background preloader

Journalisme

Facebook Twitter

Utiliser l’Internet pour sauver le journalisme…. de l’Internet @PolicyMic. Bruce Ackerman, professeur de droit et de science politique à l'Université de Yale, propose un système de clics électroniques pour financer un journalisme de commentaire et d’investigation à l’heure où Internet sape le modèle économique des grands journaux non-anglophones, dont le lectorat est trop faible pour permettre un développement reposant uniquement sur la publicité. Ce texte est doublement intéressant dans le contexte français : d’un côté se sont développés des sites de journaux sur internet payant comme Mediapart ou non payant comme Rue89. D’autre part, la remise en cause d’HADOPI pourrait permettre de discuter de la création d’une fondation publique au service du journalisme professionnel financée par internet. Ce texte de Bruce Ackerman ouvre le débat. Michel Butel (“L’Impossible”) et Laetitia Bianchi (“Le Tigre”) : “Tant que le désir existe, nos journaux survivront” - L'actu Médias / Net.

Enquête sur les usages des réseaux sociaux par les journalistes français. Data Journalism Handbook. Mediapart, le vilain petit canard - L'actu Médias / Net. Les journalistes d'investigation à la une - L'actu Médias / Net.

Les 10 dilemmes du journaliste politique - Médias / Net. The Lively Morgue. Classement mondial 2011-2012. La Syrie, le Bahreïn et le Yémen n’ont jamais été aussi mal classés "Les changements ont été nombreux dans la dixième édition du classement de la liberté de la presse.

Classement mondial 2011-2012

Changements qui reflètent une actualité incroyablement riche, notamment dans le monde arabe. De nombreux médias ont payé cher la couverture des aspirations démocratiques ou des mouvements d’opposition. Le contrôle de l’information reste un enjeu de pouvoir et de survie pour les régimes totalitaires et répressifs. 2011 illustre également le rôle prépondérant joué par les net-citoyens pour la production et la diffusion de l’information », a déclaré Reporters sans frontières, à l’occasion de la publication de son classement mondial de la liberté de la presse, le 25 janvier 2012.

Les dix lieux les plus dangereux pour les journalistes en 2011. 2011 en chiffres 66 journalistes tués (+ 16%) 1044 journalistes arrêtés 1959 journalistes agressés ou menacés 499 médias censurés 71 journalistes enlevés 77 journalistes qui ont fui leur pays 5 net-citoyens tués 199 blogueurs et net-citoyens arrêtés 62 blogueurs et net-citoyens agressés 68 pays concernés par une forme de censure du Net Pour la première fois, Reporters sans frontières a établi la liste des dix lieux les plus dangereux pour la presse. En 2011, dix villes, quartiers, places, provinces ou régions dans lesquels les journalistes et les net-citoyens ont été particulièrement exposés aux violences, dix lieux où la liberté d’informer a été bafouée. Plus généralement, le bilan est lourd pour la liberté de la presse en 2011. Le Printemps arabe a été au cœur de l’actualité. Presse - Article - La presse en 2012, un secteur toujours sous perfusion ? Ten things every journalist should know in 2012.

Image by Tormel on Flickr.

Ten things every journalist should know in 2012

Some rights reserved Here are 10 things every journalists should know in 2012. This list builds on 10 things every journalist should know in 2009 and 2010. It is worth looking back at the previous posts as the ideas are still relevant today. Quelles tendances pour 2012? Crédit: Flickr/CC/Nathan Wells Au rayon journalistico-numérique, les paris sont ouverts sur les mutations qui vont marquer l’année à venir.

Quelles tendances pour 2012?

Sur quoi miser? >> Read this article in english >> Des morts parmi les acteurs du Web. Néo-journalisme en prise directe. Aux États-Unis, le néo-journalisme, connecté aux réseaux sociaux, est déjà enseigné dans les écoles.

Néo-journalisme en prise directe

Une mutation nécessaire du métier pas encore évidente de ce côté de l'Atlantique, selon notre maître du genre, Damien Van Achter. Être journaliste professionnel et refuser de se créer un compte sur Facebook, devrait, à mon sens, être considéré comme une faute professionnelle grave. Qui a peur du grand méchant Twitter? Les réseaux en général et Twitter en particulier, font encore peur à bon nombre de journalistes.

Qui a peur du grand méchant Twitter?

Pourquoi ? Parce qu'il faut accepter de s'y mettre (un peu) en danger. 10 bonnes résolutions journalistiques. Pour arrêter de regarder passer la révolution numérique qui emporte les médias, tonton Van Achter a listé pour 2012 dix points qui pourraient changer notre manière de faire du journalisme à mettre sous les sapins de toutes les rédactions !

10 bonnes résolutions journalistiques

La recommandation par les pairs est l’un des phénomènes les plus puissants révélé par la “démocratisation de la diffusion”. En 2012, pour les journalistes, et ceux qui aspirent à le devenir, justifier sa place de médiateur de l’information passe donc immanquablement par une plongée en apnée dans le grand bain des réseaux sociaux. Twitter, Facebook, Instagram, Soundcloud, Storify… sont donc AUSSI le terrain. Je n’ai pas de baguette magique mais voici 10 pistes qui me semblent intéressantes à creuser. Une presse sans copyright. Les articles de presse doivent-ils être protégés par le droit d'auteur ?

Une presse sans copyright

Ce n'est pas l'avis d'un récent arrêt d'une Cour de Bratislava. Pour sa première chronique, Calimaq en profite pour interroger la notion de copyright dans le cadre des médias. La semaine dernière, avec l’évènement Hack The Press, l’équipe d’OWNI avait décidé de jouer les trublions et de faire bouger les lignes des pratiques journalistiques, à grands renforts de data, d’applications et d’infographies.

Rencontre avec Hervé Ghesquière avant la diffusion de son reportage en Afghanistan. (Hervé Ghesquière - Capture d'écran Dailymotion - Le Républicain Lorrain - cc) Du même auteur Sa vision du journalisme ?

Rencontre avec Hervé Ghesquière avant la diffusion de son reportage en Afghanistan

Observer, comprendre pour ensuite pouvoir expliquer. Splendeurs et misères du journalisme politique. Le blues des journalistes. Précarité, stress, fatigue, charge de travail, déclin de la personnalité journalistique, sensationnalisme, uniformisation du discours médiatique.

Le blues des journalistes

Les journalistes ont le blues, le moral à zéro. Déjà confrontés à une profonde défiance, les voilà fragilisés par une série de bouleversements, technologiques et professionnels. S’ajoute, ces derniers temps, une ère du soupçon pour des médias perçus comme complotistes. Se pose déjà là une première contradiction, d’un côté une profession qui se sent fragilisée alors qu’elle est perçue comme manipulatrice, donc toute puissante.

L'éthique journalistique selon Daniel Cornu. Quand on demande à Daniel Cornu quelle est sa profession, il se présente simplement comme journaliste. En réalité, il est un peu plus que cela. Daniel Cornu a réalisé une grande partie de sa carrière à la Tribune de Genève, dont il a été rédacteur en chef entre 1982 et 1992, avant de se consacrer à la formation des journalistes et à l’enseignement de l’éthique de l’information. Les « mooks » jouent les meneuses de revue.