background preloader

La recherche du mieux vivre au travail est-elle compatible avec

Facebook Twitter

Infographie | Les collaborateurs restent impliqués, malgré un climat social dégradé. 53% des salariés trouvent que le climat social s'est dégradé puis un an. Tel est l'enseignement du baromètre 2014 sur le climat, le stress et la qualité de vie au bureau, réalisé par Cegos. Même s'ils ne sont plus que 46% à être motivés, les collaborateurs restent très impliqués dans leur travail (71%). Reste que l'insatisfaction coûte cher aux entreprises. En effet, en cas d'insatisfaction, les salariés lèvent le pied (42%) et prennent du temps pour eux au travail (28%). Autre point alarmant mis en exergue par ce baromètre : le stress. 53% des salariés et 68% des managers déclarent subir un stress régulier. Enfin, si la qualité de vie au travail est devenue une préoccupation pour 59% des DRH et 94% des managers, les procédures en cas de risques psycho-sociaux ne sont pas claires, pour 47% des DRH, et seulement 30% ont été formés pour les détecter. La diversité, un enjeu pour les TPE-PME.

Ergonomie : la posture parfaite dans un bureau idéal. Réglages de l'écran, hauteur du siège, positions des mains... Découvrez comment éviter les dégâts du travail de bureau sur votre corps. Passez votre souris sur les points rouges pour faire apparaître le texte. © zosiamax - Fotolia.com Prenez-vous, chaque matin, les secondes nécessaires pour vous installer confortablement ?

Etes-vous attentif, au cours de la journée, à la posture que vous adoptez ? Car oui, le travail de bureau vous tue. Réglez votre siège, votre écran, vos accoudoirs... Adoptez une position correcte : bien assis, la colonne vertébrale droite, les pieds au sol, les mains à plat, les épaules détendues... Bougez au cours de votre journée : même bien assis, votre corps a besoin de se déplacer. Www.medef.com/fileadmin/user_upload/www.medef-corporate.fr/document/RSE/MEDEF_-_Guide_Reporting_RSE_-_Mai_2012.pdf. Obligation d'emploi des travailleurs handicapés. Les incivilités au travail font souffrir un salarié sur trois. Mieux vivre son travail - Dossier.

Www.sanofi.com/Images/36400_Rapport_RSE_2013.pdf. Motiver ses salariés passent il que par le salaire ? Ce sujet revient très régulièrement lors de discussions ou l’on veut me faire croire qu’en entreprise seul le salaire est facteur de motivation. Ce n’est pas mon point de vue et je vais essayer de vous démontrer pourquoi l’argent ne peut être un facteur suffisant pour motiver ses employés en entreprise. Beaucoup de gens me disent que leur travail n’est pas une passion. Comment peut-on passer une vie à faire un boulot alimentaire ? Je reste conscient qu’il existe des situations difficiles ou choisir son travail n’est pas aisé. Nos modèles de motivation en entreprise sont-ils performants ? Peu passionnés, et pourtant si curieux ! Je pense que par nature nous sommes tous curieux.

J’entends toujours autour de moi : « Mais pour toi Jérôme c’est facile car tu es passionné par ce que tu fais ». Quels sont ces facteurs qui jouent sur notre motivation ? Ce n’est pas parce que l’argent n’est pas le premier facteur qu’il n’est pas à prendre en compte. La récompense peut démotiver un employé. Travailler Mieux. Vie au travail. L'objectif d'EDF est d'améliorer en permanence les conditions de travail des salariés intervenant sur ses centrales nucléaires, qu'ils soient d'EDF ou d'entreprises extérieures.

Ainsi, des efforts constants de prévention des risques ont permis de diminuer régulièrement le taux de fréquence des accidents du travail. Pour cela une organisation rigoureuse a été mise en place sur chaque centrale. Près d'une dizaine d'entre elles ont par ailleurs obtenu avec succès la certification OHSAS 18001, référentiel reconnu mondialement en matière de gestion de la santé et de la sécurité au travail. En mars 2008, la Division Production Nucléaire d'EDF a signé avec ses partenaires sociaux un accord précurseur sur la prise en compte et la prévention des risques psychosociaux sur l'ensemble des sites nucléaires.

