background preloader

Droit

Facebook Twitter

La Hadopi se prépare une nouvelle jeunesse pour 2017 - ZDNet. La Hadopi a connu des périodes difficiles, mais semble repartie sur de nouvelles bases depuis 2016.

La Hadopi se prépare une nouvelle jeunesse pour 2017 - ZDNet

Le changement de gouvernance y est sûrement pour quelque chose : en 2015, la Haute Autorité de lutte contre le piratage faisait face à un budget en baisse qui le contraignait à piocher dans son fonds de roulement. La situation s’est améliorée en 2016 et devrait poursuivre sous de meilleurs augures en 2017. En effet le jaune budgétaire concernant les autorités indépendantes a été publié, relayé par NextInpact. Ces documents sont destinés aux parlementaires et ont pour objectif de clarifier certaines missions et propositions contenues dans la loi organique relative aux lois de finances. RGPD : trois bonnes pratiques pour parvenir à une meilleure conformité. Mais comment s’y préparer dès à présent ?

RGPD : trois bonnes pratiques pour parvenir à une meilleure conformité

Tamzin Evershed, Legal Director EMEA chez Veritas, fait le point sur les trois principales actions à mener pour aider les entreprises à se conformer à ce règlement, et ce, quel que soit leur secteur ou leur taille. La responsabilité des véhicules autonomes. Administrateurs réseau : quels sont vos droits en matière de cybersurveillance ? Si les réseaux sont des instruments formidables d´échanges de données au sein de l´entreprise comme à l´extérieur, ils en sont également le talon d´achille.

Administrateurs réseau : quels sont vos droits en matière de cybersurveillance ?

L´explosion d´internet et sa propagation fulgurante nécessitent que l´entreprise se protège et protège ses données de toute intrusion interne comme externe. Dans ce contexte, l´administrateur réseau est devenu un acteur incontournable de la sécurité de l´entreprise, et parfois même son garant. Mais son rôle est difficile. Nom de domaine: un bureau d'enregistrement condamné pour "typosquatting" - ZDNet. Cryptage: les fabricants de smartphones visés. 10 raisons pour lesquelles une start-up doit prendre un brevet. Frenchweb vous propose une série pour comprendre les enjeux des brevets pour les start-up.

10 raisons pour lesquelles une start-up doit prendre un brevet

Lire aussi: Google, Apple, Nest Labs… ce que rapportent les «nouveaux brevets» Partenariat Microsoft - Education : le logiciel libre passe à l’attaque. Plusieurs associations représentantes des logiciels libres dénoncent un partenariat signé entre Microsoft et l'Education nationale.

Partenariat Microsoft - Education : le logiciel libre passe à l’attaque

Elles menacent de porter l'affaire devant la justice. Les associations représentantes des logiciels libres lancent un nouveau coup de semonce. Après avoir critiqué un partenariat signé entre Microsoft et l'Education nationale, elles indiquent avoir formé un recours gracieux devant le tribunal administratif afin de dénoncer ce partenariat. Cet accord, signé dans le cadre du plan Numérique à l'Ecole, doit permettre à l'Education nationale d'utiliser sur une période de 18 mois plusieurs outils de Microsoft.

Parmi les services concernés figurent Office 365 Education, Intune (gestion des postes de travail) et Azure Active Directory, nécessaire pour pouvoir identifier les différents utilisateurs. Les associations souhaitent donc que les règles de cet accord soient revues et requalifiées en marché public. A lire également. Manuel Valls veut contrôler les compétitions de jeux vidéo en France. L'e-sport pourrait-il devenir un véritable sport dans un futur proche ?

Manuel Valls veut contrôler les compétitions de jeux vidéo en France

Pour le moment, rien n'est fait, mais Manuel Valls veut proposer un cadre réglementaire et législatif pour favoriser le développement des compétitions de jeux vidéo. Une mission jeux vidéo Contrairement à Alain Rodet, député socialiste de la Haute-Vienne, qui était contre la vente de jeux d'occasion, Manuel Valls serait-il un grand joueur de jeux vidéo ? Rien ne l'indique, mais la nouvelle mission qu'il a confié à deux parlementaires pourrait effectivement le laisser penser. En effet, le Premier ministre vient de demander au député UDI des Alpes-Maritimes, Rudy Salles, et au sénateur PS de Saône-et-Loire, Jérôme Durain, de mettre en place un cadre législatif et règlementaire pour les compétitions concernant les jeux vidéo. Projet de loi numérique : ce que contient le texte que vont examiner les députés. LE MONDE ECONOMIE | • Mis à jour le | Par Sarah Belouezzane et Sandrine Cassini Le projet de loi pour « Une république numérique », présenté mardi 19 janvier à l’Assemblée nationale par la secrétaire d’Etat au numérique, Axelle Lemaire, entre dans sa phase concrète.

Projet de loi numérique : ce que contient le texte que vont examiner les députés

Le texte porte sur l’ouverture des données, cet or noir de l’économie numérique. Dans les prochains jours, les députés examineront quelque 840 amendements, tandis que la semaine dernière, les différentes commissions de l’Assemblée nationale ont déjà modifié le texte initial. Revue de détail. Lire aussi La future loi Lemaire inquiète les professionnels du numérique. L’intrusion dans un système informatique et ses conséquences juridiques. Mots de passe en clair : Optical Center écope de 50 000 euros. Faute de n'avoir pas suffisamment assuré la sécurité des données de ses clients, la société Optical Center vient d'être condamnée par la CNIL à verser la somme de 50 000 euros d'amende.

Mots de passe en clair : Optical Center écope de 50 000 euros

La CNIL fait application de son pouvoir lui permettant de surveiller l'utilisation des données personnelles. Optical Center doit s'acquitter de la somme de 50 000 euros pour avoir failli à l'obligation de protection des informations utilisateurs. Pour Optical Center, 5ème enseigne d'optique en France, tout commence le 8 juillet 2014 alors qu'une plaignante saisit la CNIL. Le gouvernement refuse de donner la priorité aux logiciels libres. Alors que les participants à la consultation relative au projet de loi numérique ont massivement demandé à ce que l’État privilégie l’utilisation de logiciels libres au sein de l’administration, le gouvernement n’a – sans grande surprise – pas exaucé ce souhait partagé par plusieurs milliers d’internautes.

Le gouvernement refuse de donner la priorité aux logiciels libres

Une « reculade » pour certains, le choix d'actionner d’autres leviers selon l’exécutif. Parmi les dix propositions les plus populaires de cette opération auto-proclamée de « co-construction de la loi », trois avaient le même objet : promouvoir activement l’utilisation des logiciels libres par les pouvoirs publics (ministères, mairies, écoles, autorités administratives indépendantes, etc.).

En somme, les administrations seraient ainsi tenues d’utiliser par principe des systèmes d’exploitation Linux et des programmes de type Libre Office, en lieu et place des traditionnels Windows et autres Word et Excel de Microsoft.