Journalisme

Facebook Twitter
Utiliser l’Internet pour sauver le journalisme…. de l’Internet @PolicyMic | Bruce Ackerman Bruce Ackerman, professeur de droit et de science politique à l'Université de Yale, propose un système de clics électroniques pour financer un journalisme de commentaire et d’investigation à l’heure où Internet sape le modèle économique des grands journaux non-anglophones, dont le lectorat est trop faible pour permettre un développement reposant uniquement sur la publicité. Ce texte est doublement intéressant dans le contexte français : d’un côté se sont développés des sites de journaux sur internet payant comme Mediapart ou non payant comme Rue89. D’autre part, la remise en cause d’HADOPI pourrait permettre de discuter de la création d’une fondation publique au service du journalisme professionnel financée par internet. Ce texte de Bruce Ackerman ouvre le débat. Patrick Weil À un rythme extraordinaire, Internet est en train de détruire le journalisme professionnel. Utiliser l’Internet pour sauver le journalisme…. de l’Internet @PolicyMic | Bruce Ackerman
Michel Butel (“L’Impossible”) et Laetitia Bianchi (“Le Tigre”) : “Tant que le désir existe, nos journaux survivront” - L'actu Médias / Net

Data Journalism Handbook

Data Journalism Handbook It was born at a 48 hour workshop at MozFest 2011 in London. It subsequently spilled over into an international, collaborative effort involving dozens of data journalism's leading advocates and best practitioners - including from the Australian Broadcasting Corporation, the BBC, the Chicago Tribune, Deutsche Welle, the Guardian, the Financial Times, Helsingin Sanomat, La Nacion, the New York Times, ProPublica, the Washington Post, the Texas Tribune, Verdens Gang, Wales Online, Zeit Online and many others. „ I want to see the handbook in my language! “ If you are a publisher, a news organisation or any other kind of organisation active in the media field interested in becoming an official partner and helping to translate the book into your language please sign up here and we will get in touch with you.
Mediapart, le vilain petit canard - L'actu Médias / Net
Les journalistes d'investigation à la une - L'actu Médias / Net
Les 10 dilemmes du journaliste politique - Médias / Net
The Lively Morgue June 3, 1933: A drydock inspection of one of the S.S. Manhattan’s propellers in Brooklyn, claimed by the caption to drive the ship two feet forward with every revolution, which could bring it to speeds of 21 knots “with only five boilers in use.” An article published Aug. 13, 1932, reported that the Manhattan carried three stowaways — “Arnold Ronner, 19, of Hartford, and Steve Bohnensteuger, 22, of Manheim, Germany …, and Charles Lake, 21, of Clinton, Iowa, farmer boy, in the first class hold” — and that there was a “thé-dansant on the veranda deck” that afternoon. Photo: The New York Times

The Lively Morgue

Classement mondial 2011-2012 Classement mondial 2011-2012 La Syrie, le Bahreïn et le Yémen n’ont jamais été aussi mal classés "Les changements ont été nombreux dans la dixième édition du classement de la liberté de la presse. Changements qui reflètent une actualité incroyablement riche, notamment dans le monde arabe.
Les dix lieux les plus dangereux pour les journalistes en 2011 Les dix lieux les plus dangereux pour les journalistes en 2011 2011 en chiffres 66 journalistes tués (+ 16%) 1044 journalistes arrêtés 1959 journalistes agressés ou menacés 499 médias censurés 71 journalistes enlevés 77 journalistes qui ont fui leur pays 5 net-citoyens tués 199 blogueurs et net-citoyens arrêtés 62 blogueurs et net-citoyens agressés 68 pays concernés par une forme de censure du Net Pour la première fois, Reporters sans frontières a établi la liste des dix lieux les plus dangereux pour la presse.
Presse - Article - La presse en 2012, un secteur toujours sous perfusion ? Presse - Article - La presse en 2012, un secteur toujours sous perfusion ? L’année 2011 s’est s’achevée sur un symbole fort pour la presse : la fin de la parution en kiosque d’un titre national, France Soir, qui n’est plus disponible que sur Internet depuis le 14 décembre dernier. Sans y voir le passage obligé pour les rédactions papier, on ne peut nier que le secteur continue de subir certaines pressions. Les deux principaux constats déjà observés depuis quelques années sont d’une part la baisse des ventes concentrée sur les titres bien connus et d’autre part? la diminution des revenus publicitaires dans les revenus totaux. Une baisse qui se fait au profit d’Internet, préféré par les annonceurs pour des raisons de coûts plus faibles, de réactivité et de ciblage plus pertinent.