La Division Production Nucléaire a été pilote de l'expérimentation du numéro vert "Vie au travail" mis en place par EDF et généralisé à l'ensemble des salariés de l'entreprise au printemps 2009. Ce que révèle la série noire de suicides chez Orange. Neuf suicides entre le janvier et mars 2014. Soit, en deux mois, presque autant que pour l'ensemble de l'année 2013 (11 suicides). Le chiffre fait d'autant plus froid dans le dos qu'il concerne des salariés d'Orange. L'opérateur télécoms avait déjà été ébranlé par une vague de suicides entre 2008 et 2010 (près d'une soixantaine sur la période), qui avait conduit à la démission du PDG de l'époque, Didier Lombard, remplacé depuis 2011 par Stéphane Richard. Il s'agit de femmes et d'hommes de tous âges et de toutes qualifications.

Selon l'Observatoire du stress et des mobilités forcées, organisme créé à l'initiative des syndicats d'Orange (CFE-CGC et SUD) en 2008 et qui a confirmé le décompte dans un communiqué, la majorité ("sept au moins") de ces suicides "ont une relation explicite au travail". Climat social apaisé Le climat social s'est "apaisé" au sein l'entreprise, notamment grâce au "contrat social" lancé en 2010, relève l'Observatoire du stress et des mobilités forcées. L'engagement des salariés. La société de conseil internationale Hay Group a réalisé une enquête, en partenariat avec le Centre for Economics and Business Research (CEBR) sur le turnover des salariés en France. Les principaux résultats sont les suivants : dans un premier temps, le turnover des salariés en France est en baisse depuis 2008 et restera faible jusqu’en 2015.

Dans un second temps, ce taux de turnover repartira à la hausse. Rappelons ici la définition du turnover : il s’agit d’un indicateur qui traduit la rotation du personnel dans une organisation. Cet indicateur calcule la moyenne entre les départs et les entrées des salariés au sein d’une entreprise. L’étude de la société Hay Group indique qu’en 2013, le taux de turnover des salariés était de 13,7 % et que 30 % des salariés interrogés déclaraient vouloir rester entre 3 et 5 ans dans leur entreprise actuelle. Ces chiffres placent la France au deuxième taux le plus faible en Europe. La motivation est également un élément moteur du comportement humain. Travailler Mieux. Multimedia.sncf.com/pdf/LivretAccueil.pdf. Amiante : entre 68 000 et 100 000 décès à venir. L'amiante pourrait encore tuer des dizaines de milliers de personnes en France d'ici à 2050, entre 68 000 et 100 000 décès selon des estimations du Haut Conseil de la santé publique (HCSP).

En se basant sur des travaux de l'Institut de veille sanitaire (InVS), le HCSP estime dans un rapport qu'"il faut s'attendre entre 2009 et 2050 à un nombre de cancers du poumon dus à l'amiante de l'ordre de 50 000 à 75 000". Il faut y ajouter "18 000 à 25 000 décès dus au mésothéliome, sans même compter d'autres cancers tels que ceux du larynx ou des ovaires pour lesquels la responsabilité de l'amiante a été confirmée par le Centre international de recherche sur le cancer (Circ) en 2009". Le mésothéliome est un cancer de la plèvre, qui, dans 80 % des cas, peut être attribué à l'exposition à l'amiante, un matériau isolant bon marché très largement utilisé en France dans de nombreux secteurs de l'industrie et de la construction jusqu'à son interdiction complète en 1997.

Mesures de protection. Statistiques nationales des accidents du travail. (/accueil/pages-contact/FormulaireEnvoyerLien.html? CurrentUrl=http%3A%2F%2Fwww.inrs.fr%2Faccueil%2Faccidents-maladies%2Fstatistique-accident-maladie%2Faccident.html¤tTitle=Statistiques%20nationales%20des%20accidents%20du%20travail) ( (/accueil/pages-contact/Choixformulaire.html? Les statistiques des accidents du travail sont élaborées à partir des déclarations d'accidents du travail.

