background preloader

Semaine 40

Facebook Twitter

E-commerce : feuille de route d'une expansion internationale réussie. Après le mobile, le crosscanal, le social, où se trouvent les prochains relais de croissance des e-commerçants ? A l'étranger, répondent-ils en cœur ! 45% des e-marchands interrogés par la Fevad citent l'international comme l'une de leurs priorités d'investissements, alors qu'ils n'étaient que 28% l'an dernier (baromètres 2014 et 2013 du moral des e-commerçants). Une progression d'autant moins anodine qu'elle montre bien qu'attaquer de nouveaux pays n'est plus réservé aux plus gros sites. Aujourd'hui, les e-commerçants de toutes les tailles ont la possibilité d'ouvrir de nouveaux pays, quitte bien sûr à y aller pas à pas, car les défis sont nombreux et de natures très diverses.

Olivier Mathiot, PDG de Priceminister-Rakuten et investisseur dans de multiples start-up, constate aussi que les temps changent. Pour Olivier Mathiot, la meilleure façon de procéder consiste, une fois son business model éprouvé sur son marché domestique, à attaquer un seul deuxième pays. Feuilletez le nouveau prospectus Conforama - Marché maison. L'ameublement reprend des couleurs en... - Marché maison. Le dernier indicateur de conjoncture de l’IPEA (Institut de prospective et d’études de l’ameublement) fait état d’une légère progression de 1% des ventes en août 2014 versus août 2013. « Ce résultat est toutefois à relativiser puisque le marché restait sur deux contre-performances en août, notamment en 2012 » souligne l’Ipea, ajoutant qu’il s’agit du premier bimestre de croissance depuis octobre-novembre 2013.

Cette embellie observée au mois d’août repose sur un effet « soldes » tardif, l’ouverture d’un nouveau magasin Ikea (à Clermont Ferrand, une première pour l’enseigne depuis 2011) mais également par les importantes opérations de liquidation de stocks liées à la situation très délicate du groupe Mobilier Européen (Fly, Atlas et Crozatier). Si le deuxième semestre démarre bien, la vraie tendance sera donnée lors des trois prochains mois (septembre, octobre et novembre) qui seront « déterminants » pour l’atterrissage final du marché.

Tribune | Le contenu au service de la relation marque/ client. Reconnaissons-le : les nouvelles technologies ont longtemps laissé pensé aux professionnels du marketing qu’elles leur permettraient de « ferrer » le prospect, de connaitre ses attentes, d’anticiper ses envies, de le transformer en client et même de le fidéliser. Et si l’on sait aujourd’hui que cela n’est pas vrai, c’est peut-être un peu moins à cause des technologies que de ceux qui les utilisent. La marque a compris qu’il fallait laisser la place à plus d’échange avec ses consommateurs et répondre ainsi à leurs attentes, en passant d’une approche centrée sur son produit ("Product Out") à une démarche de Contenu éditorial ("Content Out") où la création prend beaucoup plus de place.

Mais c’est avec une ambition d’ouverture à son marché ("Market in") " qu’elle pourra garder l’attention de ses consommateurs et même augmenter leur nombre. C’est ce qui a été largement rappelé au Content Marketing World 2014 qui s’est déroulé début septembre à Cleveland. Bittle lève 1,1 million d'euros pour booster sa solution de reporting en SaaS - FrenchWeb.frFrenchWeb.fr. Fixer des entrevues, rédiger un compte-rendu à ses équipes… pour optimiser la communication entre collègues, il existe d’autres solutions que les mails en copie à toute l’équipe.

Bittle propose justement une solution en SaaS de reporting, elle annonce aujourd’hui avoir levé 1,1 million d’euros auprès de PACA Investissement – fonds de co-investissement créé par la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur avec le soutien financier de l’Europe -, Siparex et CAAP Création (filiale du Crédit Agricole). La plate-forme Bittle peut être connectée aux solutions cloud de Microsoft, Amazon, OVH et de Google (partenaire historique). « Cette levée de 1,1 million d’euros s’accompagne de deux autres apports de fonds: 200 000 euros de récompense en tant que lauréat du concours mondial de l’innovation 2030 et 300 000 euros sous forme d’avance remboursable financés par Bpifrance , et la communauté du Pays d’Aix » précise Christophe Suffys, cofondateur de cette start-up avec Morgan Ventimila et Pierre Mougin.

PayPal séparé de l'activité marketplace d'eBay en 2015 - FrenchWeb.frFrenchWeb.fr. PayPal volera bientôt à nouveau de ses propres ailes. eBay, qui l’avait racheté pour 1,5 milliard de dollars en 2002, annonce ce mardi avoir décidé de séparer ce moyen de paiement de ses activités historiques. Une décision de la direction qui intervient alors que cette scission était réclamée depuis des mois par Carl Icahn, un des actionnaires d’eBay, comme d’autre d’ailleurs. PayPal (re)deviendra une société indépendante en 2015, avec à sa tête Dan Schulman, venu d’American Express. L’entité eBay sera dirigée par Devin Wenig, aujourd’hui président de eBay Marketplaces.

Dans un communiqué du géant américain, le directeur général John Donahoe explique: « Une revue approfondie de notre stratégie avec le conseil d’administration montre que maintenir eBay et PayPal ensemble au-delà de 2015 deviendrait nettement moins avantageaux pour chaque activité d’un point de vue stratégique et concurrentiel ». PayPal, 41% de l’activité d’eBay. 49% des consommateurs utilisent la recherche organique pour trouver des commerces en ligne. D’après une étude commandée par BloomReach, 49% des consommateurs britanniques utiliseraient la recherche organique comme principal outil leur permettant de trouver des sites e-commerces.

Par contre, à l’inverse, seuls 35% de ces commerçants pensent que le consommateur trouvera leur site via ce même type de recherche. Pour Raj De Datta, CEO de BloomReach, « il y a toujours eu un fossé entre ce que les consommateurs britanniques recherchent dans une expérience en ligne et ce que les e-commerces pensent que ces consommateurs recherchent ». Pour tenter de mettre en évidence ce problème, BloomReach a commandé une étude à RedShift Research qui a enquêté auprès de 1.000 consommateurs et de 122 entreprises e-commerces au Royaume-Uni. Voici les conclusions principales de cette étude : Et voici quelques autres statistiques qui démontrent que les e-commerces et les consommateurs n’ont pas toujours le même point de vue : L e-shopper n est plus. Vive le cross-channel shopper ! Nul n’ignore que le consommateur a fait sa révolution et pris le pouvoir sur les enseignes.

Qu’il est hyper connecté grâce à ses différents terminaux smartphones, tablettes, phablets, ordinateurs,…) et à l’affût de tous les bons plans pour préserver son budget tout en se faisant plaisir. Tout le monde parle d’un nouveau consommateur, qu’on affuble du sobriquet d’e-shopper car le digital a envahi son parcours d’achat tout autant que sa vie quotidienne. Pourtant est-il possible de réellement distinguer un e-consommateur d’un consommateur lambda à l’heure où les marketers constatent chaque jour l’omniprésence du digital dans les usages de leurs consommateurs ? Ces quelques chiffres [1] parlent d’eux-mêmes : 44% des Français achètent sur Internet via leur mobile ou leur tablette,38% se renseignent autant en en ligne qu’en boutique avant d’acheter,50% utilisent leurs téléphones mobiles en magasin (en dehors de passer un appel).

Savez-vous vraiment qui est votre e-consommateur ? (c) ill. Les nouveaux leviers de la fidélisation client.