background preloader

Sidasada

Facebook Twitter

Généralités

Kit d'information sur l'infection à VIH/sida. SIS Association/Sida Info Service propose à tou-te-s les collégien-ne-s et lycéen-ne-s, un Kit Sida comme base de travail pour la Journée mondiale de lutte contre le sida, chaque 1er décembre, mais également pour tous les exposés et travaux sur le sida. Ce kit est également destiné à toutes les personnes qui (re)découvrent l’infection à VIH lors de la Journée mondiale de lutte contre le sida. 1er décembre : Journée mondiale de lutte contre le sida L’objectif de l’ONUSIDA est d’atteindre les 90-90-90 : 90 % des personnes vivant avec le VIH connaissent leur statut VIH, 90 % des personnes qui connaissent leur séropositivité au VIH reçoivent un traitement, 90 % des personnes sous traitement ont une charge virale supprimée. Plus d’infos sur unaids.org/fr Campagne Levons la main En 2016, l’ONUSIDA propose aux personnes un espace pour exprimer leurs opinions sur ce qu’il conviendrait de faire pour renforcer les activités de prévention du VIH.

Et/ou Plus d’infos sur unaids.org Le ruban rouge Sida et IST : 10 Questions VIH Sida 2014 371564. Quelle différence entre Sida et VIH ? Publié le 12-11-2015 - Mis à jour le 29-09-2016 Ne pas confondre VIH et Sida Les termes VIH et SIDA ne doivent pas être employés indifféremment. En effet, toute personne vivant avec le VIH n’est pas nécessairement au stade sida.

Depuis 1996, les traitements antirétroviraux permettent aux personnes de vivre longtemps et en (relativement) bonne santé. Ainsi, employer indifféremment les termes VIH et sida entretient une représentation erronée de la réalité de l’épidémie en France. Maintenir l’idée que la découverte de la séropositivité est synonyme de condamnation à mort peut avoir pour conséquence de décourager les personnes de se faire dépister et ainsi retarder leur prise en charge médicale. Qu'est-ce que le VIH ? Le VIH (virus de l’immunodéficience humaine) est le virus responsable du syndrome d’immunodéficience acquise (sida). Qu'est-ce que le Sida ? Le sida (syndrome d’immunodéficience acquise) est le stade le plus avancé de l’infection par le VIH. Qu'est-ce qu'être séronégatif ? L'infection par le virus du SIDA. Le Sida et VIH en chiffres. Publié le 12-11-2015 - Mis à jour le 29-09-2016 Données épidémiologiques monde Depuis le début de l’épidémie environ 78 millions de personnes [71 millions–87 millions] ont été infectées par le VIH et 39 millions de personnes [35 millions–43 millions] sont décédées de maladies liées au sida.

En 2013, 35 millions de personnes vivaient avec le VIH. Il y a eu 2,1 millions de nouvelles infections et 1,5 millions de décès dus au sida. Les jeunes de 15 à 24 ans représentent 33% environ des nouvelles contaminations dans le monde. Source : Unaids Données épidémiologiques France En 2013, 5,2 millions de tests de dépistage du VIH ont été réalisés et 6 200 personnes ont découvert leur séropositivité. Les découvertes de séropositivité par mode de contamination ont concerné : 3 400 hétérosexuels (55 %) 2 600 homosexuels (43 %) moins de 100 usagers de drogue par voie intraveineuse (1 %) Les diagnostics de cas de sida en 2013 : En partenariat avec Sidaction Voir le site.

Histoire du Sida. Comment a-t-on découvert cette Infection Sexuellement Transmissible (IST) ? Comment s’est organisée la lutte contre cette épidémie ? Revenons sur les moments-clés de la lutte contre le Sida. Début des années 1980 : premiers cas suspects de Sida aux États-Unis Au début des années 1980, le Dr Gottlieb soigne à Los Angeles des patients homosexuels présentant amaigrissement, mycose, fièvre, candidose buccale, pneumonie, ainsi qu’une importante diminution de l’immunité (taux de lymphocytes T4 anormalement bas).

En 1981, les scientifiques du monde entier s’aperçoivent du lien entre diverses manifestations de cette maladie et la déficience immunitaire généralisée chez toutes les personnes atteintes. L’acronyme AIDS apparaît (traduit en français par « SIDA », Syndrome d’Immuno-Déficience Acquise). Les laboratoires de recherche scientifique internationaux se mobilisent pour définir cette maladie. Tests de dépistage En 1983, les premiers mouvements de personnes vivant avec le VIH s’organisent. Transmission du Sida : vrais risques et idées fausses. Le VIH est présent dans toutes les sécrétions corporelles. Seuls 5 liquides biologiques peuvent contenir suffisamment de virus pour permettre une transmission : le sang (y compris celui des règles), le sperme, le liquide pré-séminal, les sécrétions vaginales, le lait maternel.

La transmission est le résultat du contact entre une sécrétion infectée et une de ces muqueuses : la muqueuse rectale (anus et rectum), les muqueuses vaginale et buccale, et le gland. Les muqueuses sont des zones corporelles perméables aux virus. S’il y a des lésions au niveau de ces muqueuses, la porte d’entrée est encore plus ouverte et le risque de transmission augmente. 4 pratiques sont reconnues à risque de transmission La pénétration anale, vaginale, et plus secondairement, buccale. Les pratiques ou situations suivantes qui ne constituent pas un risque Le baiser : quelle que soit la situation, il n’y a aucun risque de transmission du VIH en embrassant quelqu’un puisque la salive ne transmet pas le VIH. J'ai pris un risque VIH-Sida, que faire. En cas de prise de risque VIH-Sida, il existe un traitement susceptible de diminuer les risques de contamination par le VIH. Ce traitement s’appelle le traitement prophylactique.

Tout traitement prophylactique est destiné à prévenir l’apparition, la propagation ou l’aggravation d’une maladie, contrairement au traitement curatif qui, lui, vise à guérir d’une maladie. Un traitement prophylactique peut aussi être envisagé en cas d’exposition au paludisme, aux épidémies de grippe, etc.… Quand prendre ce traitement ? La marche à suivre en cas de prise de risque est simple : il faut se rendre au plus vite aux urgences d’un hôpital. En quoi consiste ce traitement ? Une personne exposée au VIH peut donc essayer d’atténuer le risque d’infection en prenant des médicaments anti-VIH (appelés les antirétroviraux) peu de temps après l’exposition au virus ; on parle alors de traitement post-exposition (TPE), qui a pour but d’empêcher la transmission du virus dans le sang.

Comment y avoir accès ? Les tests de dépistage du Sida. Le test de dépistage du VIH consiste en une simple prise de sang que l’ont fait sans être à jeun. Si un projet de test salivaire est à l’étude, il n’est pour le moment pas commercialisé en France. Petite revue de questions pour tout savoir sur le dépistage. Quand ? Le test peut être fait à tout moment. Il peut être réalisé également si vous avez pris un risque sexuel ou sanguin (relations sexuelles non protégées, rupture du préservatif, échange de seringues…) pour connaître votre état de santé et protéger vos futur-e-s partenaires.

Attention : si le test est fait moins de 6 semaines après l’exposition, il peut être faussement négatif. Où ? Le test peut être fait dans des centres spécialisés, les Centres Gratuits d’information, de Dépistage et de Diagnostic (CeGIDD), présents dans tous les départements et qui sont également habilités à effectuer le dépistage des hépatites B et C et d’autres infections sexuellement transmissibles. Quels tests ? Pourquoi faire un dépistage ?

Témoignages

Mélanie, une jeune séropositive de 19 ans.