif laisse sceptiques les dirigeants qui y voient une façon détournée de nier leur autorité en adoptant une hiérarchie « linéaire », on se doit de lui reconnaître tout de même certains avantages qu’il n’est pas vain de souligner.

Les caractéristiques d'un management participatif La première caractéristique du management participatif est qu’il représente un mode de gestion qui comble les salariés en même temps que les dirigeants dans la mesure où il comporte les avantages suivants : En impliquant les salariés dans le processus de prise de décision et en renforçant leur engagement vis-à-vis de l’entreprise, ce type de management améliore le climat social au sein de l’entreprise qui consacre, en l’adoptant, l’aspect humain de la relation de travail qui unit les employés à leur employeur. Les avantages de ce type de management Pour les salariés Pour l'entreprise Trouvez-vous cette fiche utile ? Vertus et limites du management participatif - Voix du changement : le blog de Anne Juvanteny. Le 14 novembre 2010 un reportage sur M6 abordait le sujet du management participatif et de ses vertus en termes de climat d’entreprise et de rentabilité.

Plusieurs témoignages ainsi que des chiffres sur l’absentéisme et les résultats économiques corroboraient le discours des partisans du management participatif. La démonstration et les arguments étaient limpides :- Les collaborateurs qui sont au contact du client sont les mieux placés pour savoir ce qui fait le succès des offres des entreprises … et aussi quelles sont les réelles failles de l’entreprise. Ils sont donc les meilleurs experts- Un collaborateur impliqué est plus heureux donc moins absent et plus rentable.

Pourtant, le mode participatif demeure l’exception dans l’entreprise. Les raisons de ce mystère n’ont pas été abordées dans le reportage. Il eut été intéressant d’entendre le discours de ceux qui se refusent à partager l’exercice du management. « ils n’ont pas le temps il faut qu’ils fassent tourner la boutique », Les inconvénients du management participatif. Bien que les effets positifs, directs et indirects, du management participatif sur l’entreprise en tant qu’entité économique et sociale soient avérés, on ne peut pas nier les limites de ce type de gestion du personnel. En effet, le management participatif ne représente pas la solution idéale pour plusieurs raisons.

On peut citer, notamment : Le temps et le coût Ces deux éléments essentiels posent problème, en matière de management participatif dans la mesure où l’implication des salariés dans le processus de prise de décision et en particulier, la résolution des problèmes potentiels, peut s’avérer onéreuse et surtout, inutile. En effet, impliquer l’ensemble des collaborateurs à la résolution d’un problème donné n’est pas forcément une idée pertinente puisqu’en pratique, la participation de certains, voire la plupart, d’entre eux peut se révéler une véritable perte de temps, étant donné qu’ils ne possèdent pas l’information adéquate qui peut les aider à trouver la solution requise.

Management participatif : impliquer ses collaborateurs. La rentabilité d'une organisation dépendant en bonne partie par la qualité de son management, il apparaît essentiel de redonner une dimension humaine à ce dernier . Le management participatif va dans ce sens en s'appuyant sur l' intelligence collective , en offrant une plus grande autonomie et un certain pouvoir de décision aux salariés. Management participatif - le concept Arrivé tout droit d'Amérique du Nord, le management participatif est en quelque sorte une réaction aux méthodes traditionnelles hiérarchiques plutôt autoritaires qui étaient jusqu'ici la norme, mais qui ne correspondent plus totalement au monde actuel.

Si ce style de management remporte une vive adhésion sur le continent nord- américain dont les mentalités sont plus ouvertes, il gagne progressivement ses jalons sur le vieux continent. En effet, les entreprises s'appuient de plus en plus sur l'intelligence collective, puissant levier d'innovation et de motivation, pour rester compétitives dans leur domaine. Intelligence Collective et Management Participatif. Le Management participatif est à l'origine de ce qu'on appelle alternativement Intelligence collective, Management 3.0, Management collaboratif, Management de l'innovation. Mais votre organisation a-t-elle déjà su largement mettre en place un management participatif ?

Quels sont les piliers du Management participatif ? A l’opposé du Taylorisme où des personnes donnent à d’autres des listes de tâches précises à faire, le Management participatif s’appuie sur les travaux de Douglas Mc Gregor en 1960 (The Human side of Enterprise), plébiscités par tous les grands experts de l'Entreprise aujourd’hui (Peter F. Drucker, Jim Collins, Daniel H. Pink, Isaac Getz), l'être humain pour être performant a besoin de : de Finalité : trouver du sens à ce qu'il fait, comprendre le Pourquoi il va le fairede Liberté ou d’Autonomie pour s’auto-organiser et choisir le Comment le faire (seul ou avec l’aide de collègues). Quels sont les principes du Management participatif ? Mais y-a-t-il encore le choix ?

Le management directif : Management et leadership : Flexi-Formation : Entreprises. À quoi cela consiste ? Avec le management directif, votre rôle est essentiellement de superviser, évaluer et sanctionner le cas échéant. L'approche directive est simple et très hiérarchisée. Elle distingue les donneurs d'ordre, des exécutants. Un manager au style directif s’intéresse aux processus, aux résultats.

Il donne des consignes, suit la progression vers des objectifs précis, définit des directives régulièrement. Il informe plus qu’il ne communique et prend les décisions seul. Il a un comportement rassurant par sa maîtrise de la situation et sa connaissance de l’environnement. Vous reconnaissez-vous dans ce style de management? Aimez-vous fixer des objectifs précis, donner des instructions, utiliser un mode d'information ascendant et assumer seul les décisions?

Les dimensions du management directif Le management directif est plutôt appropriée lorsque vous travailliez avec de jeunes collaborateurs, peu expérimentés et/ou peu compétents. Ses dimensions Ses limites. Le management participatif: avantages et limites. Résumé de l'exposé Faisant suite à la crise du système taylorien ainsi qu'à l'avènement des nouveaux enjeux de compétitivité (la qualité), l'intérêt de la participation n'a cessé de croître.

L'entreprise performante d'aujourd'hui doit être en mesure de motiver ses salariés pour répondre le plus justement et le plus rapidement possible à une demande variée, instable et imprévisible dans le but de satisfaire les désirs "subjectifs" d'une clientèle de plus en plus diversifiée, et cela, dans les conditions de grande intensité concurrentielle. Dans cette optique, les entreprises ont adopté une nouvelle forme de management : le management participatif. Le modèle participatif est un pari sur l'homme. Sommaire de l'exposé Extraits de l'exposé [ . . . ] [ . . . ] [ . . . ] [...] À propos de l'auteur Stéphane B.Rédacteur en chef du site www.intelligence-RH.comRessources humaines - GRH Le management participatif: avantages et limites Niveau Expert Etude suivie ressources...

Ecole, université IAE de ROUEN Langue français. Les différents types de management. Il existe quatre grand types de management... Il est important de les connaitre pour mieux communiquer vers les collaborateurs. Référence en matière de recherche sur les attitudes et les comportements humains au travail, le psychologue américain et professeur de psychologie industrielle de l’Université de Chicago Rensis Likert définit, à la fin des années ’60, sur base d’enquêtes de terrain destinées à comprendre les attentes et les valeurs personnelles des salariés d’entreprise, quatre type de management qui sont encore d’actualité aujourd’hui et servent de modèles dans les écoles de management.

Le management directif (centré sur le résultat avec forte implication du manager) Parfois nommé management autoritaire, il est basé sur une structure et des consignes stricts, limite l’autonomie et vise à l’efficacité brute des collaborateurs qui n’ont aucun regard sur les décisions centralisées sur la personne du manager. Avantages majeurs : obtention de résultats rapides, efficacité.