background preloader

Et en France ?

Facebook Twitter

Europe : L'"union économique totale" ou la mort ? Comment enrayer la contagion ?

Europe : L'"union économique totale" ou la mort ?

Comment faire en sorte qu'une "Grexit", la sortie de la Grèce de la zone euro, ne déclenche pas une "Spanic", une panique en Espagne ? Comment rétablir la confiance des marchés vis-à-vis des États, des Bourses vis-à-vis des entreprises, des Grecs ou des Espagnols vis-à-vis de leurs banques ? Ces questions sont à la base du remue-méninges qui continue d'agiter les dirigeants de la zone euro. "La BCE peut-elle combler le vide dû au manque d'action des gouvernements nationaux sur la croissance ? La réponse est non", lançait jeudi, en guise de mise au point, Mario Draghi au Parlement européen. Le président de la Commission, lui, en est déjà convaincu : "Nous devons avancer vers une union économique totale pour compléter l'union monétaire. Surprise L'union bancaire est un concept récemment mis sur la table par l'Italien Mario Monti et repris au vol par José Manuel Barroso, qui l'a exposé mercredi à l'ensemble des commissaires.

Pas de tabous. Pad journal de bord Places indignés Iboz5LxqR1. "Indignés" français : la police évacue la place de la Bastille. Les « indignés » font des émules à Caen. « Si vous ne nous laissez pas rêver, nous ne vous laisserons pas dormir. » La "French révolution" et l'incroyable mauvaise foi de Benjamin Lancar. J’aime bien Benjamin Lancar car il s’inscrit dans la lignée de ce personnel politique qui, de Gremetz à Lefebvre, a choisi de faire don de sa personne à l’humour pour combattre l’aridité du débat public.

La "French révolution" et l'incroyable mauvaise foi de Benjamin Lancar

Pour mémoire, Benjamin L., c’est le papa du lip-dub de l’UMP. En plus, le président des Jeunes Pop nous fait l’amitié de témoigner à la fois de son ouverture d’esprit, de sa maitrise des technologies et de sa culture latine en contribuant aujourd’hui sur le Plus, pourtant décrit dans ses rangs comme une sorte d’Atlantico-coco. Le mobile du billet ? Dénoncer les 500-indignés-français-à-tout-péter qui, motivés par l’oisiveté et ce printemps ensoleillé, tentent d’importer place de la Bastille, à Paris, la contestation espagnole, un peu comme les limonadiers du quartier ont tenté un temps de surfer sur la vague des bars à tapas. Le hic, c’est que les chiffres de l’OCDE sont en ligne. Et le constat est clair : en matière d’éducation, la France est clairement en queue de peloton : Démocratie Réelle.

REELLE DEMOCRATIE MAINTENANT. France2 hier soir, l'émission a été interrompue, voici le message que les intermittents n'ont pas pu délivrer / Faites tourner svp.

REELLE DEMOCRATIE MAINTENANT

"Nous sommes intermittents, chômeurs, précaires. Nous sommes ici parce que les négociations sur le régime d...'assurance chômage se sont faites sans nous et contre nous. Nous refusons cet accord conclu entre les organisations patronales et la CFDT, CFTC, FO. Nous ne sommes pas dupes et nous sommes en colère : imposé par le #MEDEF, cet accord nous affaiblit tous. Quand la #pauvreté touche plus de 9 millions de personnes, Quand 80 % des embauches se font en contrats courts, Quand un chômeur sur deux n'est pas indemnisé, Le vrai scandale est de s’attaquer aux droits sociaux en faisant payer les plus précaires. Nous refusons de payer deux fois cette #crise idéologique. Les salariés intérimaires et les intermittents dont l'emploi est par nature discontinu et précaire, sont plus que jamais attaqués par cette nouvelle convention. Nous avons des propositions. Pourquoi le mouvement des « Indignés » ne prend pas en France.

Les « Indignés », qui tentent d’occuper La Défense à Paris depuis vendredi, peinent à rassembler en France.

Pourquoi le mouvement des « Indignés » ne prend pas en France

Cinq raisons à cette faible mobilisation. Le 15 octobre, ils n’étaient que 500 à défiler dans les rues de la capitale contre 500 000 à Madrid et quelques dizaines de milliers à Rome. Plusieurs raisons expliquent la faible mobilisation française. Vidéo de promotion du mouvement « Occupons La Défense » L’approche de la présidentielle Pour expliquer la désertion des rassemblements d’indignés – de 3 000 au plus fort de la mobilisation au mois de mai à 500 aujourd’hui –, les spécialistes s’accordent à dire qu’à six mois de la présidentielle, les Français croient davantage au changement par les urnes.

Cette « échéance politique importante peut capter une part du mécontentement », estime le professeur d’anthropologie à Paris-VIII Alain Bertho, considérant que le discours de certains hommes politiques français porte les idées des « Indignés ».