Ten things every journalist should know in 2012

Ten things every journalist should know in 2012 Image by Tormel on Flickr. Some rights reserved Here are 10 things every journalists should know in 2012.
W.I.P. (Work In Progress) » Quelles tendances pour 2012?

W.I.P. (Work In Progress) » Quelles tendances pour 2012?

Crédit: Flickr/CC/Nathan Wells Au rayon journalistico-numérique, les paris sont ouverts sur les mutations qui vont marquer l’année à venir. Sur quoi miser?
Néo-journalisme en prise directe

Néo-journalisme en prise directe

Aux États-Unis, le néo-journalisme, connecté aux réseaux sociaux, est déjà enseigné dans les écoles. Une mutation nécessaire du métier pas encore évidente de ce côté de l'Atlantique, selon notre maître du genre, Damien Van Achter. Être journaliste professionnel et refuser de se créer un compte sur Facebook, devrait, à mon sens, être considéré comme une faute professionnelle grave. Libre à eux de continuer à croire que les habitants du web ne sont qu’une tribu de sauvages pédophiles qui violent les comptes en banque pour se payer de la coke dans la Vallée du Silicone.
Les réseaux en général et Twitter en particulier, font encore peur à bon nombre de journalistes. Pourquoi ? Parce qu'il faut accepter de s'y mettre (un peu) en danger. Twitter ou ne pas twitter, telle est désormais la question dans bon nombre de rédactions. Qui a peur du grand méchant Twitter?

Qui a peur du grand méchant Twitter?

10 bonnes résolutions journalistiques

Pour arrêter de regarder passer la révolution numérique qui emporte les médias, tonton Van Achter a listé pour 2012 dix points qui pourraient changer notre manière de faire du journalisme à mettre sous les sapins de toutes les rédactions ! La recommandation par les pairs est l’un des phénomènes les plus puissants révélé par la “démocratisation de la diffusion”. En 2012, pour les journalistes, et ceux qui aspirent à le devenir, justifier sa place de médiateur de l’information passe donc immanquablement par une plongée en apnée dans le grand bain des réseaux sociaux. Twitter, Facebook, Instagram, Soundcloud, Storify… sont donc AUSSI le terrain. Je n’ai pas de baguette magique mais voici 10 pistes qui me semblent intéressantes à creuser.
Les articles de presse doivent-ils être protégés par le droit d'auteur ? Ce n'est pas l'avis d'un récent arrêt d'une Cour de Bratislava. Pour sa première chronique, Calimaq en profite pour interroger la notion de copyright dans le cadre des médias. La semaine dernière, avec l’évènement Hack The Press, l’équipe d’OWNI avait décidé de jouer les trublions et de faire bouger les lignes des pratiques journalistiques, à grands renforts de data, d’applications et d’infographies. Une presse sans copyright
Rencontre avec Hervé Ghesquière avant la diffusion de son reportage en Afghanistan (Hervé Ghesquière - Capture d'écran Dailymotion - Le Républicain Lorrain - cc) Du même auteur Sa vision du journalisme ?
Splendeurs et misères du journalisme politique (Michel Field - Capture d'écran Dailymotion - philippemarini - cc) L'interrogation sur la qualité du journalisme politique français n'est certes pas originale. Elle revient régulièrement à chaque fois que se profile une élection importante et s'il en est une qui passionnera et mobilisera, c'est bien celle du mois de mai 2012.
Le blues des journalistes
L'éthique journalistique selon Daniel Cornu
Les « mooks » jouent les meneuses de revue