background preloader

Seydou29

Facebook Twitter

s'interesse à la question des limites territoriales

Usages et limites de la symétrie dans les représentations graphiques en géographie. 1La symétrie est perçue comme une question tellement banale qu’elle est enseignée dès l’école primaire où l’on fait retrouver, à des enfants de 7 ou 8 ans, les axes de symétrie d’une figure ou d’un dessin.

Usages et limites de la symétrie dans les représentations graphiques en géographie

Mais c’est là appréhender de manière réductrice une notion autrement plus fondamentale. D’ailleurs la symétrie, ou plus exactement le concept de symétrie est aujourd’hui fortement sollicité dans la réflexion scientifique, dans une acception plus profonde qu’il n’y parait de prime abord quand, par un amusement fort pédagogique, on fait joindre aux enfants leurs mains devant eux avant de les leur faire ouvrir en faisant jouer une charnière imaginaire située au niveau du petit doigt. 2Dans les deux approches, l’idée première de symétrie renvoie en fait à celle de régularité, d’harmonie ou d’ordre.

Car si tout n’est pas aléatoire, alors le monde est-il peut-être intelligible ! 3Dans quelle mesure cela concerne-t-il alors la géo­graphie ? Geoconfluences La frontière, discontinuités et dynamiques. L'intérêt porté aux frontières fut tout d'abord géopolitique, géostratégique, utilitaire pourrait-on dire car il répondait, en un premier temps, à des besoins politiques.

Geoconfluences La frontière, discontinuités et dynamiques

Cet intérêt s'est ainsi manifesté assez précocement dans les sphères proches du pouvoir et s'est construit bien plus sur une compilation de cas particuliers que sur de quelconques essais de conceptualisation. Les savoirs et les savoir-faire qui en ont résulté ont été, selon Paul Claval, dans ces premiers temps, transmis oralement de génération en génération, au sein des familles proches du pouvoir. Ces préoccupations relatives aux frontières sont récentes car ces dernières sont devenues de façon effective un objet de questionnement au moment de la formation des États. Née de préoccupations essentiellement politiques et stratégiques, l'étude des frontières s'est néanmoins constituée scientifiquement.

C'est donc à la fin du XIXe siècle qu'une géographie des frontières se constitue. Notes Renvois bibliographiques. Frontières, territoire, sécurité, souveraineté. Savoirs sur la frontière Les approches classiques de science politique et leurs critiques : frontière, territoire et exception depuis longtemps été soumise à la critique.

Frontières, territoire, sécurité, souveraineté

Mais cette dernière s’est peu émancipée de la vision territoriale et de l’image de frontières comme signes de distinction radicale entre différentes entités. Elle n’a pas intégré la frontière comme logique de passage entre changement d’états (et non d’États), bulle ouverte sur le monde et système d’écoulement. Une certaine pensée critique s’est donc constituée à partir du paradigme classique qu'elle souhaitait inverser pour critiquer le nationalisme et ses effets délétères. Approches alternatives : la frontière n’est pas l’enveloppe territoriale Contrôle de la mobilité et localisation des frontières Références • AGAMBEN G., Homo Sacer: Sovereign Power and Bare Life, Palo Alto, Stanford University Press, 1998. Frontières sociales, frontières culturelles, frontières techniques.

1Les sociétés démocratiques modernes ont basé leur unité sur l'égalité des chances et sur la mobilité sociale.

Frontières sociales, frontières culturelles, frontières techniques

Or, ce modèle d'intégration est fortement mis à l'épreuve aujourd'hui. Des discriminations structurelles viennent contredire le principe l'égalité de traitement. Des barrières difficilement franchissables, quel que soit le niveau, viennent contrecarrer la possibilité de promotion sociale. Autour de la fonction sociale de la frontière, Claude Raffestin - Projets Hypothèses. La transformation des formes de la limite. 1Depuis le Néolithique, le monde était organisé selon une forme sédentaire.

La transformation des formes de la limite

L’ancrage dans la terre et la propriété du sol portaient ensemble l’identité et la richesse. La course à la puissance était d’abord topographique, le contrôle de la surface permettant aux pouvoirs d’exercer leur règne sur les hommes par le territoire. Frontières : un terrain de recherche. Frontière : une introduction à la notion Frontière.

Frontières : un terrain de recherche

Le mot a depuis longtemps intéressé le militaire, l’homme d’État, le géographe, le citoyen... Plus exactement, le concept a connu une évolution certaine au fil du temps, selon les contextes politiques, économiques, sociaux, idéologiques... Les frontières s'imposent aux regards et aux corps des hommes et des femmes qui tentent de les traverser, en quête d'un ailleurs meilleur... Frontière. L’origine du mot frontière vient de front, un terme militaire, qui désigne la zone de contact avec une armée ennemie.

Frontière

Cette ligne sinueuse et fluctuante évolue en fonction des rapports de forces en présence. À partir du XVIIe siècle, la frontière devient progressivement une ligne bornée, limite entre deux États. La frontière prend un sens plus politique lors de la construction des États-nations et s’appuie alors sur le concept de frontière naturelle : la limite d’un territoire est d’autant plus lisible et facile à contrôler qu’elle repose sur un obstacle physique. La frontière devient une ligne au tracé parfois artificiel sur le terrain et faisant l’objet d’arrangements. Sa présence est cependant légitimée par le concept de frontière naturelle. LES DISCONTINUITÉS SPATIALES. Résumé de l'ouvrage Les hommes se sont depuis toujours disputés des terrains ou des territoires.

LES DISCONTINUITÉS SPATIALES

L'étendue terrestre a été morcelée bien que des éléments naturels se soient imposés comme de véritables barrières. Franchir certaines rivières revenait à faire violence à la nature et aux dieux, à remettre en cause un ordre providentiel établit une fois pour toute. Dans certaines sociétés des rites de désacralisation étaient nécessaires lorsqu'on avait à traverser un fleuve par exemple. À l'époque moderne, un renversement apparaît: les hommes imposent la nature comme élément de démarcation alors qu'ils commencent à la dominer. À côté de ces préoccupations politiques, les religions ont largement utilisé le bornage et la limitation afin de distinguer le sacré du profane, alors que les sociétés modernes inventaient les notions de «public» et de «privé». L'encadrement des hommes par les États nécessita un morcellement hiérarchisé.

La frontière, un objet spatial en mutation. Groupe Frontière La « frontière » est habituellement comprise comme la « limite de souveraineté et de compétence territoriale d’un État » De nos jours, la prégnance de cette définition semble s’estomper à l’échelle mondiale, accompagnant ainsi le processus de relativisation multiforme de l’État.

La frontière, un objet spatial en mutation.

Il faut y voir l’effet de l’évolution des techniques de transport et de communication, la dynamique et l’ampleur des échanges économiques, mais aussi la prise en considération politique d’une plus grande interdépendance du système-monde. Dans cette perspective, la désactivation sélective des frontières intra européennes n’est qu’une manifestation particulièrement vive d’un processus beaucoup plus vaste, mais très inégal à l’échelle planétaire. La frontière, objet d'intermédiation territoriale - Peuples & Monde.

Jacques Lévy  Jacques Lévy a Frontière.

Jacques Lévy 

Limite* à métrique* topologique*.