Chaque année, la CNAMTS diffuse des statistiques nationales des accidents du travail, au niveau de la France entière, par région, par grand secteur d’activité et par numéro de risque (activités). Données générales Effectifs salariés. Indicateurs En plus des données générales, des indicateurs sont calculés, permettant de suivre l’évolution du niveau du risque pour l’entreprise, l’activité ou le secteur. Signification des indicateurs utilisés dans les statistiques d’accidents du travail Répartition. Media-cms.bnpparibas.com/file/84/6/bilan_social_2012.29846.pdf. Le bilan social de l'entreprise - Fiche pratique. Que contient le bilan social de l'entreprise ? De nombreuses données sont analysées pour l'établissement du bilan social comme notamment l'emploi, les rémunérations, les conditions d'hygiène et de sécurité, les conditions de travail, la formation, les relations professionnelles et les autres conditions de vie relevant de l'entreprise.

A partir de données concrètes et chiffrées, le bilan social constitue un véritable instrument pour analyser les conditions sociales des salariés au sein de leur entreprise et d'avoir une vue d'ensemble sur les modifications qui se sont produites lors des trois années écoulées. Il permet également de dégager des pistes d'amélioration et de définir les actions à mener dans l'avenir. Ce document contributif est largement utilisé par les partenaires sociaux. Qui a accès au bilan social d'une entreprise ?

Observatoire du stress dans les entreprises. Amiante : entre 68 000 et 100 000 décès à venir. Employeurs: et si vous rallongiez l'espérance de vie de vos employés? Prévenir la dégradation de la santé ne serait-il que l'affaire des pouvoirs publics, des gourous de la diététique et des herboristes ? Dans son ouvrage Regarde les lumières mon amour, Annie Ernaux a relaté les conditions de travail des caissières d'un supermarché, qu'on considère productives à partir de 3000 références passées en une heure. Dans la comédie "A coup sûr", la jeune journaliste bardée de diplômes est raillée par ses collègues parce qu'elle se fait livrer un fauteuil ergonomique devant lui éviter des douleurs lombaires accumulées après de longues heures de travail face à son ordinateur.

Les femmes deviennent victimes, aussi de maladies liées au stress La prégnance de la notion de pénibilité dans le travail met à mal l'idée répandue par Henri Salvador « Le travail c'est la santé » ; et invite à une réflexion sur ce qui peut être envisagé pour ne pas dégrader celle des travailleurs. On m'objectera aisément qu'il est aisé de donner des leçons. Des pistes d'amélioration. Ardèche | Amiante à Iveco : le préjudice anxiété reconnu pour les 49 ex-salariés. Le délibéré est tombé ce matin. Le conseil des Prud’hommes d’Annonay a donné raison aux 49 ex-salariés d’Iveco (Annonay) qui voulaient faire reconnaître le préjudice anxiété découlant de leur exposition à l’amiante. Le conseil des prud’hommes juge que les anciens salariés présentent un préjudice d’anxiété* « spécifique et certain » entraînant un « bouleversement des conditions d’existence ».

Il juge « que ce préjudice a un lien causal direct avec le fait de l’employeur, à savoir l’exposition aux risques de l’amiante » et condamne la société Iveco France. . « C’est formidable. D’avoir reconnu le préjudice anxiété, c’est une bonne chose, cela veut dire que l’employeur est responsable », s’est félicité Michel Dorel, président de l’Aldeva 26 et 07, association de défense des victimes de l’amiante. Plus d’informations dans notre édition de samedi. Orange fait reculer l'absentéisme de ses salariés. L'opérateur a ainsi récupéré 31.600 journées de travail en un an, soit l'équivalent de 4,3 millions d'euros. Ni l'abandon de la marque historique France Télécom au profit d'Orange, ni la concurrence à tous crins dans le secteur des télécoms n'auront eu raison du moral des salariés d'Orange. 90 % des personnes travaillant chez l'opérateur pensent que la qualité de vie au travail est identique ou meilleure à celle d'autres entreprises (contre 87 % il y a un an), selon le dernier baromètre social publié par le groupe.

