background preloader

Drogue et philosophie

Facebook Twitter

Une France sous psychotropes. - L'Express L'Expansion. En France, pas question d'autoriser les drogues, ni même l'ecstasy, cette amphétamine que la Grande-Bretagne songe à légaliser.

- L'Express L'Expansion

Pourtant, certains paradis artificiels sont légaux et remboursés par la Sécurité sociale. Le Témesta et le Lexomil, deux tranquillisants, font partie des cinq médicaments les plus prescrits par les médecins français, selon une étude toute récente de la Caisse nationale d'assurance-maladie. Et le Prozac, un antidépresseur qui s'est taillé en quelques années la réputation de pilule magique, est l'une des trois spécialités les plus coûteuses pour l'assurance-maladie. Des palliatifs à l'absence de solidarité Face au mal de vivre, au stress, aux difficultés socio-économiques, les Français se réconfortent avec les pilules du bonheur . Ils consomment par an plus de 120 millions de boîtes de tranquillisants, somnifères, antidépresseurs, etc. Qui a recours régulièrement aux tranquillisants et aux antidépresseurs ? La stratégie n'a que partiellement porté ses fruits.

Consommation de psychotropes en France - Sénat. Question écrite n° 12155 de Mme Marie-Thérèse Hermange (Paris - UMP) publiée dans le JO Sénat du 18/02/2010 - page 362 Mme Marie-Thérèse Hermange attire l'attention de Mme la ministre de la santé et des sports sur la consommation de psychotropes en France.

Consommation de psychotropes en France - Sénat

En 2005, elle avait déjà alerté le ministère de la santé sur la surconsommation de psychotropes à Paris ; or, il se trouve que la France est l'un des pays les plus consommateurs de médicaments psychotropes au monde. Chez les adolescents âgés de 16 ans, la consommation de tranquillisants et somnifères place la France parmi les tous premiers pays européens, avec 13 % des jeunes élèves français qui déclarent au moins un usage de médicaments psychotropes sans ordonnance. Ainsi, la prise de médicaments psychotropes au cours des trente derniers jours (sans qu'il soit précisé s'il s'agit d'usages prescrits ou non) est déclarée en 2005 par un peu moins d'un jeune de 17 ans sur dix.

Réponse du Ministère de la santé et des sports. Neuroscience F. Drogues: l'Europe s'inquiète de l'arrivée de nouvelles substances. L'invasion des «pilules du bonheur» Nous sommes à l'aube d'une nouvelle ère où la chimie nous offre les moyens de mieux vivre et de mieux penser!»

L'invasion des «pilules du bonheur»

Clame un vieux monsieur aux cheveux blancs, devant un parterre d'amateurs d'hallucinogènes. Nous ne sommes pas dans les années 70, mais le 1er octobre 1998, à Amsterdam. Le temps des Flower People semble revenu: on se passionne pour les rituels des Indiens Huichol (Mexique) adeptes de la mescaline, pour les psychothérapies par le LSD ou l'ecstasy, pour «l'influence des drogues psychoactives sur les processus émotionnels».

Pourtant, il ne s'agit pas d'une réunion d'anciens hippies, mais d'un colloque organisé à l'honorable institut botanique. Et ce sont des ethnologues, des chimistes, des psychiatres et des botanistes réputés qui dissertent sur la pharmacopée en pleine expansion des stupéfiants. Ce phénomène inquiétant est en train de bouleverser toutes les idées reçues sur les drogues et les drogués. Où commence donc la toxicomanie? Qui se «drogue» aujourd'hui? L'endorphine peut provoquer l'addiction aux drogues. La quête du plaisir fait partie inhérente des processus vitaux et évolutifs de l’ensemble des mammifères.

L'endorphine peut provoquer l'addiction aux drogues

Cette recherche du plaisir implique la mise en jeu de mécanismes cérébraux complexes qui requièrent le fonctionnement de réseaux de neurones spécifi ques. L’élaboration de la sensation de plaisir ne peut être envisagée sans prendre en compte l’activité des circuits de cellules nerveuses qui contribuent à l’expression des comportements émotionnels, au désir, à la motivation et à la récompense. Le fonctionnement de ces circuits cérébraux interconnectés s’accompagne de la libération de neurotransmetteurs dont certains d’entre eux, comme les endorphines, se révèlent posséder des propriétés pharmacologiques capables d’engendrer des comportements d’addiction. De tous temps, les hommes ont expérimenté des drogues, pour éprouver du plaisir en faisant l’expérience de nouvelles sensations, mais également pour atténuer leurs souffrances.

. © Kentoh – Fotolia.com. Pense-bête.