background preloader

Ressources

Facebook Twitter

10 conséquences concrètes du réchauffement climatique. Des îles paradisiaques menacées de disparition En 50 ans, le niveau des océans s’est élevé de 10 centimètres.

10 conséquences concrètes du réchauffement climatique

Une tendance qui devrait se poursuivre voire s’accélérer dans les années à venir. Selon les experts de la Nasa, une montée des océans d’au moins un mètre est inévitable dans les 100 à 200 ans qui viennent. «Au vu de ce que l’on sait aujourd’hui à propos de l’expansion des océans avec le réchauffement, et sur la fonte des glaciers et des calottes glacières, […] il est pratiquement certain que nous auront une augmentation du niveau des mers d’au moins un mètre, et probablement davantage», expliquait Steven Nerem en août dernier. A lire aussi : Quel est l'endroit le plus chaud sur Terre ? Les premières victimes de l’augmentation du niveau de la mer sont les archipels du Pacifique, notamment les îles Marshall, les îles de Polynésie, les Maldives (océan Indien) et certaines régions d’Asie (Philippes, Indonésie).

Miami, Tokyo, Amsterdam envahies par les eaux ? Des records de chaleur. Comment simuler les conséquences de l’élévation du niveau de la mer avec Google Earth. Par Philippe Cosentino L’une des conséquences possibles d’un réchauffement climatique est l’élévation du niveau de la mer consécutive à la fonte des glaces continentales.

Comment simuler les conséquences de l’élévation du niveau de la mer avec Google Earth

Afin de sensibiliser les élèves à cette question, il est possible de leur faire simuler les conséquences d’une élévation même modeste de ce niveau. Depuis que Google Earth intègre une vue tridimensionnelle des bâtiments (avec une résolution telle que le moindre abri de jardin est visible), il est possible de visualiser l’impact d’une telle élévation sur les infrastructures et le tissu urbain, et non plus simplement sur les paysages.

La vidéo tutorielle suivante vous explique, pas à pas, comment arriver à ce résultat. Conseils techniques : penser à régler le facteur d’élévation (dans les options) à 1penser à activer le relief et les bâtiments 3D (dans le volet de gauche “Calques”) Exemples de résultats obtenus : Pourquoi les vagues de froid ne remettent pas en cause le réchauffement climatique. En décembre 2017, Donald Trump se moquait, dans un tweet, du réchauffement climatique en commentant la vague de froid intense qui sévissait sur la côte est des Etats-Unis. « Dans l’est du pays, ça pourrait être le nouvel an LE PLUS FROID jamais enregistré.

Pourquoi les vagues de froid ne remettent pas en cause le réchauffement climatique

Peut-être qu’on pourrait utiliser un peu de ce bon vieux réchauffement climatique face auquel notre pays, seul, allait payer des MILLIERS DE MILLIARDS DE DOLLARS pour s’en protéger ! Couvrez-vous ! » L’argument est un classique : il revient à chaque fois que les températures hivernales deviennent négatives. L’argument a un corollaire très usité chez les climatosceptiques : « Comment les scientifiques peuvent-ils prévoir le climat dans cent ans alors qu’ils n’arrivent pas à prévoir celui de la semaine prochaine ? Pourquoi ne faut-il pas confondre météo et climat ? Pour résumer : la météo varie sur des temps courts, tandis que le climat varie sur des périodes (très) longues. En climatologie, personne ne raisonne sur moins de trente ans.

Livre CEA

Réchauffement climatique : comme prévu il y a trente ans, la machine s'emballe dans le cercle arctique. La Sibérie vit une vague de chaleur sans précédent depuis l'hiver dernier avec des températures moyennes supérieures de 6 degrés à la normale.

Réchauffement climatique : comme prévu il y a trente ans, la machine s'emballe dans le cercle arctique

L'Arctique se réchauffe deux à trois fois plus vite que le reste de la planète et le constat se vérifie via tous les indicateurs : thermomètre mais aussi fonte du pergélisol et de la banquise (deux fois plus vite que la moyenne 1980-2010 d’après la NSIDC, le National Snow and Ice Data Center aux États-Unis) ou encore les incendies, qui auraient libéré 59 mégatonnes de CO2 dans l'atmosphère contre 53 l'an dernier d'après Copernicus, programme européen d'observation de la Terre. Les scientifiques ont identifié depuis longtemps que les variations climatiques étaient plus intenses au pôle Nord mais la persistance de ce phénomène sur plusieurs mois en impressionne plus d'un. C'est le cas de Christophe Cassou, directeur de recherche au CNRS et climatologue, qui nous explique les ressorts de ce réchauffement prononcé dans le grand nord. Le MOOC d'Avenir Climatique : tout comprendre sur l'énergie et le climat !

Sol et climat - L'Esprit Sorcier - Dossier #6. Regardez l’émission qui prolonge ce dossier : Sol et climat – 4 pour 1000 Retrouvez toutes nos vidéos sur la chaîne Youtube de l’Esprit Sorcier Suivez-nous sur Facebook et Twitter Soutenez-nous sur Tipeee !

Sol et climat - L'Esprit Sorcier - Dossier #6

Un dossier préparé par Elodie Barakat Rédaction en chef Frédéric Courant Direction artistique et technique Pascal Léonard Direction de productionJoël Guillemet Assistante de réalisationAnaïs Van Ditzhuyzen Assistant de productionPatrick Berger Documentaliste Laurence Lebon Directeur photoArthur Le Ret Montage/Prise de vue Timothée CoignusBenoît Aubert Prise de sonThomas Spitz VoixValérie GuerlainJean-Baptiste Puech MixagePascal StevensLaurent Cauneau Relation presseNathalie BôGraphisme et animations Christophe Pernoud – BROTHERMAN Productions Web design Olivier Hamon – VO Productions Antoine Chérel – ATALANTA Intégration Florent Chevallier Remerciements Antonio Bispo, ingénieur sol et environnement, ADEME.

LES EFFETS CONCRETS DU CHANGEMENT CLIMATIQUE. Faut-il croire au réchauffement climatique ? — Science étonnante #20. Travaux du GIEC. Rapport du Giec : le changement climatique pèse lourd sur les océans et les glaces. 1.5degree FR final LR.