Les salariés attribuent la note de 6,9 sur 10 à leur entreprise, contre 6,4 sur 10 en moyenne pour l'ensemble des Français. «Une note d'autant plus méritoire que le moral des Français est au plus bas dans le contexte de crise», note Bruno Mettling, directeur général adjoint, en charge des ressources humaines. Indicateur révélateur, l'absentéisme des salariés ne cesse de reculer.

Le groupe enregistre ainsi un taux de 4,32 %, soit le plus bas historique. Pourquoi les jeunes ont trois fois plus d’accidents du travail que leurs ainés. Publié le 08-JUL-13 par ANACT | Imprimer S’il est généralement admis que les jeunes ont des conditions d’emploi précaires, les statistiques disponibles montrent qu’ils sont également bien plus exposés que leurs aînés aux accidents du travail.

Et que des liens entre ces deux situations existent. Etat des lieux. Sous l’effet des politiques de maintien dans l’emploi mises en œuvre ces dernières années en France, la situation des seniors est maintenant bien documentée. Celle des jeunes travailleurs - et notamment de leur exposition aux risques - l’est moins. Or les statistiques disponibles sont préoccupantes. Parmi les hypothèses avancées par la DARES pour expliquer la surexposition aux accidents du travail, le fait que les jeunes sont vraisemblablement plus vulnérables de par leur manque d’expérience ou de maturité.

Une surreprésentation dans les emplois accidentogènes Une prise de risque plus grande Chez nos voisins également Un écart lié également à la situation des salariés vieillissants. Incivilités, agressions verbale et physique : comment les banques font face ? Crédits photo : shutterstock.com Les incivilités, agressions verbale et physique, ont augmenté de 38% en trois ans dans les banques.

Les agressions verbales ou physiques contre les banquiers des agences de quartier ne constituent pas des actes isolés. Loin s'en faut. L'Association française des banques (AFB), qui regroupe les établissements non mutualistes, a recensé, l'an dernier 5.026 incivilités et violences, signalées par le personnel des réseaux commerciaux, dans un document que « Les Echos » se sont procuré.

Ce bilan annuel montre que la région parisienne concentre plus du tiers (34,5 % ) de ces agressions, qui touchent en premier lieu les chargés de clientèle (33 % ) et le personnel d'encadrement (29 % ). L'essentiel des incivilités prend la forme d'injures et d'insultes (44 % ), mais aussi de menaces (29 % ) et d'agressions dites « comportementales » : harcèlement, chantage, dégradations… (25 % ).

Des mesures de prévention et des formations. La lutte contre le stress au travail. Ce directeur des ressources humaines a fait un burn-out - 09/11/2013. Comment s'est traduit, dans les faits, votre burn-out ? Jacky Lhoumeau. « Un jour, j'ai été pris d'une violente douleur au niveau des reins, accompagnée de vertiges. J'ai même vraisemblablement perdu connaissance quelque temps. J'avais bien eu des symptômes auparavant – irascibilité exarcebée au travail et chez moi, crises de sudation, insomnies, perte d'appétit, consommation d'alcool… –, mais j'étais dans le déni : je me disais que cela allait s'arranger.

Jusqu'à ce que je craque. Je me suis effondré. Je me suis retrouvé à l'infirmerie, avant d'être évacué sanitairement à mon domicile. » A quoi l'attribuez-vous ? « Loin de moi l'idée de rejeter toute la responsabilité de ce burn-out, révélation d'un mal-être, sur mon entreprise. " Mon stress était perçu comme normal par la médecine du travail " Votre entreprise a-t-elle pris des mesures ? « J'en ai parlé : il n'y a pas eu de suite. Pourquoi avoir écrit ce livre ? Nr.niort@nrco.fr « D comme DRH et… Dépressif », Éditions Tatamis, 20 €. Kit Gestion du stress au travail : test, infos. Évaluation des risques et document unique.