Economie politique ecologie

Facebook Twitter
conditions de travail

Doux : l'usine, machine à broyer les ouvriers Tête et verbe hauts, les salariés Doux de Graincourt sont dignes, fiers. Ils sont aussi brisés. Physiquement depuis des années, moralement depuis trois mois. Leur usine du Pas-de-Calais ferme définitivement lundi 10 septembre. Doux : l'usine, machine à broyer les ouvriers
fondamentaux

dette - crise europeenne

En s’accordant, lors du sommet européen du 9 décembre 2011, sur un nouveau pacte budgétaire intergouvernemental, les chefs d’Etat européens ne se sont pas seulement entendus sur une condamnation des peuples de l’Union aux fers et aux chaînes de la rigueur perpétuelle, ils ont aussi pactisé sur le renoncement à deux idées qui faisaient leur chemin : faire payer les banques, comme l’avait défendu l’Allemagne pour traiter du cas de la Grèce, et encourager la Banque centrale européenne (BCE) à racheter les titres de dette des pays attaqués, comme le souhaitait la France. Donnant-donnant : il fut convenu de ne plus embêter son voisin avec une idée qui le dérangeait. Sans doute aussi qu’en fermant à clé les issues de secours, les uns et les autres pensaient apaiser les flammes de l’incendie. Les issues se rouvriront certainement sous le souffle de l’explosion. Dette publique, la conjuration des bonnes idées, par Laurent Cordonnier

Dette publique, la conjuration des bonnes idées, par Laurent Cordonnier

Comme dans un rêve de Naomi Klein qui rattraperait les malfaçons de sa thèse initiale, le néolibéralisme européen met un soin particulier à se conformer à la « stratégie du choc » — mais d’un choc qu’il a lui-même largement contribué à produire. On croyait déjà avoir vu du pays avec la « réponse » à la crise (financière privée) sous la forme de plans d’austérité (publique) sans précédent. Mais le prolongement du « pacte de compétitivité » nous emmène pour un autre voyage dont on ne voit même plus le terme. Jusqu’où le paradoxe de l’acharnement néolibéral en réponse à la crise néolibérale peut-il aller ?, c’est une question dont la profondeur devient insondable. Extension du domaine de la régression, par Frédéric Lordon Extension du domaine de la régression, par Frédéric Lordon
La grande régression Il est clair qu’il n’existe pas, au sein de l’Union européenne (UE), de volonté politique pour affronter les marchés et résoudre la crise de la dette souveraine. Jusqu’à présent, on avait expliqué la lamentable attitude des dirigeants européens par leur incompétence sans bornes. Ce n’est pas faux. Mais cette explication ne suffit pas, surtout après les récents "coups d’État financiers" qui ont mis fin, en Grèce et en Italie, à une certaine conception de la démocratie. Il est évident qu’il ne s’agit pas seulement de médiocrité et d’incompétence, mais de complicité active avec les marchés. Qu’appelons-nous "les marchés" ? La grande régression
Debtocracy, Dette contre Peuples 1/2
Debtocracy, l’arme de la dette contre les peuples 2/2 - une vidéo Actu et Politique
biodiversite

Le monde selon monsanto reportage.
La course apparemment irréversible à l'effondrement de la biosphère Jean-Paul Baquiast 29/06/2012 Dans un article que nous avons publié par ailleurs, s'intéressant aux questions méthodologiques concernant es sciences de la prévision, nous avons signalé qu'une équipe pluridisciplinaire internationale suggèrait que les écosystèmes de la planète seraient engagés dans une course irréversible à l'effondrement. Celui-ci signerait nécessairement la fin des civilisations humaines telles que nous les connaissons (Voir en référence ci-dessous: Nature: Approaching a state-shift in Earth’s biosphere). Ce n'est pas le premier des diagnostics inquiétants concernant l'avenir de la biosphère que nous présentons sur notre site, tous émanant de scientifiques confirmés...si bien d'ailleurs que certains lecteurs nous reprochent une propension au catastrophisme. Néanmoins l'originalité des méthodes employées par cette équipe comme la diversité des sources utilisées conduisent à prendre très au sérieux ce nouvel avertissement. La course apparemment irréversible à l'effondrement de la biosphère
theorie biodiversite

Qu’est-ce qu’une extinction de masse ?
retraites/sante - redistribution - systemes capitalisation

Related to today’s column: Suppose that you were really, really concerned about the long-run federal budget, and understood correctly that rising health care costs are the biggest source of rising spending. What you might do in that case is look around the world to see what kinds of health care system appear to be best at containing costs. And you wouldn’t have to look far, because there’s a pretty dramatic contrast just north of the border: Data here. So, Canada has a single-payer insurance system — actually called Medicare. Health Systems and Health Costs Health Systems and Health Costs

En Allemagne, l'espérance de vie des plus pauvres a reculé d'au moins deux ans depuis 2001

En Allemagne, l'espérance de vie des plus pauvres a reculé d'au moins deux ans depuis 2001 L'espérance de vie des plus pauvres – ceux qui ne disposent que des trois-quarts du revenu moyen – recule en Allemagne. Pour les personnes à bas revenus, elle est tombée de 77,5 ans en 2001 à 75,5 ans en 2011 selon les chiffres officiels. Dans les Lander de l'Est du pays c'est encore pire : l'espérance de vie est passée de 77,9 ans à 74,1 ans.
L'espérance de vie en bonne santé recule depuis 2006 L'espérance de vie en bonne santé recule depuis 2006 Jeudi, 19 Avril 2012 10:22 C'était un argument phare du gouvernement lors du passage en force de la réforme des retraites : nous vivons plus longtemps, donc nous devons travailler plus longtemps. En effet, les Français jouissent d'une espérance de vie moyenne supérieure à la plupart des autres pays du monde, gagnant chaque année quelques précieux mois. En 2010, les Françaises avaient une espérance de vie de 85,3 ans (contre 84,8 en 2008) et les Français de 78,2 ans (contre 77,8 ans).
fiscalite evasion optimisation

A 75 % les riches partiront ? Mais qu’ils partent donc, ils ne nous manqueront pas. Ils sont très remplaçables, leur fortune est inutile à l’économie, et elle est un trouble à l’ordre public. Ah oui : en partant, qu’ils n’oublient pas de déposer leur passeport à la porte. A 75 % les riches partiront ?
L'internationale des gangsters à col blanc L'ONG Tax Justice Network a confié une étude sur les paradis fiscaux à un expert du domaine, James Henry, ancien chef économiste chez Mac Kinsey. Le contenu du rapport de ce dernier est progressivement remis à la presse. Il commence à susciter certains échos timides. Le lecteur de Médiapart trouvera ce jour de nombreuses informations complémentaires sur ce sujet. Il n'y a pas de raisons sérieuses pour contester les éléments connus à ce jour du document, lesquels recoupent beaucoup d'informations obtenues par ailleurs de façon plus dispersée. Le journal britannique The Guardian vient d'en publier les premières conclusions. L'internationale des gangsters à col blanc
campagne 2012

J.-L. Mélenchon «Des paroles et des actes»
controle mediatique

Le scandale de l’omerta qui a pesé sur Maurice Allais Si l’on devait attribuer un 1er prix de la personnalité la plus injustement censurée vis-à-vis de son pedigree, ce serait indéniablement à Maurice Allais que reviendrait ce prix. Prix Nobel d’économie en 1988, seul Français à avoir jamais reçu ce prix internationalement reconnu, il n’a été en tout et pour tout invité à la télévision publique française que… 2 fois en plus de 50 ans de vie publique, dont plus de 22 ans après avoir reçu son prix Nobel. La censure est d’autant plus réelle que Maurice Allais demandait régulièrement à être invité, en vain.
Sauts d'obstacles médiatiques par Jean-Luc Mélenchon (partie 1/2)
Sauts d'obstacles médiatiques par Jean-Luc Mélenchon (partie 2/2)
Partage des richesses, la question taboue, par François Ruffin « La part des profits est inhabituellement élevée à présent (et la part des salaires inhabituellement basse). En fait, l’amplitude de cette évolution et l’éventail des pays concernés n’ont pas de précédent dans les quarante-cinq dernières années. » D’où sont tirées ces lignes ? D’un texte de la Confédération générale du travail (CGT) ? Nullement : elles viennent d’un article de la Banque des règlements internationaux (BRI), une institution qui réunit chaque mois, à Bâle (Suisse), les banquiers centraux afin de « coordonner les politiques monétaires » et d’« édicter des règles prudentielles ».